Mal d 1 positif, mon ami, est-ce bien raisonnable de vouloir croquer la pomme ?

mercredi 10 février 2010 par Dr Hervé Couteaux565 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Mal d 1 positif, mon ami, est-ce bien raisonnable de vouloir croquer la (...)

Mal d 1 positif, mon ami, est-ce bien raisonnable de vouloir croquer la pomme ?

Mal d 1 positif, mon ami, est-ce bien raisonnable de vouloir croquer la pomme ?

mercredi 10 février 2010, par Dr Hervé Couteaux

Au fond, qu’est ce qui différencie une simple IgE réactivité à un produit d’une allergie à ce produit, voir d’une allergie à ce produit et à d’autres produits par réactivité croisée ? Les biopuces nous permettront-elles de répondre à ces questions qui taraudent les allergologues depuis des lustres ?

Profils de sensibilisation de patients allergiques au pollen de bouleau, avec et sans syndrome oral à la pomme : les leçons du diagnostic allergique multiplexe au niveau moléculaire. : D. G. Ebo 1 , C. H. Bridts 1 , M. M. Verweij 1 , K. J. De Knop 1 , M. M. Hagendorens 2 , L. S. De Clerck 1 and W. J. Stevens 1

1 Departments of Immunology, Allergology, Rheumatology and 2 Paediatrics, Faculty of Medicine, University of Antwerp, Antwerpen, Belgium

dans Clinical & Experimental Allergy
Volume 40 Issue 2, Pages 339 - 347

- Contexte :

  • Le diagnostic moléculaire (Component Resolved diagnosis, CRD) par l’utilisation de biopuces a été récemment introduit dans le domaine de l’allergologie clinique.

- Objectif :

  • Valider davantage l’utilisation du CRD par la technologie des biopuces dans le diagnostic d’allergie.

- Méthodes :

  • Trente-sept patients allergiques au pollen de bouleau ont été inclus.
  • Les valeurs discriminatives des IgE spécifiques (sIgE) pour la pomme, le recombinant Mal d 1 (rMal d 1), du prick test cutané à la pomme et de rMal d 1 sur la biopuce ont été évaluées pour des patients présentant un syndrome oral (OAS) à la pomme relié au pollen de bouleau (OAS positif, n = 20) et pour des individus contrôles sains (HC, n = 8), sans antécédents d’allergies respiratoires ou d’OAS induit par la pomme.
  • Une analyse comparative complémentaire a été effectuée avec des personnes allergiques au pollen de bouleau sans OAS (OAS négatif, n = 17).

- Résultats :

  • rMal d 1, couplé à la biopuce, constitue un marqueur discriminant entre OAS+ et sujets contrôles avec une sensibilité de 95% et une spécificité de 100%.
  • Cependant, en parallèle avec le test IgE classique, 15 des 17 personnes sans OAS (88%) ont également affiché des IgE réactivités pour rMal d 1 couplé à la biopuce.
  • Les sujets OAS négatifs sont plus fréquemment sensibilisées aux acariens (environ trois à quatre fois plus), aux squames de chat et de chien (environ deux à trois fois plus) et au pollen de Graminées (environ 1,5 fois plus) que les patients OAS positifs.

- Conclusion :

  • À première vue, le CRD avec une biopuce semble être un instrument fiable pour le diagnostic d’OAS à la pomme dans l’allergie au pollen de bouleau.
  • Toutefois, pour la discrimination entre sensibilisation et allergie vraie, rMal d 1 dans un chip n’offre aucun avantage sur les tests IgE classiques pour rMal d 1.
  • Fait plus intéressant encore, les patients allergiques au pollen de bouleau sans OAS à la pomme ont affiché une plus large sensibilisation aux allergènes inhalés classiques que les patients allergiques au pollen de bouleau avec OAS à la pomme.

Pour les patients allergiques au pollen de bouleau avec syndrome oral à la pomme, le test d’IgE réactivité pour rMal d 1, inclus dans une biopuce, peut être utilisé à des fins diagnostiques mais ne permet pas de distinguer les simples IgE-réactivités aux PR-10 de la pomme des allergies à ces mêmes PR-10.

L’utilisation d’une biopuce dans le contexte d’une allergie au pollen de bouleau a permis de remarquer que les allergiques au pollen de bouleau sans syndrome oral à la pomme sont plus souvent IgE réactifs à d’autres produits naturels allergisants par voie respiratoire comme les acariens, le chat, le chien et les pollens de Graminées.

On peut se poser la question de l’intérêt du test d’IgE-réactivité pour rMal d 1 : par rapport au test rBet v 1, ce test apporte-t-il des informations supplémentaires ?

Il est bien établi que Bet v 1 est l’allergène représentatif des PR-10.

Les différentes études d’inhibition réalisées entre Bet v 1 et Mal d 1 ont parfois retrouvé une inhibition de Bet v 1 par Mal d 1 mais aucune étude n’a pu retrouver une inhibition de Bet v 1 par Mal d 1 « et » une absence d’inhibition de Mal d 1 par Bet v 1 : Bet v 1 reste, jusqu’à preuve du contraire un allergène représentatif « solide ».

Dans ces conditions, l’apport du test d’IgE réactivité pour Mal d 1 ne paraît pas clairement établi.

La recherche des IgE-réactivités par une biopuce a permis de noter une IgE-réactivité plus fréquente pour les acariens, le chat, le chien ainsi que pour les pollens de Graminées chez les allergiques au pollen de bouleau ne présentant pas de syndrome oral.

La démarche moléculaire ne semble pas avoir permis aux auteurs d’explorer des pistes de compréhension pour cette constatation.