Un nouveau dilemme : être allergique ou avoir une inflammation intestinale chronique ?

lundi 15 février 2010 par Dr Stéphane Guez6285 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Un nouveau dilemme : être allergique ou avoir une inflammation intestinale (...)

Un nouveau dilemme : être allergique ou avoir une inflammation intestinale chronique ?

Un nouveau dilemme : être allergique ou avoir une inflammation intestinale chronique ?

lundi 15 février 2010, par Dr Stéphane Guez

Le développement d’une tolérance orale et sa stimulation par les probiotiques sont encore très mal connus. Depuis longtemps, un rôle protecteur des IgA est évoqué mais il n’y a pas encore eu d’étude sur le lien entre alimentation enrichie en probiotiques, production des IgA et démonstration d’une protection contre l’allergie.

Un taux élevé d’IgA intestinal est associé à une réduction du risque de développement d’une allergie IgE médiée. : Kaarina Kukkonen 1 , Mikael Kuitunen 1 , Tari Haahtela 1 , Riitta Korpela 3 , Tuija Poussa 4 and Erkki Savilahti 2

1 The Skin and Allergy Hospital, Department of Pediatric Allergology, University of Helsinki, Finland , 2 The Hospital for Children and Adolescents, Department of Pediatric Gastroenterology, University of Helsinki, Finland , 3 The Institute of Biomedicine, Pharmacology, Department of Pharmacology, University of Helsinki, Finland , 4 STAT-Consulting, Tampere, Finland

dans Pediatric Allergy and Immunology
Volume 21 Issue 1-Part-I, Pages 67 - 73

- Introduction :

  • Le développement de la tolérance orale et sa stimulation par les probiotiques est encore non comprise.
  • La stimulation intestinale microbienne peut induire une inflammation et induire la sécrétion d’IgAs sécrétoires qui pourraient participer à l’élimination des antigènes.

- Objectif de l’étude :

  • Dans une cohorte d’enfants allergiques recevant :
    • des probiotiques ou des prébiotiques
    • ou un placebo,
  • les auteurs ont étudié les interactions entre :
    • production d’IgA sécrétoire et l’inflammation intestinale sur les risques de développement :
    • d’un eczéma,
    • d’une allergie alimentaire
    • d’un l’asthme et/ou d’une rhinite (maladies atopiques).

- Matériel et Méthode :

  • Il s’agit d’une étude cas témoins de 237 enfants participant à une étude randomisée en double aveugle contre placebo portant sur la prévention des allergies par la prise combinée de 4 pro-biotiques administrés en pré natal et durant les 6 premiers mois de naissance.
  • Il a été mesuré dans les fèces :
    • IgA,
    • alpha 1 antitrypsine
    • et TNF alpha
    • ainsi que la calprotectine
  • à l’âge de 3 mois et 6 mois.

- Résultats :

  • Vers l’âge de 2 ans, 124 enfants ont développé une maladie allergique de type IgE et 113 (sujets contrôles) non.
  • Chez les enfants ayant un taux élevé d’IgA dans les fèces à l’âge de 6 mois le risque d’avoir une maladie allergique avant l’âge de 2 ans tend à diminuer (OR = 0.52) et le risque de développer une maladie allergique quelconque à IgE réduit significativement (OR : 0.49).
  • Un taux élevé dans les fèces de calprotectine à l’âge de 6 mois est associé à un risque faible de développer une maladie atopique à l’âge de 2 ans (OR = 0.49).
  • Tous les marqueurs inflammatoires intestinaux (alpha 1 AT, TNF alpha, calprotectine) sont corrélés positivement aux taux d’IgA dans les fèces (p<0.0001).
  • Les pro-biotiques tendant à augmenter la production d’IgA sécrétoire des fèces (p=0.085) et augmentent significativement l’alpha 1 antitrypsine des fèces (p = 0.001)

- Conclusion :

  • Un taux élevé d’IgA sécrétoire dans les intestins durant les premières semaines de vie est associé à une inflammation intestinale légère, et indique un risque réduit de développement ultérieur d’une maladie allergique.

Dans ce travail les auteurs démontrent que l’augmentation du taux des IgA sécrétoires dans les selles diminue le risque ultérieur d’allergie.

Cette augmentation résulte d’une inflammation à minima de l’intestin et les probiotiques augmentent cette inflammation protectrice qui pourrait expliquer la tolérance alimentaire.

Cette étude est très intéressante car elle explique enfin d’une façon satisfaisante le mécanisme d’action des pré et probiotiques dans l’induction d’une tolérance aux allergènes.

Ainsi c’est une inflammation chronique intestinale induite pas ces probiotiques qui est responsable, par le biais d’une élévation des IgA, d’une effet protecteur sur le développement d’une allergie ultérieure.

Ce travail apporte donc un argument de poids pour poursuivre les recherches sur la complémentation de l’alimentation des nouveaux nés avec des pro ou des prébiotiques dont l’objectif est de modifier la flore intestinale.