Histoire naturelle de l’allergie au soja…

vendredi 2 avril 2010 par Dr Geneviève DEMONET872 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Histoire naturelle de l’allergie au soja…

Histoire naturelle de l’allergie au soja…

Histoire naturelle de l’allergie au soja…

vendredi 2 avril 2010, par Dr Geneviève DEMONET

Quel est le devenir des enfants allergiques au soja ? On suppose qu’une grande partie d’entre eux deviendront tolérants avec l’âge. Il fallait cependant le prouver : c’est ce que tente cette étude rétrospective menée à Baltimore…

L’histoire naturelle de l’allergie au soja : Jessica H. Savage, MDa, Allison J. Kaeding, BSb, Elizabeth C. Matsui, MD, MHSb, Robert A. Wood, MDb

a Department of Medicine, Division of Allergy and Clinical Immunology, the Johns Hopkins University School of Medicine, Baltimore, Md

b Department of Pediatrics, Division of Allergy and Immunology, the Johns Hopkins University School of Medicine, Baltimore, Md

dans JACI Volume 125, Issue 3, Pages 683-686 (March 2010)

- Contexte :

  • L’allergie au soja est très commune, affectant approximativement 0.4% des enfants.
  • On pense généralement que la majorité des enfants ayant une allergie au soja développe une tolérance dans la petite enfance : cependant, ce fait n’a pas été vérifié sur une grande cohorte d’allergiques au soja.

- Objectifs :

  • Nous avons voulu décrire l’histoire naturelle de l’allergie au soja et identifier les facteurs prédictifs de la tolérance orale/guérison de l’allergie au soja.

- Méthodes :

  • On a analysé les dossiers des patients ayant une allergie au soja et vus dans une consultation tertiaire de référence.
  • Les résultats collectés comprenaient les symptômes liés à l’allergie au soja, l’histoire d’allergie à d’autres aliments et de maladies atopiques, les taux d’IgE spécifiques du soja, les taux d’IgE spécifiques de l’arachide et les résultats des tests de provocation.

- Résultats :

  • Cent trente trois patients ont été étudiés (96 garçons et 37 filles).
  • Quatre-vingt-cinq d’entre eux (64%) avaient de l’asthme, 95 (71%) avaient une rhinite allergique et 108 (85%) avaient une dermatite atopique.
  • Quatre-vingt-huit pour cent avaient une allergie concomitante à l’arachide.
  • L’âge médian lors de la visite initiale était de 1 an (de 2 mois à 17,5 ans) ; la durée médiane de suivie était de 5 ans (de 1 à 19 ans).
  • L’analyse de Kaplan-Meier prédisait une guérison de 25% de l’allergie au soja à l’âge de 4 ans, de 45% à l’âge de 6 ans et de 69% à l’âge de 10 ans.
  • A l’âge de 6 ans, 59% des enfants ayant un pic d’IgE spécifiques du soja de moins de 5 kU/l, 53 % des enfants ayant un pic d’IgE spécifiques du soja de 5 à 9.9 kU/l, 45% des enfants ayant un pic d’IgE spécifiques du soja de 10 à 49.9 kU/l et 18% des enfants ayant un pic d’IgE spécifiques du soja supérieur à 50 kU/l avaient guéri de leur allergie au soja (P ≤ 0.1 pour la tendance).

- Conclusions :

  • Dans cette population référencée, approximativement 50% des enfants ayant une allergie au soja avaient guéri de leur allergie au soja à l’âge de 7 ans.
  • Les taux absolus d’IgE spécifiques du soja ont été des facteurs prédictifs utiles de la guérison de l’allergie au soja.

Reprenons l’article dans sa totalité pour essayer d’y voir un peu plus clair…

Il s’agit d’une étude rétrospective menée parmi les enfants vus en allergologie pédiatrique à l’hôpital Johns Hopkins de Baltimore.

Deux personnes ont analysé, selon la même méthodologie, 5000 dossiers et ont trouvé 133 patients allergiques au soja avec une majorité de garçons (72%).

L’âge médian de survenue des symptômes d’allergie au soja était de 7 mois.

Les patients, vus pour la première fois à un âge médian de 12 mois, ont été suivis pendant une durée médiane de 5 ans.

Le diagnostic d’allergie au soja avait été porté sur une histoire clinique convaincante associée à la présence d’IgE spécifiques (71%) ou sur seulement sur un taux d’IgE spécifiques (29%). L’allergie a été confirmée chez ces derniers par un test de provocation ou par une ingestion accidentelle de soja à la maison.

Le symptômes rapportés à l’allergie au soja étaient digestifs dans 41% des cas (vomissements, diarrhée, sang dans les selles, douleurs abdominales), cutanés dans 28% (urticaire, angio-œdème et rash non eczémateux), un eczéma dans 11%, des symptômes respiratoires bas dans 5% (sifflements, toux et difficulté à respirer) et des troubles respiratoires hauts dans 4% des cas (rhinite et obstruction nasale).

Lors des tests de provocation, les symptômes observés étaient par contre cutanés pour 68% des enfants et gastro-intestinaux pour 37%.

La polysensibilisation était fréquente chez ces enfants : ils étaient aussi sensibilisés à l’arachide (88%), à l’œuf (83%), au lait (77%), aux noix d’arbres (69%), au blé (43%) et au sésame (43%). Une sensibilisation au pois était présente chez 34% des enfants, à la lentille chez 20%, au haricot chez 17% et au pois chiche chez 16%.

Soixante- quatre pour cent des enfants étaient asthmatiques, 71% avaient une rhinite et 81% un eczéma.

Le type d’alimentation du nourrisson était connu pour 91% des enfants. Parmi les enfants nourris au biberon, 58% avaient reçu une préparation à base de soja. La formule à base de soja avait été introduite avant 6 mois dans 70% des cas.

Un groupe particulier d’enfants a été étudié à part : il s’agit de 11 patients chez qui l’allergie s’est déclarée tardivement à un âge médian de 10 ans (4,8 à 19 ans) par des troubles digestifs (64%) et cutanés (55%).

A l’âge de 4 ans, 25% des enfants étaient devenus tolérants au soja, 45% à l’âge de 6 ans, et 69% à l’âge de 10 ans.

Les enfants ayant une allergie au soja persistante avaient des taux d’IgE spécifiques plus élevés dans les 2 premières années de vie que ceux ayant développé une tolérance.

Le pic du taux d’IgE spécifiques du soja s’est avéré inversement lié au taux de tolérance de l’aliment.

A l’âge de 6 ans, avaient guéri de leur allergie au soja 59% des enfants ayant un pic d’IgE spécifiques du soja de moins de 5 kU/l, 53 % de ceux ayant un pic d’IgE spécifiques de 5 à 9.9 kU/l, 45% pour un pic d’IgE spécifiques de 10 à 49.9 kU/l et 18% des enfants ayant un pic d’IgE spécifiques du soja supérieur à 50 kU/l.

Si on se résume, l’allergie au soja est une allergie du nourrisson qui se manifeste souvent par des troubles digestifs et qui guérit dans la moitié des cas avant l’âge de 7ans. Le taux d’IgE spécifiques est un bon marqueur prédictif de la guérison.

L’allergie au soja est-elle si répandue chez l’enfant en France ?

On est frappé par le nombre élevé de nourrissons nourris avec des formules à base de soja…. La non utilisation de ces produits avant 6 mois, qui devrait être appliquée actuellement, aura-t-elle une incidence sur l’allergie au soja chez les petits américains ?