Mesdemoiselles : pour avoir de jolies mains, faites vous faire des piercings !

lundi 26 avril 2010 par Dr Céline Palussière981 visites

Accueil du site > Maladies > Eczéma > Mesdemoiselles : pour avoir de jolies mains, faites vous faire des (...)

Mesdemoiselles : pour avoir de jolies mains, faites vous faire des piercings !

Mesdemoiselles : pour avoir de jolies mains, faites vous faire des piercings !

lundi 26 avril 2010, par Dr Céline Palussière

Les jeunes Suédois semblent avoir un mode de vie quelque peu déluré. Surtout les filles. Les auteurs ont cherché à établir le lien entre ces pratiques et l’occurrence de l’eczéma des mains. Peut-on fumer, se faire des tatouages ou des piercings... sans risque ?

Mode de vie et eczéma des mains dans une population adolescente suédoise : Kari Röhrl 1 and Berndt Stenberg 2

1 Department of Cancer and Surgery, Centre of Oncology, Oslo University Hospital, Ullevål, Norway , 2 Department of Public Health and Clinical Medicine, Dermatology & Venereology and Epidemiology, Umeå University, Umeå, Sweden

dans Contact Dermatitis
Volume 62 Issue 3, Pages 170 - 176

- Contexte :

  • Le mode de vie peut potentiellement être considéré comme un facteur de risque de l’eczéma des mains, et les modifications du mode de vie pourraient influencer la prévalence de cette pathologie.

- Objectifs :

  • Définir des modes de vie potentiellement à risque et leur association avec l’eczéma des mains.

- Patients/Matériels/ Méthodes :

  • Une étude par questionnaire sur échantillon et des patchs tests standards étaient conduits sur les jeunes Suédois du deuxième cycle scolaire.
  • Le taux de participation était de 81% (6095/7543) pour le questionnaire et 59% (4430/7543) pour les tests.

- Résultats :

  • Les filles ont rapporté des piercings (84% versus 18%), des tatouages (6% versus 3%), un tabagisme (24%versus 16%) et une alimentation végétarienne (21% versus 7%) significativement plus fréquents que les garçons.
  • Les filles avaient significativement plus d’eczéma (7% versus 4%) que les garçons.
  • Après le sexe féminin (OR 2.0), la rhinite allergique (OR 1.8), l’eczéma des zones de flexion (OR 4.5), et un test positif pour le nickel (OR 1.7) étaient des facteurs de risque significatifs dans les analyses multivariées
  • Les piercings représentaient un facteur de protection (OR 0.6.
  • Les autres paramètres de mode de vie n’étaient pas associés à l’eczéma des mains.
  • Le régime végétarien et les appareils dentaires, qui peuvent potentiellement augmenter l’exposition orale au nickel n’étaient pas associés à la prévalence de l’eczéma des mains chez les individus sensibilisés au nickel.

- Conclusions :

  • Les comportements particuliers de mode de vie étudiés étaient plus fréquents chez les filles.
  • Le tabagisme, les tatouages et les régimes n’étaient pas associés avec l’occurrence de l’eczéma des mains.

Dans cette étude, les pratiques de près de 6000 adolescents suédois ont été étudiées, et leur association avec l’eczéma des mains a été recherchée.

De plus, pour près de 4500 d’entre eux, des patchs tests ont été posés, afin de mettre en évidence les eczémas de contact allergiques et de connaître les allergènes en cause.

Les filles ont plus souvent des conduites « à risque » (on ne va quand même pas dire déviantes) : tatouage, piercing, tabagisme, régime végétarien.

Et les filles ont plus souvent de l’eczéma des mains (prévalence 7% contre 4% chez les garçons.

Les facteurs de risque identifiés par les auteurs sont donc le sexe féminin, les symptômes allergiques représentés par la rhinite allergique et la dermatite atopique, et la sensibilisation au nickel.

En revanche les comportements « à risque » n’étaient pas corrélés à plus d’eczéma des mains.

Il faut bien noter que les facteurs de risque concernent spécifiquement les eczémas allergiques de contact, et non les eczémas irritatifs, dont les patchs tests sont négatifs.

L’intérêt de cette étude réside entre autre dans le vaste échantillon de sujets ayant répondu au questionnaire et ayant accepté de se soumettre aux tests.

L’échantillonnage sur une population sélectionnée sur la classe d’âge et non selon la pathologie permet de s’approcher des taux de prévalence dans la population de cet âge.

Il reste que certaines données peuvent laisser songeur… Plus de 80% des filles sont « piercées » ! Et les piercings constituent un facteur de protection de l’eczéma des mains, avec un OR à 0.6 !

Mais quelle sera la prévalence de l’eczéma des mains chez les filles quand la mode aura changé ?

Cette étude souligne aussi le rôle particulier du nickel, qui est plus souvent positif en patchs chez les sujets atopiques. Ces données recoupent les résultats d’une étude conduite chez les coiffeurs parue dans le même journal.

Les auteurs notent que l’exposition au nickel par voie orale, par le biais des appareils dentaires ou d’un régime végétarien, ne constitue pas un facteur de risque d’eczéma, même chez les sujets sensibilisés au nickel.

Cette étude épidémiologique a donc l’intérêt de mettre en évidence certaines pratiques des adolescents, mais n’apporte pas vraiment de nouveautés quant à la pratique des allergologues…

Ceux-ci doivent s’attendre à plus d’eczéma des mains par allergie de contact chez les sujets atopiques…