Après l’huile de foie de morue, un peu de verdure dans l’assiette des futures mamans ?

vendredi 28 mai 2010 par Dr Céline Palussière604 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Après l’huile de foie de morue, un peu de verdure dans l’assiette des futures (...)

Après l’huile de foie de morue, un peu de verdure dans l’assiette des futures mamans ?

Après l’huile de foie de morue, un peu de verdure dans l’assiette des futures mamans ?

vendredi 28 mai 2010, par Dr Céline Palussière

Que doivent manger les femmes enceintes pour que leur enfant ne souffre pas d’asthme ou d’eczéma ? L’enjeu est de taille, devant l’ampleur de « l’épidémie » de la maladie allergique... Les allergologues doivent d’avoir de bonnes connaissances en nutrition !

Consommation de légumes, fruits et antioxydants pendant la grossesse, et sifflements et eczéma dans l’enfance. :Y. Miyake 1 , S. Sasaki 2 , K. Tanaka 1 & Y. Hirota 3

1 Department of Public Health, Faculty of Medicine, Fukuoka University, Fukuoka ; 2 Department of Social and Preventive Epidemiology, School of Public Health, The University of Tokyo, Tokyo ; 3 Department of Public Health, Osaka City University Graduate School of Medicine, Osaka, Japan

dans Allergy
Volume 65 Issue 6, Pages 758 - 765

- Contexte :

  • Deux études de cohorte précédentes ont montré une relation inverse entre les apports maternels en vitamines E et en zinc au cours de la grossesse, et le risque de sifflements et/ou asthme de leurs enfants.
  • Nous avons étudié l’association entre la consommation maternelle de légumes, de fruits, et de certains antioxydants, et le risque de sifflements et d’eczéma de leurs enfants à l’âge de 16-24 mois.

- Méthodes :

  • L’étude portait sur 763 couples mère-enfants japonais.
  • Les données sur la consommation de la mère au cours de la grossesse étaient recueillies par un questionnaire portant sur son régime alimentaire.
  • Les données sur les symptômes de sifflements et d’eczéma étaient basées sur les critères d’étude ISAAC.

- Résultats :

  • Une forte consommation maternelle en légumes verts et jaunes, en agrumes et en ß-carotène était significativement associée à un risque réduit d’eczéma, mais pas de sifflement, chez leurs enfants odds ratio ajusté (ORs) avec intervalle de confiance (ICs) de 95%=0.41 (0.24-0.71), 0.53 (0.30- 0.93), et 0.52 (0.30-0.89), respectivement.
  • La consommation maternelle de vitamine E au cours de la grossesse était significativement inversement associée au risque de sifflement dans l’enfance, mais pas l’eczéma ORs (ICs 95%) =0.54 (0.32-0.90).
  • Il n’y avait pas de lien significatif entre l’apport maternel en légumes totaux, en légumes autres que verts et jaunes, en fruits totaux, pommes, α-carotène, vitamine C ou zinc, et le risque de sifflements ou d’eczéma dans l’enfance.

- Conclusions :

  • Une forte consommation maternelle de légumes verts et jaunes, d’agrumes et de ß-carotène au cours de la grossesse peut être protecteur contre le développement de l’eczéma des enfants.
  • Un fort apport de vitamine E au cours de la grossesse peut réduire le risque de sifflements dans l’enfance.

Dans cette étude japonaise, les auteurs ont donc cherché par questionnaire le lien potentiel entre la consommation de légumes, fruits et antioxydants des futures mamans et l’asthme et d’eczéma de leurs enfants, à l’âge de 1 an ½ à 2 ans.

En ce qui concerne l’asthme, le facteur protecteur était une forte consommation maternelle de vitamine E.

Celle-ci est contenue dans les huiles végétales (tournesol, palme, olive), le soja, l’arachide...

Pour l’eczéma, le facteur protecteur était un apport maternel important en légumes verts et jaunes, en ß-carotène et en agrumes.

De récentes études portaient sur l’intérêt des huiles de poisson dans la prévention de l’asthme et de la dermatite atopique... Les femmes enceintes vont ainsi pouvoir équilibrer leurs menus.

En France, la consommation de fruits et légumes par habitant et par an est passée de 70 kg à 85 kgs entre 1970 et 2007 (sans distinction de couleur de légumes !). Et parallèlement, l’asthme et l’eczéma ont vu leur incidence doubler en dix ans. Le régime alimentaire des femmes au cours de leur grossesse n’est donc vraisemblablement pas un facteur majeur...

L’originalité de cet article tient à la distinction opérée entre les symptômes respiratoires et les symptômes cutanés de ce qui est souvent regroupé dans « la maladie allergique ».

Si l’on peut concevoir qu’une orientation du système immunitaire puisse en effet conduire à l’expression d’une symptomatologie « atopique », la physiopathologie de ces différentes pathologies (ici eczéma et asthme) est bien différente de l’une à l’autre, faisant intervenir des cellules et des médiateurs différents.

Dans cette étude, même si les données sur les allergies étaient recueillies, elles n’étaient pas la principale variable étudiée. En effet, tous les asthmes et eczémas, allergiques ou non, étaient étudiés.

C’est l’intérêt de cette étude, qui permet de déboucher sur des recommandations pratiques directement utilisables.

C’est aussi sa limite : les mécanismes sous-jacents de cet effet protecteur ne sont pas abordés, et l’article nous laisse donc un peu sur la faim.

Ceci dit, avec les légumes, c’est chose classique...