Pollution allergies : Le nickel peut il être sensibilisant par voie aéroportée ?

mercredi 2 juin 2010 par Dr Farid Marmouz1536 visites

Accueil du site > Allergènes > Contact > Pollution allergies : Le nickel peut il être sensibilisant par voie (...)

Pollution allergies : Le nickel peut il être sensibilisant par voie aéroportée ?

Pollution allergies : Le nickel peut il être sensibilisant par voie aéroportée ?

mercredi 2 juin 2010, par Dr Farid Marmouz

Une équipe allemande se propose d’étudier dans cet essai portant sur 309 enfants la relation entre sensibilisation au nickel et concentration de ce métal dans l’air ambiant.

Exposition au nickel dans l’air ambiant et sensibilisation ? : Eugen Mann 1 , Ulrich Ranft 1 , Georg Eberwein 2 , Dieter Gladtke 3 , Dorothee Sugiri 1 , Heidrun Behrendt 4 , Johannes Ring 5 , Torsten Schäfer 6 , Jutta Begerow 7 , Jürgen Wittsiepe 8 , Ursula Krämer 1 and Michael Wilhelm 8

1 Institut für Umweltmedizinische Forschung (IUF) an der Heinrich-Heine-Universität Düsseldorf, Düsseldorf, Germany , 2 Landesumweltamt Rheinland-Pfalz, Koblenz, Germany , 3 Landesamt für Natur, Umwelt und Verbraucherschutz Nordrhein-Westfalen, Recklinghausen, Germany , 4 Division of Environmental Dermatology and Allergy, Helmholtz Centre Munich - German Research Center for Environmental Health, and ZAUM Centre for Allergy and Environment, Technical University Munich, Germany , 5 Department of Dermatology and Allergy Biederstein, Technical University Munich, Munich, Germany , 6 Häven 6b, 23626 Ratekau, Germany , 7 Hygiene-Institut des Ruhrgebiets, Gelsenkirchen, Germany , and 8 Department of Hygiene, Social and Environmental Medicine, Ruhr-University Bochum, Bochum, Germany

dans Contact Dermatitis
Volume 62 Issue 6, Pages 355 - 362

- Objectifs

  • Le nickel est l’une des sources les plus fréquentes d’allergie de contact dans la population générale.
  • Cette étude porte sur l’exposition humaine au nickel dans l’air ambiant et le risque d’induction de sensibilisation.

- Méthodes

  • L’étude inclut 309 enfants d’âge scolaire vivant en Allemagne de l’ouest à proximité de deux zones industrielles et d’autres vivants dans une ville rurale moins exposée au nickel.
  • L’évaluation de l’exposition au nickel dans l’air ambiant a été réalisée dans la région de la Ruhr.
  • Les investigateurs se sont basés sur des mesures régulièrement contrôlées de la qualité de l’air et de son mode de dispersion.
  • La contamination de l’organisme par le nickel a été analysée en fonction des concentrations du nickel dans les urines prélevées le matin chez ces enfants.

- Résultats :

  • 12,6 % à 30,7 % sont sensibilisés au nickel.
  • Il existe une relation statistiquement significative entre l’exposition au nickel de l’air ambiant et la concentration du nickel dans les urines ainsi qu’une relation significative entre la concentration du nickel dans les urines et la sensibilisation à ce métal.
  • De surcroit une prévalence élevée de sensibilisation au nickel est liée à une exposition à des concentrations croissantes de nickel dans l’air.

- Conclusion :

  • Ces constatations sont en faveur de l’hypothèse que l’inhalation du nickel dans l’air ambiant représenterait un facteur de risque de sensibilisation au nickel.
  • D’autres essais portant sur un plus grand nombre de cas sont nécessaires.

Ces auteurs allemands s’intéressent au potentiel sensibilisant du nickel dans l’air.

Cette étude porte sur 309 enfants scolarisés vivant soit à proximité de zones industrielles, soit dans une zone rurale non exposée au nickel.

Les résultats de l’étude sont explicites :
- 12,6 % et 30,7 % sont sensibilisés.
- Il existe une relation entre l’exposition au Nickel dans l’air et la concentration du nickel dans les urines matinales.
- Une relation entre cette concentration et la sensibilisation au nickel
- Et aussi une relation entre la prévalence des sensibilisations au nickel et les concentrations croissantes de ce dernier dans l’air ambiant.

Le nickel est l’un des principaux responsables des allergies de contact.

Le nickel est le plus allergisant de tous les métaux. Plus de 12 % de la population y est allergique, dont une majorité de femmes. La réaction la plus fréquente est une dermatite de contact provoquées par un bracelet de montre, des bijoux fantaisie, des accessoires vestimentaires (boucles, boutons, fermetures éclair, etc.).
En France ; les émissions dans l’air étaient estimées à 218 tonnes en 2002 (pour les sources provenant de la combustion de pétrole et charbon, et de l’industrie métallurgique (métaux non ferreux.

Les conclusions de l’étude allemande suggèrent que le nickel dans l’air ambiant représenterait un facteur de risque de sensibilisation.
Néanmoins, ils reconnaissent que des études à plus grande échelle restent nécessaires.