Peut-on éviter les pertes de contrôle dans l’asthme ?

jeudi 3 juin 2010 par Dr Philippe Carré426 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Peut-on éviter les pertes de contrôle dans l’asthme ?

Peut-on éviter les pertes de contrôle dans l’asthme ?

Peut-on éviter les pertes de contrôle dans l’asthme ?

jeudi 3 juin 2010, par Dr Philippe Carré

Une des questions principales pour le clinicien est de savoir si la diminution des CSI chez les asthmatiques ne va pas entraîner une perte du contrôle de l’asthme. Il n’y a pas de critère totalement fiable pour le prédire, clinique ou biologique. Les auteurs ont testé une mesure du contrôle de la variabilité des DEP avant l’arrêt du traitement.

La variabilité de la fonction respiratoire prédit la perte du contrôle de l’asthme après arrêt du traitement corticoïde inhalé. : 1. Cindy Thamrin1,
2. D Robin Taylor2,
3. Stuart L Jones2,
4. Béla Suki3,
5. Urs Frey1

1Division of Respiratory Medicine, Department of Paediatrics, Inselspital and University of Bern, Switzerland
2.
2Dunedin School of Medicine, University of Otago, New Zealand
3.
3Department of Biomedical Engineering, Boston University, USA

dans Thorax 2010 ;65:403-408 doi:10.1136/thx.2009.129668

- Contexte :

  • Un des aspects d’une approche multidimensionnelle pour intégrer l’asthme comme une maladie dynamique complexe, est d’étudier les variations de la fonction respiratoire avec le temps
  • Il a été montré que la variabilité des mesures de fonction respiratoire prédit la réponse au traitement béta-agoniste.

- Objectif :

  • Cette étude visait à déterminer si le débit expiratoire (DEP) moyen, le coefficient de variation (CV) du DEP ou l’autocorrélation (mesure de la mémoire à court terme) du DEP, pouvaient prédire la perte du contrôle de l’asthme après arrêt d’un traitement corticostéroïde inhalé (CSI) régulier, en utilisant les données d’une étude précédente.

- Méthodes :

  • 87 patients adultes ayant un asthme léger à modéré, sous CSI à dose constante depuis au moins 6 mois, ont été monitorés pendant 2 à 4 semaines
  • Les CSI ont été alors interrompus, et la surveillance a continué jusqu’à ce que survienne la perte de contrôle selon des critères pré-définis
  • Les DEP ont été enregistrés 2 fois par jour
  • Les associations entre la perte de contrôle, le CV et l’autocorrélation du DEP matinal pendant les 2 semaines avant et après l’arrêt des CSI, ont été évaluées en analyse de régression Cox
  • L’utilité prédictive a été évaluée par une analyse ROC.

- Résultats :

  • 53 des 87 patients avaient suffisamment de données de DEP sur la période analysée
  • La moyenne (389 vs 370 l/mn, p<0.0001) et le CV (4.5 vs 5.6%, p=0.007) des DEP, mais pas l’autocorrélation, changeaient de façon significative après l’arrêt ces CSI chez les sujets qui perdaient ensuite le contrôle de leur asthme, alors qu’ils n’étaient pas modifiés chez ceux gardant un bon contrôle après l’arrêt
  • Ces changements étaient corrélés au délai de la perte de contrôle
  • Le CV était l’élément prédictif le plus fort, avec une sensibilité semblable à celle de l’oxyde d’azote exhalé.

- Conclusion :

  • Une mesure simple et facile à obtenir de la variation de la fonction respiratoire quotidienne, telle que le CV, peut prédire la perte du contrôle de l’asthme dans les deux premières semaines de l’arrêt des CSI.

Les auteurs ont étudié, dans un groupe de 87 patients ayant un asthme léger à modéré traité par des CSI depuis au moins 6 mois, s’il était possible de prévoir la perte de contrôle de l’asthme après arrêt des CSI, qui était définie par des scores cliniques, médicamenteux et/ou fonctionnels.

Pour ce faire, ils ont analysé, dans les 2 semaines précédant et suivant l’arrêt du traitement par CSI, les variations du DEP : variation moyenne, coefficient de variation (CV) et score d’autocorrélation, qui représente le coefficient de corrélation entre toutes les valeurs de DEP et leurs valeurs correspondantes antérieures au cours de la période d’observation ; l’autocorrélation peut être considérée comme une mesure de la mémoire, parce qu’elle quantifie la façon dont les événements présents sont dépendants de ceux du passé.

Cette étude a montré que les valeurs moyennes et le CV des DEP dans les deux semaines précédant l’arrêt des CSI, étaient significativement altérés chez les patients dont l’arrêt du traitement allait s’accompagner d’une perte de contrôle de leur asthme, alors qu’ils restaient inchangés chez les autres patients dont l’asthme allait rester contrôlé ; le DEP moyen était le critère prédictif le plus significatif de perte de contrôle.

On peut en déduire qu’il est possible de prédire le risque de perte du contrôle en mesurant simplement la variation de la fonction respiratoire sur deux semaines, en utilisant des critères simples de variabilité ; ce qui peut avoir des implications pour la surveillance clinique et l’identification des patients accessibles à un arrêt des CSI.

Le GINA recommande de surveiller la fonction respiratoire au long cours : le CV des DEP est en ce sens un indice simple de la variabilité de mesures multiples de la fonction respiratoire sur une courte période de temps. Il offre des avantages non négligeables en terme de simplicité des mesures et de coûts de santé, pouvant être réalisé par les patients à domicile, sans recours à des visites médicales répétées et à des tests respiratoires plus complexes.