Ya pas que la prostate, plus t’es vieux plus t’as le mastocyte ramolli !!

mercredi 30 juin 2010 par Dr Stéphane Guez679 visites

Accueil du site > Allergènes > Venins > Ya pas que la prostate, plus t’es vieux plus t’as le mastocyte ramolli (...)

Ya pas que la prostate, plus t’es vieux plus t’as le mastocyte ramolli !!

Ya pas que la prostate, plus t’es vieux plus t’as le mastocyte ramolli !!

mercredi 30 juin 2010, par Dr Stéphane Guez

Il est démontré maintenant par de nombreuses publications qu’il y a un lien entre le taux sérique de tryptase et le risque de faire une réaction anaphylactique sévère lors d’une allergie aux hyménoptères. Mais pourquoi les patients âgés font-ils plus de réactions sévères que les jeunes ?

Tryptase sérique de base : facteur de risque d’une réaction sévère aux piqures d’hyménoptères chez les patients âgés : E. Guenova 1,2 , T. Volz 1 , M. Eichner 3 , W. Hoetzenecker 1 , U. Caroli 1 , G. Griesinger 1 , G. Burow 4 , V. Mitev 2 & T. Biedermann 1

1 Department of Dermatology, Eberhard Karls University, Tübingen, Germany ; 2 Department of Biochemistry, Medical University, Sofia, Bulgaria ; 3 Department of Medical Biometry, Eberhard Karls University, Tübingen, Germany ; 4 Phadia GmbH, Freiburg, Germany

dans Allergy
Volume 65 Issue 7, Pages 919 - 923

- Introduction :

  • Les données épidémiologiques laissent penser que les patients âgés sont plus à risque de développer des réactions anaphylactiques sévères.
  • Cependant, la raison de cette prédisposition n’est pas claire.

- Objectifs de l’étude :

  • Ils ont été :
    • d’étudier le rôle du niveau de la tryptase sérique comme paramètre diagnostique d’évaluation d’un risque individuel
    • et son impact sur la sévérité de la réaction allergique chez le patient âgé.

- Matériel et Méthode :

  • 274 patients consécutifs consultants le centre de dermatologie de Tübingen en Allemagne et chez lesquels a été diagnostiqué une allergie à l’abeille ou à la guêpe ont été inclus dans ce travail.

- Résultats :

  • La sévérité des réactions aux piqures augmente avec l‘augmentation de l’âge et les taux de tryptase (respectivement p = 0.001 et 0.003).
  • De plus, les auteurs ont trouvé non seulement une augmentation des taux de tryptase sérique chez les sujets âgés (p = 0.0001) mais également une augmentation continue des concentrations de tryptase même sous le seuil de positivité (11.4 micro g/l) en fonction de l’augmentation de l’âge (p=0.0026).

- Conclusion :

  • Ces données confirment que le niveau de tryptase est un facteur de risque de réaction anaphylactique sévère lors de piqures d’hyménoptères.
  • De plus, les auteurs démontrent pour la première fois :
    • que le taux de base de la tryptase augmente de façon continue avec l’âge
    • et est un indicateur :
      • ou d’une augmentation de la charge en mastocytes
      • ou de la réactivité mastocytaire,
    • avec pour conséquence l’aggravation des réactions anaphylactiques observées chez les sujets âgés.
  • Comme ces patients ont un risque anaphylactique vital, ils doivent être pris en charge par une immunothérapie spécifique, surtout chez les plus âgés avec une tryptase élevée, mais selon les modalités recommandées chez les porteurs de mastocytose avec un augmentation progressive des doses et un traitement à vie.

Les auteurs démontrent que le taux de tryptase sérique est un facteur de risque d’une réaction anaphylactique sévère lors d’une piqûre d’hyménoptère, mais ils montrent également que le taux de tryptase augmente avec l’âge ce qui explique la plus grande fréquence des réactions sévères chez les patients âgés.

La mise en évidence d’une augmentation du taux de tryptase avec l’âge est d’une grande importance en clinique car il est fréquent lors d’un bilan biologique avant ITS de demander une tryptase qui s’avère parfois au-dessus des valeurs normales.

Bien entendu, un taux très élevé évoque immédiatement une mastocytose, mais le clinicien était souvent perplexe devant une simple augmentation.

Cette étude démontre qu’il existe une modification physiologique du mastocyte au cours de la vie, sans que les auteurs puissent en donner une explication.

Par ailleurs, il faut s’entendre sur sujet âgé : la moyenne d’âge des patients de l’étude est d’environ 40 ans… je ne suis pas vexé mais presque !!