Les crevettes se suivent mais ne se ressemblent pas…

vendredi 22 octobre 2010 par Dr Geneviève DEMONET652 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Les crevettes se suivent mais ne se ressemblent pas…

Les crevettes se suivent mais ne se ressemblent pas…

Les crevettes se suivent mais ne se ressemblent pas…

vendredi 22 octobre 2010, par Dr Geneviève DEMONET

Etude comparative de la digestibilité in vitro de l’allergène majeur, la tropomyosine, et d’autres protéines entre la crevette géante tigrée (Penaeus monodon) et la crevette blanche du pacifique (Litopenaeus vannamei). : Liu GM, Huang YY, Cai QF, Weng WY, Su WJ, Cao MJ.

College of Biological Engineering, The Key Laboratory of Science and Technology for Aquaculture and Food Safety, Jimei University, 43 Yindou Road, Xiamen, Fujian, 361021, China.

dans J Sci Food Agric. 2010 Sep 17.

- Contexte :

  • La stabilité des fluides gastriques simulés est supposée être un paramètre important dans l’estimation de l’allergénicité d’un aliment.
  • Dans cette étude, la stabilité digestive de la protéine allergénique, la tropomyosine (TM) et d’autres protéines alimentaires de la crevette géante tigrée et de la crevette blanche du Pacifique dans un système de test de digestion avec un fluide gastrique simulé (FGS) et un fluide intestinal simulé (FIS) a été explorée et étudiée de façon comparative par électrophorèse sur gel de polyacrylamide contenant du laurylsulfate de sodium (SDS-PAGE), western blot et test d’inhibition ELISA.

- Résultats :

  • Dans le système FGS, les protéines telles que l’actine et la chaine lourde de la myosine (CLM) ont rapidement été dégradées en un temps très court alors que la TM était relativement résistante à la digestion peptidique.
  • Le Western Blot à l’aide d’un anticorps polyclonal spécifique de la TM indiquait que le schéma de dégradation de la TM de crevette par le FGS et le FIS était presque non affecté par la présence d’autre protéines myofibrillaires.
  • Des études supplémentaires par immunoblot IgE et inhibition ELISA à l’aide de sérums de patients allergiques aux crustacés indiquaient que la liaison aux IgE de la TM était diminuée.

- Conclusion :

  • La digestion par les protéinases est efficace pour réduire la liaison IgE de la TM de crevette.
  • Il est aussi intéressant de noter que la TM de la crevette blanche du Pacifique avait une stabilité à la digestion plus importante que la TM de la crevette géante tigrée.
  • Cependant, la TM de crevette blanche du Pacifique avait une liaison aux IgE plus élevée que la TM de la crevette géante tigrée et est donc possiblement plus allergénique.

Il est regrettable que la plupart des patients n’attendent pas la digestion pour déclencher une réaction allergique aux crustacés. Ils s’en porteraient probablement mieux…

C’est ce que nous apprend ce travail mené par l’intermédiaire d’un système de sucs digestifs simulés sur la digestibilité des allergènes de crevette géante tigrée et de crevette blanche du Pacifique.

Cette dernière serait potentiellement plus allergénique…