Mais pourquoi ça gratte ?

vendredi 5 novembre 2010 par Dr Céline Palussière1083 visites

Accueil du site > Maladies > Eczéma > Mais pourquoi ça gratte ?

Mais pourquoi ça gratte ?

Mais pourquoi ça gratte ?

vendredi 5 novembre 2010, par Dr Céline Palussière

Patch-tests chez les enfants : une revue de 13 années d’expérience comparée avec les données antérieures. : Milingou M, Tagka A, Armenaka M, Kimpouri K, Kouimintzis D, Katsarou A.

Department of Dermatology, University of Athens, A. Sygros Hospital, Athens, Greece.

dans Pediatr Dermatol. 2010 May ;27(3):255-9.

- Contexte :

  • La prévalence réelle de la dermatite de contact allergique (DAC) chez les enfants reste inconnue.

- Objectif :

  • Notre but était de comparer les résultats de patch-tests chez des enfants ayant une DAC suspectée, sur deux périodes différentes, et d’identifier les changements potentiels dans les allergènes émergents.

- Méthodes :

  • Nous avons comparé les allergènes de contact, ainsi que le genre, l’âge, et les antécédents personnels de dermatite atopique (DA), en corrélation avec la positivité de patch tests, entre deux périodes temporelles égales (232 enfants testés entre 1980 et 1993, période A, et 255 enfants testés entre 1994 et 2007, période B), dans la même région et la même institution.

- Résultats :

  • Les patch-tests étaient positifs dans 47.8% des cas durant la période A, et 60% durant la période B (p=0.083).
  • Les allergènes les plus fréquents pour la période A étaient : le sulfate de nickel (16.3%), la chlorure de cobalt (8.6%), fragrance mix (7.3%), le dichromate de potassium (4.3%) et le thimerosal (1.7% seulement).
  • Pour la période B, la distribution des allergènes était la suivante : sulfate de nickel (21.56%), thimerosal (18.03%), chlorure de cobalt (12.9%), dichromate de potassium (9.4%) et fragrance mix (4.7%).
  • Les filles étaient plus susceptibles d’avoir des patch-tests positifs que les garçons, avec des réactions chez 53% des filles et 39% des garçons pour la période A (p=0.003) et 61% de filles et 58% de garçons pour la période B (p=0.691).
  • Vingt-neuf pour cent des patients avec des résultats positives avaient une histoire personnelle de DA dans la période A et 44% dans la période B (p=0.015).

- Conclusion :

  • Les différences de positivité des allergènes entre les différentes périodes temporelles reflètent les changements d’habitudes, d’exposition aux allergènes et des mesures préventives.

Les pathologies allergiques des enfants, y compris l’eczéma de contact, voient leur prévalence augmenter. Il existe ainsi une augmentation du nombre d’enfants présentant des allergies de contact, mais il y a aussi une modification de ces allergies mêmes. Cette étude se focalise donc sur l’évolution des dermatites de contact chez les enfants, entre 1980 et 2007.

Cette période a été artificiellement scindée en deux, et la période A va de 1980 à 1994, la période B de 1994 à 2007. Près de 400 enfants ont ainsi été « patchés », pour une suspicion de dermatite de contact.

Le premier constat est une augmentation de la fréquence de patchs positifs, qui est passée de 48% durant la première période, et 60% durant la deuxième. On ne peut toutefois pas de fier à ces résultats sans envisager quelques biais possibles, au premier rang desquels des indications peut être mieux ciblées avec le temps, ou des lectures plus ou moins restrictives selon les opérateurs...

Si on passe ces données quantitatives, on peut se concentrer sur l’analyse des résultats de patchs positifs. Le nickel arrive en tête, ce qui laisse toujours assez perplexe quant à la pertinence clinique par rapport aux lésions présentées, selon les cas.

Mais le plus frappant est l’augmentation de tests positifs pour le thiomersal, qui sont passés de 1.7% des tests positifs à 18% au cours de la seconde période. Ce conservateur, biocide organo-mercuriel, était utilisé notamment dans les vaccins multidoses ainsi que dans de rares autres médicaments.

L’utilisation du thiomersal est interdite dans les vaccins en France depuis 2000 par l’ASSFAPS... sauf pour le vaccin contre le virus grippal H1N1 en 2009, celui-ci étant multidose...

On peut imaginer que ces allergies au thiomersal vont maintenant diminuer, sous l’effet de leur utilisation en baisse. A suivre donc sur une période suivante...

Quant aux autres résultats, on soulignera l’émergence de tests positifs pour fragrance mix, qui pourraient bien correspondre aux résultats les plus pertinents pour ces dermatites de l’enfant...