Le schimllblick du mécanisme de la désensibilisation aux hyménoptères en passe d’être dévoilé…enfin presque.

vendredi 12 novembre 2010 par Dr Stéphane Guez561 visites

Accueil du site > Allergènes > Venins > Le schimllblick du mécanisme de la désensibilisation aux hyménoptères en (...)

Le schimllblick du mécanisme  de la désensibilisation aux hyménoptères en passe d’être dévoilé…enfin presque.

Le schimllblick du mécanisme de la désensibilisation aux hyménoptères en passe d’être dévoilé…enfin presque.

vendredi 12 novembre 2010, par Dr Stéphane Guez

Marqueurs précoces des mécanismes de protection lors de rush thérapie pour allergie aux venins d’hyménoptère. : Bussmann, C., Xia, J., Allam, J.-P., Maintz, L., Bieber, T. and Novak, N. (2010),

Early markers for protective mechanisms during rush venom immunotherapy.

dans Allergy, 65 : 1558–1565. doi : 10.1111/j.1398-9995.2010.02430.x

- Introduction :

  • L’immunothérapie spécifique au venin (VIT) représente la seule option thérapeutique rationnelle pour traiter les réactions allergiques aux venins de guêpe et d’abeille.
  • Mais par ailleurs, il y a peu de données sur les mécanismes de protection et d’induction de tolérance induits précocement durant la VIT.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été d’identifier des marqueurs les plus précoces et qui sont les témoins de la mise en place de mécanismes protecteurs contre les réactions allergiques dans le sang périphérique lors de la phase de montée des doses d’une VIT.

- Matériel et Méthode :

  • Les cellules mononuclées sanguines et les monocytes ont été isolés, et des échantillons de sérums ont été prélevés avant et pendant les 5 jours de la montée des doses chez 65 patients allergiques aux venins d’hyménoptères.
  • Les taux des marqueurs de tolérance ont été analysés sous deux formes :
    • taux sériques protéiques
    • et expression de l’ARNm.
  • Les taux sériques de différents facteurs solubles marqueurs de tolérance ont ainsi été mesurés.

- Résultats :

  • Les auteurs observent :
    • une augmentation significative de la dégradation du tryptophane,
    • une augmentation de l’expression d’ILT4 des monocytes ainsi
    • qu’une augmentation d‘IL-10 par les CD3+ seulement quelques heures après la première injection du premier jour,
  • Il y a ensuite une augmentation :
    • d’IL-10 sérique,
    • une apoptose des monocytes
  • Au 3° et 5° jour :
    • une augmentation des concentrations intracellulaires en AMPc
    • avec une plus forte expression de la protéine ILT3 au 3° jour et de la sécrétion d’IL10 au 5° jour.

- Conclusion :

  • A partir de ces données, les auteurs concluent que la chute du tryptophane, l’inhibition médiée par ILT3/4, une plus forte production d’IL10 ainsi que de l’AMPc intracellulaire pourraient contribuer à une induction précoce de mécanismes protecteurs contre les réactions allergiques durant la phase de montée des doses lors d’une VIT.

Dans ce travail les auteurs ont étudié les modifications précoces de la réponse immunitaire lors d’une immunothérapie pour allergie aux venins hyménoptères.

Il est observé une chute sérique du tryptophane, une augmentation de la production d’IL10 et une augmentation de l’AMPc intracellulaire lors de la rushthérapie.

Ce travail intéressant porte sur les mécanismes de tolérance et de diminution de l’allergie qui se produisent lors de la phase très précoce de réalisation d’un rush chez des allergiques aux venins d’hyménoptères.

Il est observé une chute du taux de tryptophane par activation d’une enzyme qui dégrade cet acide aminé. Cette diminution entraîne une suppression des réponses lymphocytaires T et va induire une tolérance aux allergènes.

L’augmentation d’IL10 se fait d’abord par les lymphocytes T puis par les monocytes. Cette cytokine est responsable de la tolérance et de la diminution de l’allergie.

L’association : baisse du tryptophane et augmentation de l’IL10, conduit à une augmentation de l’expression des protéines de liaison de l’ILT3 et 4.

Les ILT3 et 4 sont des récepteurs qui régulent négativement l’activation des cellules présentant les antigènes avec donc un effet immunosuppresseur sur les lymphocytes T.

Enfin, il y a une augmentation de l’apoptose des cellules mononuclées expliquant une moindre présentation des antigènes aux cellules immunocompétentes. Cette apoptose semble liée à la diminution du tryptophane et à l’augmentation d’L10.

L’augmentation également mise en évidence de l’AMPc intracellulaire dans les monocytes va entraîner une inhibition de la prolifération cellulaire, la différenciation et la production de cytokines par les monocytes.

Ce travail permet donc de comprendre les mécanismes initiaux de la désensibilisation aux venins mais il reste à démonter qu’ils sont les témoins d’une bonne efficacité de celle-ci et non pas seulement les témoins de l’injection répétée de venins.

Il faudrait donc étudier le devenir ou le profil de ces différents marqueurs dans des sous-populations de patients en fonction de leur allergie d’une part, et en fonction de leur réponse à l‘immunothérapie spécifique d’autre part.