L’asthmatique serait-il aussi métabolique ?

lundi 17 janvier 2011 par Dr Philippe Carré374 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > L’asthmatique serait-il aussi métabolique ?

L’asthmatique serait-il aussi métabolique ?

L’asthmatique serait-il aussi métabolique ?

lundi 17 janvier 2011, par Dr Philippe Carré

Risque d’asthme chez des jumeaux adultes avec un diabète de type 2 et un index de masse corporelle élevé. : Thomsen, S. F., Duffy, D. L., Kyvik, K. O., Skytthe, A. and Backer, V. ,

Risk of asthma in adult twins with type 2 diabetes and increased body mass index.

dans Allergy, no. doi : 10.1111/j.1398-9995.2010.02504.x

- Objectif :

  • Examiner la relation entre asthme, diabète de type 2 et augmentation de l’index de masse corporelle (IMC) chez des jumeaux adultes.

- Méthodes :

  • Les auteurs ont recherché la liaison entre la présence d’un asthme (défini à partir d’un questionnaire) et l’IMC ainsi qu’un diagnostic de diabète de type 2 fait après hospitalisation, chez 34782 jumeaux Danois âgés de 20 à 71 ans.

- Résultats :

  • Le risque d’asthme était augmenté chez les sujets ayant un diabète de type 2 par rapport aux sujets non diabétiques, à la fois chez les hommes (13.5% vs 7.5%, p=0.001) et chez les femmes (16.6% vs 9.6%, p=0.001)
  • Le résultat restait significatif après ajustement sur l’âge, l’IMC, le tabagisme, les symptômes de bronchite chronique, le statut marital et le type de zygotie : hommes : OR=1.70 (1.07-2.70), p=0.026 ; femmes : OR=1.88 (1.24-2.85), p=0.003
  • Dans cette analyse, l’IMC restait un élément prédictif hautement significatif d’asthme indépendamment du statut diabétique chez les femmes (p<0.000) mais pas chez les hommes (p=0.336)
  • Des corrélations génétiques significativement positives ont été trouvées entre l’asthme et le diabète de type 2, 0.20 (0.01-0.40), p=0.047 ; entre l’asthme et l’IMC chez les femmes, 0.15 (0.07-0.22), p<0.000 ; et entre l’IMC et le diabète de type 2, 0.40 (0.29-0.43), p<0.000.

- Conclusions :

  • L’asthme, le diabète de type 2 et un IMC augmenté sont fortement associés chez les adultes, particulièrement chez les femmes
  • Ces résultats suggèrent une étiologie commune entre l’asthme et le syndrome métabolique.

Des études antérieures ont montré que le surpoids et l’obésité étaient des facteurs de risque d’asthme, aussi bien chez l’homme que chez la femme, avec un risque en gros multiplié par deux. Mais l’association entre l’asthme et les autres composantes du syndrome métabolique, telle que le diabète de type 2, ont été moins étudiées.

Les études de jumeaux sont souvent utilisées pour explorer une éventuelle étiologie commune entre deux maladies associées. Les auteurs ont donc voulu étudier la relation entre le diabète de type 2, l’IMC et une maladie atopique : l’asthme, chez 34782 jumeaux danois qui ont répondu à un questionnaire les interrogeant sur l’existence d’une maladie asthmatique, leur statut homozygote ou hétérozygote, leur statut atopique, le tabagisme, ainsi que leur taille et leur poids ; le diagnostic de diabète a été obtenu à partir du Registre National des Patients Danois, qui enregistre toutes les hospitalisations ainsi que leurs causes depuis 1977.

L’étude montre que :

  • Le risque d’asthme était augmenté chez les sujets diabétiques de type 2, à la fois chez les hommes et chez les femmes
  • Le résultat restait significatif après ajustement sur l’âge, l’IMC, le tabagisme, le statut marital et le type de zygotie
  • L’IMC restait un élément prédictif significatif d’asthme indépendamment du statut diabétique chez les femmes mais pas chez les hommes
  • Des corrélations génétiques significativement positives ont été trouvées entre l’asthme et le diabète de type 2, entre l’asthme et l’IMC chez les femmes, et entre l’IMC et le diabète de type 2.

Cette étude corrobore donc des données antérieures qui suggèrent une étiologie commune pour le syndrome métabolique et l’asthme chez les adultes.

Des biais sont possibles dans cette étude, que ce soit sur le sous-diagnostic ou le sur-diagnostic éventuel du diabète, ou sur des faux-positifs ou faux-négatifs dans les réponses du questionnaire sur l’asthme, mais ces biais semblent être limités si on les compare à d’autres études antérieures et si l’on tient compte des variables confondantes qui ont été prises en compte par les auteurs ; malgré ces limitations, les estimations de corrélations génétiques sont comparables à celles de données antérieures.

De plus, l’intérêt de cette étude est de combiner des informations venant de deux sources différentes indépendantes : questionnaire et données d’hospitalisations. Les sujets ne connaissaient pas le but de l’étude, ce qui améliore la validité interne de l’étude, d’autant que le nombre de participants est élevé.

Au total, l’asthme supporte des facteurs de risque génétiques avec le diabète de type 2 et l’IMC, suggérant une étiologie commune entre l’asthme et le syndrome métabolique.