Recettes de cuisine pour femmes allaitantes…

lundi 7 février 2011 par Dr Geneviève DEMONET689 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Recettes de cuisine pour femmes allaitantes…

Recettes de cuisine pour femmes allaitantes…

Recettes de cuisine pour femmes allaitantes…

lundi 7 février 2011, par Dr Geneviève DEMONET

Régime maternel durant la lactation et sensibilisation allergique de l’enfant à l’âge de 5 ans : Nwaru, B. I., Erkkola, M., Ahonen, S., Kaila, M., Lumia, M., Prasad, M., Haapala, A.-M., Kronberg-Kippilä, C., Veijola, R., Ilonen, J., Simell, O., Knip, M. and Virtanen, S. M. ,

Maternal diet during lactation and allergic sensitization in the offspring at age of 5

dans . Pediatric Allergy and Immunology, no. doi : 10.1111/j.1399-3038.2010.01114.x

L’objectif de cette étude était d’examiner l’effet de la diététique maternelle durant la lactation sur la sensibilisation allergique, à l’âge de 5 ans, des enfants HLA-DQB1 ayant une susceptibilité au diabète de type 1.

- Nous avons analysé les données de 652 enfants nés consécutivement, participant à l’Etude Finnoise sur l’étude de la Prédiction et la Prévention du Diabète de Type 1 sur Nutrition et allergie, pour lesquels on possédait une information complète sur le régime alimentaire maternel et sur les dosages d’immunoglobulines E (IgE).
- Les analyses ont été effectuées par régression logistique.

- Dans des modèles incluant les variables diététiques significatives non reliées, la prise maternelle de beurre et d’acides gras saturés était associée avec une augmentation du risque alors que celle de margarine était associée avec une baisse du risque de sensibilisation à l’allergène blé chez l’enfant.
- La prise maternelle de pommes de terre, de laits, de margarine et de beurre allégé était associée à une baisse du risque de sensibilisation au pollen de bouleau.
- D’un autre côté, la consommation de pommes de terre diminuait le risque alors que celle de vitamine C et d’œufs augmentait le risque de sensibilisation allergique au chat.
- La prise maternelle de beurre et d’acide gras saturés durant la lactation pourrait augmenter le risque alors que les margarines pourraient abaisser le risque de sensibilisation au blé chez l’enfant.
- La consommation de pommes de terre, de laits et de margarines pourrait diminuer le risque de sensibilisation allergique au pollen de bouleau.
- D’un autre côté, la prise de pommes de terre pourrait abaisser le risque alors que celle de vitamine C et d’œufs pourrait augmenter le risque de sensibilisation allergique au chat.

- Ces effets peuvent persister quel que soit le statut allergique maternel ou parental.


Les pathologies allergiques sont multifactorielles.

L’influence du type d’alimentation de la mère sur la survenue de l’allergie chez l’enfant est toujours débattue. Une nouvelle étude s’est intéressée à la diététique de la mère allaitante sur la sensibilisation de son enfant à l’âge de 5 ans.

L’étude prospective débutée en Finlande en1994 sur une cohorte de population a été menée au départ pour explorer les moyens de prévention du diabète de type 1 chez des nouveaux-nés prédisposés à cette pathologie (HLA-DQB1).

A l’âge de 5 ans, un questionnaire a été rempli par les parents et on a réalisé une mesure d’IgE spécifiques (œuf, lait de vache, poisson, blé, acariens, chat, graminées et bouleau) chez 652 enfants. Un questionnaire a évalué l’alimentation des mères pendant la grossesse et l’allaitement.

Une sensibilisation a été mise en évidence pour le lait de vache chez 12% des enfants, à l’œuf chez 9%, au blé chez 5% ; au poisson chez 1%, au bouleau chez 15%, aux graminées chez 8%, au chat chez 8% et aux acariens chez 3%.

La durée médiane d’allaitement maternel exclusif était de 1,8 mois (0,0à 8,0).

La consommation de beurre et d’acides gras saturés était associée avec une augmentation du risque de sensibilisation au blé et celle de vitamine C et d’œufs avec celle du risque de sensibilisation au chat.

La consommation de pommes de terre, de laits et de margarines diminuait le risque de sensibilisation au bouleau.

Par contre aucune relation entre prise alimentaire et survenue d’une sensibilisation au lait, à l’œuf et aux graminées n’a été mise en évidence.

On remarquera que cette étude a été réalisée sur une population pédiatrique très particulière et on ignore si les résultats sont extrapolables à la population générale.

D’autre part, on parle ici de sensibilisation. On ignore si les enfants sensibilisés étaient réellement allergiques.

Pas encore de quoi mettre au régime les femmes, qu’elles soient enceintes ou allaitantes…