Cor a 8 contre Pru p 3 : la LTP qu’a la pêche l’emporte haut la main !!

lundi 11 avril 2011 par Dr Stéphane Guez470 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Cor a 8 contre Pru p 3 : la LTP qu’a la pêche l’emporte haut la main (...)

Cor a 8 contre Pru p 3 : la LTP qu’a la pêche l’emporte haut la main !!

Cor a 8 contre Pru p 3 : la LTP qu’a la pêche l’emporte haut la main !!

lundi 11 avril 2011, par Dr Stéphane Guez

Pru p 3, la protéine de transfert lipidique non spécifique de la pêche, domine la réponse immune de son homologue de la noisette. : Schulten, V., Nagl, B., Scala, E., Bernardi, M. L., Mari, A., Ciardiello, M. A., Lauer, I., Scheurer, S., Briza, P., Jürets, A., Ferreira, F., Jahn-Schmid, B., Fischer, G. F. and Bohle, B. (2011),

Pru p 3, the nonspecific lipid transfer protein from peach, dominates the immune response to its homolog in hazelnut.

dans Allergy, 66 : no. doi : 10.1111/j.1398-9995.2011.02567.x

- Introduction :

  • Les protéines de transfert lipidique non spécifiques (LTPs) sont importantes dans l’allergie alimentaire.
  • Souvent, les patients allergiques à la LTPs de la pêche souffrent d’allergie à la noisette.

- Objectif de l’étude :

  • L’objectif des auteurs a été :
    • d’analyser la réponse cellulaire T à Cor a 8, la LTPs de la noisette
    • et d’étudier sa réactivité croisée immunologique avec la LTPs de la pêche, Pru p 3.

- Matériel et Méthode :

  • Des lignées cellulaires T (TCL) réactives à Cor a 8 établies à partir de patients allergiques à la noisette et à la pèche ont été stimulées :
    • avec des peptides 12-mer représentant les séquences d’acides aminés complètes de Cor a 8, pour identifier ses régions activatrices cellulaire T
    • et avec Pru p 3 pour étudier la réactivité croisée cellulaire.
  • Les clones cellulaires T spécifiques pour différentes régions activatrices cellulaires T de Pru p 3 ont été stimulés avec Cor a 8.
  • Les 2 LTPs ont été soumises à des tests de dégradation endolysosomiale.
  • La réactivé croisée IgE entre Cor a 8 et Pru p 3 a été évaluée par des tests d’inhibition.

- Résultats :

  • Aucune région activatrice majeure n’a été trouvée parmi les 26 peptides cellulaires T réactifs identifiés dans Cor a 8.
  • Bien que généré par Cor a 8, 62% des TCL répondent plus fortement à Pru p 3.
  • Les clusters peptiques incluant cette région sont produits lors de la dégradation lysosomiale des 2 LTPs,
  • Cor a 8 est plus rapidement dégradée par les protéases lysosomiales que Pru p 3.
  • La pré-incubation du sérum avec Pru p 3 abolie complètement la fixation des IgE à Cor a 8, ce qui n’est par inversement le cas.

- Conclusion :

  • La réactivité cellulaire T à Cor a 8 est basée de façon prédominante sur la réactivité croisée avec Pru p 3, indiquant que cette dernière initie la sensibilisation à son homologue de la noisette.
  • Le potentiel allergénique limité de Cor a 8 semble être associé à une dégradation lysosomiale rapide durant le processus allergisant et à la perte des régions majeures d’activation des cellules T.

Dans cette étude fondamentale les auteurs ont étudié les réponses immunologiques cellulaires T de patients allergiques à la noisette et à la pêche par le biais d’une sensibilisation aux LTP et démontrent que c’est Pru p 3 qui est la LTP la plus immunogène.

Cor a 8 est dégradée lors de la présentation aux cellules T.

Ce travail intéressant confirme donc le fort potentiel allergisant de la LTP de la pêche qui induit une réactivité croisée vis-à-vis des autres LTP.

Les résultats montrent que la puissance immunologique est due à une faible dégradation de la LTP Pru p 3 lors du métabolisme endolysosomial pendant le processus de présentation des allergènes aux lymphocytes T.

Inversement, Cor a 8 est rapidement détruit expliquant un plus faible potentiel immunogène.