La déformation des hématies déformerait-elle aussi les bronches et les IgE ?

mardi 5 juillet 2011 par Dr Philippe Carré767 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > La déformation des hématies déformerait-elle aussi les bronches et les IgE (...)

La déformation des hématies déformerait-elle aussi les bronches et les IgE ?

La déformation des hématies déformerait-elle aussi les bronches et les IgE ?

mardi 5 juillet 2011, par Dr Philippe Carré

L’élévation des IgE chez les enfants ayant une drépanocytose est associée avec le diagnostic médical d’asthme et une morbidité accrue. : Ping An, Emily A. Barron-Casella, Robert C. Strunk, Robert G. Hamilton, James F. Casella, Michael R. DeBaun

dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology - June 2011 (Vol. 127, Issue 6, Pages 1440-1446, DOI : 10.1016/j.jaci.2010.12.1114)

- Contexte :

  • Un diagnostic médical d’asthme est associé avec une morbidité accrue (douleur et syndrome thoracique aigu : STA) chez les enfants ayant une drépanocytose (D)
  • Une association entre les taux d’IgE et l’asthme et la morbidité n’a pas été étudiée chez les enfants ayant une D.

- Objectif :

  • Les auteurs ont testé l’hypothèse que des taux élevés d’IgE totales et d’IgE spécifiques sont associés à l’asthme et à une morbidité de la D chez des enfants ayant une D.

- Méthodes :

  • Une étude transversale a été conduite chez des enfants ayant une D, qui participaient à l’Essai sur les Infarctus Cérébraux Silencieux
  • Des méthodes de régression logistique et de régression binomiale négative ont été utilisées pour étudier les associations potentielles entre les taux d’IgE totales et spécifiques et le diagnostic d’asthme et de morbidité de la D, les deux pathologies étant confirmées par une revue des données médicales
  • L’élévation du taux des IgE totales était définie par ajustement au taux d’IgE lié à l’âge et au sexe excédant le 90° percentile, comparativement à une population de référence non atopique
  • La positivité des IgE à Alternaria alternata, à la blatte germanique et à Dermatophagoides pteronyssinus (DP) était étudiée par une analyse en ImmunoCAP.

- Résultats :

  • Les enfants ayant une D (140 avec de l’asthme, 381 sans) ont été évalués
  • L’élévation du taux des IgE totales (p=0.04) et des IgE spécifiques à Alternaria (p=0.0003), à la blatte (p=0.008) et à DP (p=0.01) était associée avec l’asthme
  • Le STA (p=0.048), mais pas la douleur (p=0.02), était associé au taux d’IgE totales, mais pas au taux d’IgE spécifiques.

- Conclusions :

  • Des taux significativement élevés d’IgE totales et spécifiques étaient associés à l’asthme dans la D
  • Des taux d’IgE élevés sont un facteur de risque de STA, mais pas de douleurs.

Parmi les enfants atteints de drépanocytose (D), l’atteinte pulmonaire est une cause majeure de morbidité et de mortalité ; un diagnostic d’asthme est associé à un risque élevé de STA et de douleurs, sans que le mécanisme causal en soit clairement connu.

La relation entre les taux d’IgE et la morbidité liée à la D n’est pas connue ; compte-tenu de la relation entre asthme et IgE d’une part, et entre et entre asthme et D d’autre part, les auteurs ont émis deux hypothèses :

  • un taux d’IgE (totales et spécifiques) élevé est associé à un diagnostic d’asthme chez ces enfants
  • un taux d’IgE élevé est associé à une incidence accrue de STA et d’épisodes douloureux.

Une étude a été réalisée chez 521 enfants atteints de drépanocytose, dont 140 étaient asthmatiques (diagnostic confirmé par l’analyse des données médicales). Ont été mesurés les taux d’IgE totales et d’IgE spécifiques à Alternaria, à la blatte et à DP. La morbidité de la D était également évaluée à partir des données médicales.

Les résultats montrent que :

  • l’élévation du taux des IgE totales et des IgE spécifiques aux trois pneumallergènes était associée de façon significative avec l’asthme
  • le STA était associé au taux d’IgE totales, mais pas à celui des IgE spécifiques
  • il n’y avait pas de relation entre IgE et douleurs.

Bien qu’il y ait une relation significative entre taux d’IgE et existence d’un asthme chez ces enfants, cette étude montre une augmentation des IgE dans l’ensemble de la cohorte ; cette élévation pourrait être un témoin de l’état inflammatoire qui existe dans la D, comme l’attestent l’élévation fréquente des marqueurs inflammatoires (CRP, VCAM 1) dans cette pathologie.

Un certain nombre de facteurs confondants pourraient intervenir :

  • la totalité de la cohorte n’a pas eu de dosage d’IgE, même si l’échantillon était représentatif
  • on ne peut éliminer des biais de sélection, même s’il n’y avait pas de critères de présélection dans l’étude
  • des facteurs environnementaux méconnus ont pu intervenir (en dehors du tabagisme qui a été évalué et n’était pas un facteur confondant)
  • on ne peut éliminer totalement une confusion clinique entre STA et exacerbation d’asthme.

Il n’en demeure pas moins que cette étude évoque que, chez les enfants atteints de D, l’asthme est associé à une élévation des IgE totales et spécifiques, et que l’élévation du taux des IgE totales est un facteur de risque de STA, mais pas de douleurs. Les mécanismes de ces associations restent à déterminer.