Prébiotiques ou probiotiques dans la dermatite atopique ? : les deux mon général !

mardi 4 octobre 2011 par Dr Geneviève DEMONET758 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Prébiotiques ou probiotiques dans la dermatite atopique ? : les deux mon (...)

Prébiotiques ou probiotiques dans la dermatite atopique ? : les deux mon général !

Prébiotiques ou probiotiques dans la dermatite atopique ? : les deux mon général !

mardi 4 octobre 2011, par Dr Geneviève DEMONET

Lactobacillus salivarius plus fructo-oligosaccharide est supérieur au fructosaccharide pour traiter les enfants ayant une dermatite atopique modérée à sévère : un essai clinique randomisé en double aveugle d’efficacité et de sécurité : K.-G. Wu1, T.-H. Li1,2, H.-J. Peng

dans British Journal of Dermatology

- Contexte :

  • Certains probiotiques peuvent améliorer la dermatite atopique (DA) de l’enfant.
  • Les prébiotiques ont aussi montré une certaine efficacité, mais celle-ci peut être améliorée par une association aux probiotiques (symbiotiques).

- Objectifs :

  • Nous avons comparé les le effets du Lactobacillus salivarius associé au fructo-oligosaccharide (Synbiotique) à celui du fructo-oligosaccharide seul (Prébiotique) chez des enfants ayant une DA modérée à sévère.

- Méthodes :

  • Nous avons randomisé 60 enfants âgés de 2 à 14 ans ayant une DA modérée à sévère (SCORAD > 25) en un groupe traitement (symbiotique) et un groupe contrôle (prébiotique) avec 30 enfants dans chaque groupe.
  • Ils ont reçu une capsule contenant soit du Lactobacillus salivarius plus du fructo-oligosaccharide (groupe traitement), soit du fructo-oligosaccharide (groupe contrôle) 2 fois par jour pendant 8 semaines.
  • Les indices du SCORAD ont été suivis aux semaines 0, 4, 8 et 10 (après traitement).
  • Les résultats de laboratoire et les traitements de la DA ont aussi été recueillis.

- Résultats :

  • Les caractéristiques cliniques et démographiques ainsi que les scores du SCORAD étaient au départ similaires dans les 2 groupes.
  • Après 8 semaines, les scores du SCORAD dans le groupe traitement (27,4 ± 12,7) étaient significativement plus bas que dans le groupe contrôle (36,3 ± 14,9) (p = 0,022) ; cette différence a persisté après 10 semaines.
  • Après 8 semaines, l’intensité de la DA dans le groupe traitement était significativement plus basse que dans le groupe contrôle (p = 0,013) ; plus d’enfants avaient une DA légère dans le groupe traitement (52% ; 14/27) que dans le groupe contrôle (30% ; 8/27) (p = 0,024).
  • Le traitement utilisé et les taux de protéine éosinophile cationique étaient significativement réduits à 8 semaines dans le groupe traitement comparativement à ceux qu’ils étaient à 4 semaines.

- Conclusion :

  • Une association symbiotique de Lactobacillus salivarius et de fructo-oligosaccharide était supérieure au prébiotique seul pour traiter la DA atopique modérée à sévère de l’enfant.
  • Un suivi sera cependant nécessaire pour établir les bénéfices à long terme.

L’altération de la microflore intestinale pourrait contribuer à une perturbation du système immunitaire et faciliter ainsi les maladies atopiques.

Une intervention sur la microflore intestinale paraissait donc logique…

Prébiotiques et probiotiques ont ainsi fait l’objet de nombreuses études dans la prévention de l’allergie (chez le nouveau-né, chez la femme enceinte…) mais aussi en thérapeutique, et particulièrement dans la dermatite atopique de l’enfant.

Une nouvelle étude menée à Taïwan a comparé l’efficacité de l’association d’un probiotique (Lactobacillus salivarius) à un prébiotique (fructo-oligosaccharide) à celle du prébiotique seul chez 60 enfants ayant une dermatite atopique modérée à sévère.

La prise était biquotidienne pendant 8 semaines. Les enfants ont été suivis pendant 10 semaines.

Le SCORAD des enfants ayant pris le symbiotique était plus bas à 8 et 10 semaines que celui des enfants ayant pris le prébiotique seul. L’intensité de la maladie était également inférieure.

Une comparaison avec un vrai placebo serait certainement appréciable tout comme un échantillon d’enfants plus important. On peut regretter enfin le suivi relativement bref des patients.

Les études sur les probiotiques, prébiotiques et symbiotiques ont encore de beaux jours devant elles…