Le lymphocyte T : bouc émissaire de l’allergie multiple aux médicaments.

mercredi 5 octobre 2011 par Dr Stéphane Guez916 visites

Accueil du site > Sciences > Immunologie > Le lymphocyte T : bouc émissaire de l’allergie multiple aux médicaments.

Le lymphocyte T : bouc émissaire de l’allergie multiple aux médicaments.

Le lymphocyte T : bouc émissaire de l’allergie multiple aux médicaments.

mercredi 5 octobre 2011, par Dr Stéphane Guez

Syndrome d’allergie médicamenteuse multiple : fonction normale des cellules Treg mais augmentation in vivo de l’activation des cellules T spécifiques des médicaments. : Daubner, B., Groux-Keller, M., Hausmann, O. V., Kawabata, T., Naisbitt, D. J., Park, B. K., Wendland, T., Lerch, M. and Pichler, W. J. (2011),

Multiple drug hypersensitivity : normal Treg cell function but enhanced in vivo activation of drug-specific T cells.

dans Allergy. doi : 10.1111/j.1398-9995.2011.02720.x

- Introduction :

  • Plus de 10% des patients ayant des réactions immunes d’hypersensibilité aux médicaments ont tendance à développer un syndrome d’allergie médicamenteuse multiple (MDH).
  • La raison pour laquelle certains patients développent ce syndrome et le mécanisme physiopathologique sous-jacent n’est pas claire.

- Objectif de l’étude :

  • Les auteurs ont étudié les différentes sous populations lymphocytaires chez des patients ayant un MDH par rapport à des patients allergiques à un unique médicament et par rapport à des témoins sains.

- Matériel et Méthode :

  • Les auteurs ont analysé la réactivité in vitro des cellules mononuclées du sang périphérique de patients avec un MDH (n = 7), des patients ayant une allergie à un unique médicament (mono allergique n = 6) et des patients témoins sains (n = 6) vis-à-vis de différents médicaments (surtout des antibiotiques et des antiépileptiques).
  • En éliminant et en rajoutant de façon sélective des cellules LT CD4+CD25 bright (cellules T régulatrices, Treg), leurs effets sur la réactivité des cellules T spécifiques des médicaments ont été analysés.
  • Les phénotypes des cellules T réactives ont été déterminés ex vivo par des colorations avec des marqueurs d’activation (CD 38) et d’épuisement cellulaire (PD-1).

- Résultats :

  • Il n’y a pas de déficit fonctionnel des cellules Treg chez l’ensemble des patients allergiques aux médicaments.
  • Une réactivité cellulaire T aux médicaments chez les patients ayant un MDH a été découverte au niveau de la sous population CD4+CD25dim et montre une augmentation de l’expression de CD38 et PD-1, alors que celles des patients mono allergiques réside dans la population restante lymphocytaire CD4+CD25neg.

- Conclusion :

  • Chez les patients avec MDH, les cellules T réactives aux médicaments sont contenus dans la fraction des cellules T pré-activées in vivo.
  • De plus, ils ont un seuil de déclenchement plus faible d’activation aux médicaments.
  • Comprendre les raisons de cette pré-activation cellulaire in vivo nécessite d’autres investigations.

Les auteurs ont étudié les sous-populations lymphocytaires de patients ayant un syndrome d’hypersensibilité médicamenteuse multiple par rapport à des patients non sensibilisés et des patients sains.

Il existe un état de pré-activation de certaines sous-populations lymphocytaires spécifiques des différents médicaments.

Cette étude très fondamentale est un premier pas vers une meilleure compréhension du syndrome d’hypersensibilité médicamenteuse multiple.

Il existe un état de pré activation des cellules LT spécifiques sans que pour l’instant cet état puisse être expliqué.

Il n’y a donc pas encore d’application pratique à cette étude qui doit en appeler d’autres pour enfin comprendre comment et pourquoi certains patients deviennent allergiques à une multitude de médicaments.