Prévention de l’asthme de l’enfant par le régime alimentaire de la mère : du gras mais pas n’importe lequel !

jeudi 13 octobre 2011 par Dr Geneviève DEMONET270 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Prévention de l’asthme de l’enfant par le régime alimentaire de la mère : du (...)

Prévention de l’asthme de l’enfant par le régime alimentaire de la mère : du gras mais pas n’importe lequel !

Prévention de l’asthme de l’enfant par le régime alimentaire de la mère : du gras mais pas n’importe lequel !

jeudi 13 octobre 2011, par Dr Geneviève DEMONET

Composition en acides gras du régime alimentaire pendant la grossesse et le risque d’asthme chez les enfants : Lumia, M., Luukkainen, P., Tapanainen, H., Kaila, M., Erkkola, M., Uusitalo, L., Niinistö, S., Kenward, M. G., Ilonen, J., Simell, O., Knip, M., Veijola, R. and Virtanen, S. M. (2011),

Dietary fatty acid composition during pregnancy and the risk of asthma in the offspring.

dans Pediatric Allergy and Immunology. doi : 10.1111/j.1399-3038.2011.01202.x

- Contexte :

  • Les acides gras (AG) modulent le système immunitaire ; il a été suggéré qu’ils pourraient affecter l’incidence des maladies allergiques IgE-médiées.

- Méthodes :

  • Nous avons analysé les données de l’Etude Finnoise Nutritionnelle pour la Prédiction et la Prévention du Diabète de type 1 (DIPP).
  • La prise alimentaire maternelle pendant la grossesse (8 mois) a été évaluée par l’intermédiaire d’un questionnaire validé de 181 items de fréquence des aliments.
  • La survenue d’un asthme a été vérifiée à l’âge de 5 ans par un questionnaire modifié à partir de celui de l’Etude Internationale sur l’Asthme et les Allergies chez l’Enfant (ISAAC).
  • Un modèle des risques proportionnels de régression de Cox a été utilisé pour les analyses statistiques.

- Résultats :

  • La faible consommation d’acide α-linolénique (18:3n-3) [plus petit quartier vs. mi-moitié HR 1.67 (IC 95% 1.12–2.48)] et d’acides gras totaux n-3-polyinsaturés (AGPI)) [HR 1.66 (IC95% 1.11–2.48)] pendant la grossesse était associée à une augmentation du risque d’asthme chez les enfants alors qu’une faible consommation d’acide arachidonique (20:4n-6) [HR 0.52 (IC95% 0.32–0.84)] et une forte consommation en acides gras totaux saturés [quartier plus élevé vs. mi-moitié HR 0.55 (IC95% 0.34–0.90)] et en acide palmitique (16:0) [HR 0.51 (IC95% 0.31–0.83) étaient associés à un risque abaissé d’asthme.
  • Les ratios de n-6 à n-3-AGPI et 18:2n-6 à 18:3n-3 et la consommation maternelle en huiles, poissons et produits à bas de poissons n’ont montré aucune association avec le risque d’asthme.
  • Les associations trouvées étaient indépendantes de plusieurs confondants périnataux et cliniques.

- Conclusions :

  • La consommation maternelle en AG pendant la grossesse était associée à l’asthme de l’enfant.
  • La consommation maternelle durant la grossesse d’acide α-linolénique, de n-3 AGPI et d’acide palmitique pourrait diminuer le risque d’asthme chez l’enfant alors que la consommation en acide arachidonique pourrait l’augmenter.

Dés études épidémiologiques ont suggéré que l’augmentation de l’asthme et des maladies allergiques dans les pays occidentaux pourrait en partie être liée aux modifications d’habitudes alimentaires et à la plus grande consommation en acides gras polyinsaturés.

Un travail a été mené en Finlande pour tenter d’établir un lien entre le régime alimentaire de la mère pendant la grossesse et la survenue d’un asthme chez son enfant.

Les données d’une enquête sur la détection et la prévention du diabète de type 1 en relation avec la diététique ont été utilisées pour 2679 enfants.

Les résultats de cette étude suggèrent qu’une forte consommation maternelle pendant la grossesse en acide α-linolénique, en acides gras n-3 polyinsaturés et en acide palmitique pourrait diminuer le risque d’asthme chez l’enfant (évalué à l’âge de 5 ans) alors que la consommation élevée d’acide arachidonique pourrait l’augmenter.