Extra-fines ou grosses particules : faites vos jeux les asthmatiques !

lundi 21 novembre 2011 par Dr Philippe Carré543 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Extra-fines ou grosses particules : faites vos jeux les asthmatiques (...)

Extra-fines ou grosses particules : faites vos jeux les asthmatiques !

Extra-fines ou grosses particules : faites vos jeux les asthmatiques !

lundi 21 novembre 2011, par Dr Philippe Carré

Contrôle de l’asthme par des particules extra-fines de béclométasone véhiculées par des hydrofluoroalcanes (HFA) versus des grosses particules véhiculées par des chlorofluorocarbones (CFC) : étude observationnelle dans la vraie vie. : Barnes, N., Price, D., Colice, G., Chisholm, A., Dorinsky, P., Hillyer, E. V., Burden, A., Lee, A. J., Martin, R. J., Roche, N., von Ziegenweidt, J. and Israel, E. (2011),

Asthma control with extrafine-particle hydrofluoroalkane–beclometasone vs. large-particle chlorofluorocarbon–beclometasone : a real-world observational study.

dans Clinical & Experimental Allergy, 41 : 1521–1532. doi : 10.1111/j.1365-2222.2011.03820.x

- Contexte :

  • La formulation de la béclométasone (DPB) en particules extra-fines véhiculées par des hydrofluoroalcanes (HFA-DPB) démontre une meilleure déposition totale et au niveau des petites voies aériennes comparativement à la formulation par des grosses particules véhiculées par des chlorofluorocarbones (CFC-DPB)
  • Dans quelques études de courte durée, les HFA-DPB montrent des effets plus importants sur la fonction pulmonaire que les CFC-DPB, et peuvent donc être prescrits à une dose plus faible ; mais on ne sait pas s’il y a des différences sur l’évolution de l’asthme au cours du traitement au long cours.

- Objectif :

  • Comparer l’efficacité des HFA-DPB versus les CFC-DPB après une durée d’un an.

- Méthodes :

  • Cette étude rétrospective de cohorte a étudié les résultats dans une grande base de données de soins primaires concernant des patients âgés de 5 à 60 ans avec un asthme, et qui recevaient leur première prescription (population initiale) de corticoïdes inhalés (CSI) ou leur première augmentation (population suivie) de dose de CSI, à l’aide d’un aérosol-doseur pressurisé (MDI) contenant du HFA-BDP ou du CFC-BDP
  • Les patients étaient appariés, en fonction des données démographiques de base et des mesures de sévérité de l’asthme, dans un rapport HFA-BDP/CFC-BDP de 1/3 ou de1/2 pour la population initiale ou la population suivie respectivement
  • Les patients de la population suivie étaient aussi appariés selon la dose de CSI au cours d’une année de référence
  • Les objectifs primaires étaient le contrôle de l’asthme (mesure composite comprenant l’absence de séjour à l’hôpital, de prise de stéroïdes oraux ou d’antibiotiques pour une infection des voies aériennes inférieures) et le taux d’exacerbations au cours de l’année de suivi.

- Résultats :

  • Pour la population initiale (HFA-BDP n=2882 ; CFC-BDP n=8646), l’ odd-ratio (OR) ajusté du contrôle de l’asthme avec HFA-BDP versus CFC-BDP était de 1.15 (IC à 95% :1.02-1.28)
  • Pour la population suivie (n=258 et 516), l’OR ajusté du contrôle de l’asthme par HFA-BDP était de 1.72 (IC à 95% : 1.14-2.56)
  • HFA-BDP était prescrit à une dose moyenne de moitié inférieure à CFC-BDP.

- Conclusion et relevance clinique :

  • Pendant une année suivant l’initiation ou l’augmentation du traitement par des CSI administrés par un MDI, les patients qui recevaient l’HFA-BDP avaient un meilleur contrôle de l’asthme que ceux qui recevaient le CFC-BDP
  • Ces résultats suggèrent que la formulation du CSI, la taille des particules et les caractéristiques de la déposition des particules jouent un rôle important dans l’efficacité du traitement de l’asthme dans la vraie vie
  • Cette étude montre qu’une formulation de béclométasone avec des particules extra-fines peut être utilisée à une dose moitié moindre qu’une formulation avec des grosses particules, avec un contrôle de l’asthme au moins aussi bon.

Plusieurs formulations de gaz propulseurs des CSI de type HFA ont été développées, en raison de la réduction recommandée de l’utilisation des formulations CFC qui détruisent la couche d’ozone.

Des produits de type HFA sont administrés avec la même taille de particules et à la même dose que les CFC, à l’exception des particules extra-fines de DPB commercialisées sous le nom de Qvar, qu’il est recommandé d’utiliser à dose moitié moindre que la forme CFC. Elle est présentée sous forme d’aérosol-doseur pressurisé en solution, et non pas en suspension comme dans les CFC, permettant d’obtenir un diamètre aérodynamique moyen de 1.1 µm contre 3.5 pour la forme CFC, résultant en une augmentation de la déposition dans les petites voies aériennes et une diminution du dépôt au niveau de la région oropharyngée.

Dans l’asthme, l’inflammation des voies aériennes atteint aussi bien les grosses bronches que les petites voies aériennes, et l’augmentation de la déposition des CSI dans l’ensemble des voies aériennes pourrait donc influencer l’efficacité du traitement. Ceci a été prouvé dans des études contrôlées de courte durée qui ont montré que l’efficacité des HFA était équivalente à celle des CFC administrés à une dose deux fois plus importante ; mais qu’en est-il au long cours dans la vraie vie, chez des patients ambulatoires en dehors des essais cliniques ?

Les auteurs ont fait à cet effet une étude observationnelle pour évaluer l’efficacité dans la vraie vie de l’HFA-DPB comparativement au CFC-DPB, chez des patients asthmatiques naïfs de CSI (n=2882 et 8646 respectivement) ou recevant la première augmentation de leur dose de CSI (n=258 et 516 respectivement) ; ils ont évalué au bout d’un an de suivi le niveau de contrôle de l’asthme et le taux d’exacerbations au cours de la période.

Les résultats montrent que :

  • dans la population naïve l’OR ajusté du contrôle de l’asthme avec HFA-BDP versus CFC-BDP était de 1.15
  • dans la population suivie l’OR ajusté du contrôle de l’asthme par HFA-BDP était de 1.72
  • HFA-BDP était prescrit à une dose moyenne de moitié inférieure à CFC-BDP.

Cette étude permet de conclure que les patients recevant, en première prescription ou en première augmentation de dose, des CSI sous forme HFA, ont un OR de contrôle de leur asthme significativement supérieur, et à dose moitié moindre, que ceux recevant une formulation avec des CF, en particulier quand on augmente les doses de CSI.

Les résultats de cette étude illustrent dans la vraie vie l’efficacité sur un an du DPB dans une population d’asthmatiques pris en charge en soins primaires (médecine générale), et suggèrent que la formulation des CSI, la taille extra-fine des particules et les caractéristiques de leur déposition jouent un rôle important dans l’efficacité au quotidien du traitement de l’asthme.