Faut-il raisonner à court terme ou à long terme par temps de crises ?

mercredi 4 janvier 2012 par Dr Philippe Carré756 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Faut-il raisonner à court terme ou à long terme par temps de crises (...)

Faut-il raisonner à court terme ou à long terme par temps de crises ?

Faut-il raisonner à court terme ou à long terme par temps de crises ?

mercredi 4 janvier 2012, par Dr Philippe Carré

Concordance limitée entre le contrôle à court terme et à long terme de l’asthme chez les enfants : l’étude de cohorte PACMAN. : Koster, E. S., Raaijmakers, J. A. M., Vijverberg, S. J. H., Koenderman, L., Postma, D. S., Koppelman, G. H., van der Ent, C. K. and Maitland-van der Zee, A.-H. (2011),

Limited agreement between current and long-term asthma control in children : the PACMAN cohort study.

dans Pediatric Allergy and Immunology, 22 : 776–783. doi : 10.1111/j.1399-3038.2011.01188.x

- Contexte :

  • Plusieurs études ont montré que les éléments prédictifs de l’efficacité du traitement de l’asthme diffèrent en fonction des critères de résultat choisis
  • Ceci montre que les différents critères d’efficacité étudiés peuvent refléter des aspects différents du contrôle de l’asthme
  • Le but de cette étude était d’étudier l’association entre les mesures du contrôle à court et à long terme de l’asthme.

- Méthodes :

  • Ont été inclus 527 enfants sous corticoïdes inhalés participant à une cohorte étudiant les effets pharmacogénétiques du traitement anti-inflammatoire chez des enfants asthmatiques (étude de cohorte PACMAN)
  • Le contrôle à court terme de l’asthme (au cours de la semaine précédente) était défini à partir du Questionnaire de Contrôle de l’Asthme
  • Le contrôle à long terme de l’asthme était basé sur les recommandations GINA
  • L’asthme mal contrôlé au cours d’une saison était défini par la présence d’au moins 3 des critères suivants présents au cours d’une saison : symptômes diurnes ou nocturnes, limitation des activités et utilisation de traitements de secours
  • Le contrôle de l’asthme pendant la saison précédente et au cours de l’année précédant la visite était utilisé comme critères de contrôle de l’asthme au long cours
  • Le contrôle de l’asthme à court terme et à long terme étaient utilisés pour étudier l’accord entre les deux.

- Résultats :

  • Les taux d’asthme non contrôlés à long terme étaient plus élevés en automne et pendant l’hiver (50%) et plus bas pendant l’été (32%) [p<0.05]
  • L’accord global entre le contrôle de l’asthme à court et à long terme était limité (66% pour la saison précédente et 68% pour l’année précédente).

- Conclusion :

  • La congruence entre le contrôle de l’asthme à court et à long terme était limitée
  • De plus, il existait des différences significatives entre les saisons
  • Il est donc important de calculer le contrôle de l’asthme sur une plus longue période de temps, au lieu d’utiliser le contrôle à court terme comme indicateur.

Plusieurs études ont montré qu’une proportion substantielle de patients asthmatiques n’atteint pas un contrôle suffisant de leur maladie ; ce qui entraîne une mauvaise qualité de vie et un recours fréquent à des soins non programmés. Il est donc important d’avoir une connaissance précise des déterminants du contrôle de la maladie, de façon à les améliorer.

Il a été montré que les facteurs phénotypiques prédictifs de la réponse aux corticoïdes étaient différents en fonction du critère de réponse choisi. Le but de cette étude épidémiologique observationnelle était de comparer la concordance entre les réponses à court terme et à long terme du contrôle de l’asthme, en utilisant d’une part le test de contrôle de l’asthme et d’autre part les critères à long terme du GINA, dans un groupe de 527 enfants asthmatiques inclus dans une cohorte (PACMAN).

Les résultats montrent que :

  • Les taux d’asthme non contrôlé à long terme étaient plus élevés en automne et en hiver qu’en été
  • La concordance globale entre le contrôle à court et à long terme était limitée de façon significative : une proportion importante d’enfants avec un bon contrôle à court terme n’avaient pas les critères de définition d’un bon contrôle à long terme
  • Qu’il existe des différences significatives entre les saisons.

Il apparaît donc qu’en se basant sur le seul contrôle à court terme de l’asthme, le contrôle de l’asthme peut être largement surestimé. De plus cette étude montre de grandes variations dans le contrôle en fonction des saisons, avec un meilleur contrôle l’été ; ceci peut résulter d’une plus grande exposition aux virus, aux acariens et à la pollution l’hiver : il est donc important aussi de stratifier le contrôle de l’asthme en tenant compte des saisons.

Même si cette étude a des biais possibles (description des symptômes à partir des rapports faits par les parents, contact des enfants directement à partir des pharmacies délivrant les corticoïdes), les auteurs concluent que pour définir correctement le contrôle de l’asthme et la réponse au traitement dans des études observationnelles, il est important de se baser sur le contrôle à long terme, et de le stratifier ou de l’ajuster en fonction des différentes saisons.