IgG4 et ITS : le bonheur est dans l’action pas dans la quantité !!

mercredi 11 janvier 2012 par Dr Stéphane Guez281 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > IgG4 et ITS : le bonheur est dans l’action pas dans la quantité (...)

IgG4 et ITS : le bonheur est dans l’action pas dans la quantité !!

IgG4 et ITS : le bonheur est dans l’action pas dans la quantité !!

mercredi 11 janvier 2012, par Dr Stéphane Guez

L’évaluation fonctionnelle des IgG4 plutôt que leur taux est fortement corrélée avec la réponse clinique à l’immunothérapie vis-à-vis des pollens de graminées. : Shamji, M. H., Ljørring, C., Francis, J. N., A Calderon, M., Larché, M., Kimber, I., Frew, A. J., Ipsen, H., Lund, K., Würtzen, P. A. and Durham, S. R. (2012),

Functional rather than immunoreactive levels of IgG4 correlate closely with clinical response to grass pollen immunotherapy.

dans Allergy, 67 : 217–226. doi : 10.1111/j.1398-9995.2011.02745.x

- Introduction :

  • L’induction d’anticorps spécifiques IgG4 est le marqueur immunologique le plus utilisé dans les études sur l’immunothérapie.
  • Cependant, l’évaluation quantitative des IgG4 n’a pas été prouvée comme bénéfique pour l’évaluation des modifications cliniques durant ou après l’immunothérapie.

- Objectif de l’étude :

  • Les auteurs ont étudié les relations entre l’efficacité clinique de l’immunothérapie et les variations des IgG4 durant ou après le traitement : taux d’IgG4 et activité fonctionnelle de ces IgG4
  • En effet, ces chercheurs ont fait l’hypothèse que des études fonctionnelles de l’action inhibitrice des IgG4 spécifiques comme :
    • les études d’inhibition de la fixation des IgEs
    • et de l’inhibition de l’activation des CD23 par les IgE
  • seraient mieux corrélées avec l’efficacité clinique de l’ITS et pourraient servir de bio marqueur de la réponse clinique.

- Matériel et Méthode :

  • Dans une étude randomisée en double aveugle contre placebo de 8 mois, 221 patients polysensibilisé ayant une rhinite saisonnière sévère ont bénéficié d’une ITS avec un extrait de fléole Alutard SQ, Phleum pratense 100000 SQ-U, 10000 SQ-U ou un placebo injectable.
  • Des échantillons sériques ont été collectés avant le traitement, durant la phase d’ascension des doses d’immunothérapie, durant la phase d’entretien, au cours de la saison pollinique et enfin à la fin de l’étude.
  • Les taux des IgG4 et l’activité fonctionnelle des IgG4 ont été évaluées.

- Résultats :

  • Une augmentation temps-dépendante et dose-dépendante de l’activité inhibitrice du sérum à la fois sur la fixation des IgE et sur l’activation des CD23 a été mise en évidence, avec une augmentation qui est parallèle à l’augmentation du taux des IgG4 spécifiques.
  • Une relation inverse modeste mais significative a été démontrée entre l’action inhibitrice des sérums après l’immunothérapie et le score combiné clinique et thérapeutique, alors que cette relation n’est pas observée avec les taux d’IgG4.

- Conclusions :

  • Les études fonctionnelles des IgG4 et du blocage des IgE pourraient être plus utiles que le taux des IgG4 pour apprécier la réponse à l’immunothérapie.
  • D’autres études sont nécessaires pour confirmer si ces études fonctionnelles pourraient servir de bio marqueur de l’efficacité clinique de l’ITS chez un patient donné.

Dans ce travail les auteurs ont étudié les variations du taux des IgG4 mais aussi de leurs capacités fonctionnelles au cours de l’immunothérapie spécifique chez des patients ayant une rhinite saisonnière.

Il y a une bonne corrélation entre la réponse clinique à l’ITS et l’activité fonctionnelle des IgG4 et non avec les taux d’IgG4.

Cela fait des années que les cliniciens espèrent enfin un marqueur bioclinique qui permettrait de suivre l’efficacité ou non d’une désensibilisation.

Un espoir important a reposé initialement sur les variations des taux d’IgG4 au cours de l’immunothérapie mais rapidement il a fallu déchanter.

En étudiant ici les variations de l’activité fonctionnelle des IgG4 sur les IgEs, les auteurs mettent en évidence une bonne corrélation avec l’activité bloquante des IgG4 et non avec leur simple taux sérique.

La dissociation entre taux et activité pourrait rendre compte des résultats surprenant observés dans l’étude simple des taux d’IgG4 au cours de l’ITS avec en particulier une absence de taux élevé même lors d’une bonne efficacité clinique.

Cette action inhibitrice des IgE pourrait donc représenter un bon marqueur d’efficacité de l’ITS, mais ces résultats doivent être d’une part confirmés, et d’autre part aboutir à des tests de laboratoires pratiques et automatisables.