Les malades le disent, pas assez de C1INH ça gonfle...

jeudi 26 janvier 2012 par Dr Stéphane Guez496 visites

Accueil du site > Maladies > Urticaire > Les malades le disent, pas assez de C1INH ça gonfle...

Les malades le disent, pas assez de C1INH ça gonfle...

Les malades le disent, pas assez de C1INH ça gonfle...

jeudi 26 janvier 2012, par Dr Stéphane Guez

Les taux cibles de C1-inhibiteur fonctionnel dans l’oedème angioneurotique héréditaire. : Hack, C. E.1 ; Relan, A.2 ; van Amersfoort, E. S.2 ; Cicardi, M.3

dans  : Allergy, Volume 67, Number 1, 1 January 2012 , pp. 123-130(8)

- Introduction :

  • L’angioedème héréditaire (HAE) est un déficit hétérozygote du premier composant de l’inhibition du complément (C1INH).
  • Une insuffisance d’activité du C1INH conduit à une activation incontrôlée en cas-cade du système plasmatique du complément conduisant à des crises aiguës d’an-gioedème chez les patients ayant un HAE.
  • Les dérivés plasmatiques ou les produits recombinants de C1INH sont des traite-ments reconnus pour le traitement des angioedèmes survenant lors de ces crises.
  • Le niveau cible de l’activité du C1INH nécessaire pour obtenir une efficacité maxi-male reste cependant inconnu.
  • Les auteurs ont déterminés le taux plasmatique de C1INH qui est associé à une efficacité clinique optimale pour le traitement des crises d’angioedèmes.

- Matériel et Méthode :

  • Les données de pharmacocinétique et d’efficacité ont été revus à partir des études récents publiées sur des essais randomisés contre placebo dans le traitements de l’HAE,
    • avec des dérivés plasmatiques
    • ou des produits recombinants de C1INH,
  • testés à des doses différentes.

- Résultats :

  • Un effet dose-dépendant a été observé lors du début de l’amélioration des symp-tômes, et lors de la résolution des symptômes.
  • L’efficacité optimale du traitement par C1INH est obtenue à la dose réponse de 4U/kg.
  • Cette dose augmente l’activité plasmatique du C1INH chez presque tous les pa-tients au dessus de 50U/ml (70% des valeurs normales), la limite inférieure du taux normal.
  • Les différences de valeurs supérieures ou égales à 0.7 de la demi-vie des diffé-rents produits C1INH n’ont pas d’effet objectif sur l’efficacité clinique.

- Conclusion :

  • Une revue de l’efficacité et de la pharmacocinétique à partir des données obtenues d’études publiées récentes contrôlées dans le traitement des crises d’HAE, suggère que le traitement efficace de C1INH est maximal lorsque le taux d’activité du C1INH est rétabli à un taux normal.

Dans ce travail, les auteurs ont analysé l’ensemble des études contrôlées publiées sur le traitement des crises aigües d’HAE par des dérivés sanguins ou des recombi-nants de C1INH.

Ils notent que l’efficacité clinique est obtenue lorsque le taux de C1INH revient à des valeurs presque normales.

Ce travail n’avait pas été fait jusqu’à présent et devait l’être pour estimer la dose de C1INH à administrer pour traiter de façon optimale une angioedème dans le cadre d’un HAE.

Le résultat peut faire sourire : il faut en fait rétablir un taux normal de C1INH dans le plasma (la limite inférieure des valeurs normales). Mais ce résultat indique qu’il n’y a pas d’effet à faible ou moyenne dose : il faudra donc administrer d’emblée la dose nécessaire pour obtenir un résultat clinique.

Compte-tenu du coût majeur de ces traitements il est important que le prescripteur ne soit pas tenté de donner une dose plus faible que la dose recommandée en pen-sant avoir une certaine efficacité.

La prise en charge d’un HAE fait actuellement des progrès considérables et le coût des traitements doit être relativisé aux journées d’hospitalisation évitées dans des services de réanimation, grâce à l’administration précoce d’un traitement efficace à la bonne posologie dés le début d’une manifestation grave d’angioedème.