Allergie à la noisette : le clinicien fait mieux que le biologiste !!

lundi 6 février 2012 par Dr Stéphane Guez1115 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Allergie à la noisette : le clinicien fait mieux que le biologiste (...)

Allergie à la noisette : le clinicien fait mieux que le biologiste !!

Allergie à la noisette : le clinicien fait mieux que le biologiste !!

lundi 6 février 2012, par Dr Stéphane Guez

Valeur diagnostique des tests allergiques à la noisette incluant rCor a1 « dopage » par des tests de provocation en double aveugle chez les enfants. : Masthoff, L. J., Pasmans, S. G., van Hoffen, E., Knol, M. J., Bruijnzeel-Koomen, C. A., Flinterman, A. E., Kentie, P., Knulst, A. C. and Meijer, Y. (2011),

Diagnostic value of hazelnut allergy tests including rCor a 1 spiking in double-blind challenged children.

dans Allergy. doi : 10.1111/j.1398-9995.2011.02766.x

- Introduction :

  • La valeur diagnostique des tests allergiques à la noisette, évaluée par des tests de provocation en double aveugle chez les enfants n’est pas connue.
  • L’objectif de cette étude a été d’analyser les performances de différents tests diagnostiques dans l’allergie à la noisette chez des enfants et les effets du spiking (enrichissement du CAP noisette par rCor a 1).

- Matériel et Méthode :

  • Les données de 151 enfants qui ont eu un test de provocation en double aveugle contre placebo vis-à-vis de la noisette ont été analysées.
  • La valeur prédictive positive et négative (PPV/NPV) des taux d’IgEs à la noisette, l’influence du spiking, et la taille des prick-tests à la noisette ainsi que la relation à la sévérité de l’allergie à la noisette ont été évalués.
  • Les résultats d’une ingestion accidentelle ayant conduit à une réaction allergique à la noisette ont été également analysés en relation avec le diagnostic d’allergie à la noisette.

- Résultats :

  • Un taux d’IgEs > ou = à 0.35 kU/L pour la noisette est un indicateur prédictif moyen d’allergie à la noisette.
  • Le spiking diminue la PPV de 41% à 38% et augmente la NPV de 91% à 100% pour des taux d’IgEs > ou = à 0.35 kU/L.
  • La PPV maximale atteinte est dès 73% pour un seuil d’IgEs de 26 kU/L.
  • Les taux d’IgEs avant spiking sont significativement différents selon les différents niveaux de gravité clinique, et ces différences disparaissent après spiking.
  • Les prick-tests sont un meilleur indicateur prédictif positif d’une allergie à la noisette et de la sévérité clinique que les taux d’IgEs.
  • Des antécédents d’ingestion accidentelle ayant entraînée une réaction allergique à la noisette ont une PPV de 59% d’allergie à la noisette.

- Conclusion :

  • Cette étude montre une bonne NPV des tests diagnostiques dans l’allergie à la noisette chez l’enfant, NPV qui est améliorée par le spiking. Cependant, les PPVs sont modérées et diminuent avec le spiking.

Les auteurs ont évalué les valeurs prédictives positives et négatives de différents tests allergologiques dans l’allergie à la noisette chez l’enfant, la référence étant le TPO à la noisette.

Si les valeurs prédictives négatives sont bonnes, les valeurs prédictives positives sont moyennes et non améliorées par le spiking.

Il s’agit d’un travail clinique intéressant puisqu’il évalue l’intérêt des tests allergologies avec comme standard le meilleur test puisqu’il s’agit d’une épreuve de provocation par voie orale en double aveugle contre placebo.

A coté des tests classiques, les auteurs ont étudié le spiking, nom donné à un dosage CAP noisette enrichi par rCor a 1.

Tous les tests ont une bonne valeur prédictive négative, mais sont très moyens pour affirmer le diagnostic positif.

Le spiking améliore la valeur prédictive négative mais pas la valeur prédictive positive.

Les prick-tests apparaissent comme le meilleur test allergologique avec la clinique par rapport aux dosages des IgE spécifiques.

Le clinicien a donc encore de beaux jours devant lui !