Allergologue, il faut avoir la profiline à l’œil !!

vendredi 24 février 2012 par Dr Stéphane Guez1387 visites

Accueil du site > Maladies > Conjonctivites > Allergologue, il faut avoir la profiline à l’œil !!

Allergologue, il faut avoir la profiline à l’œil !!

Allergologue, il faut avoir la profiline à l’œil !!

vendredi 24 février 2012, par Dr Stéphane Guez

Étude de la profiline comme aéroallergène au moyen d’un test de provocation allergénique conjonctival avec une profiline purifiée de palmier dattier. : R. Núñez, F. Carballada, M. Lombardero, L. Jimeno, M. Boquete

Allergy Department, Xeral-Calde Hospital, Lugo, Spain

dans Int Arch Allergy Immunol 2012 ;158:115-119 (DOI : 10.1159/000330822)

- Introduction :

  • Le rôle de la profiline comme allergène alimentaire est bien établi, mais il y a peu de recherches qui ont été faites sur la capacité de la profiline à provoquer une affection respiratoire.
  • La profiline est considérée plus comme une allergène confondant des tests cutanés avec des extraits de pollens totaux que comme un aéroallergène.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été de trouver si oui ou non une profiline peut entrainer des symptômes chez des patients sensibilisés, ce qui en ferait un aéroallergène possible.

- Matériel et Méthode :

  • Les auteurs ont réalisé des tests de provocation conjonctivaux avec une profiline de palmier dattier chez une série de patients consécutifs ayant une rhinoconjonctivite allergique aux pollens en faisant 2 groupes :
    • des patients sensibilisés à la profiline (n=17)
    • et des patients non sensibilisés servant de témoins (n=14).
  • Les auteurs ont étudié les associations possibles entre sensibilisation à la profiline et allergie à la profiline dans ces 2 groupes de patients.

- Résultats :

  • Aucun des patients qui ne sont pas sensibilisés à la profiline n’a un résultat positif lors des tests de provocation conjonctivaux.
  • Inversement, 65% des patients sensibilisés à la profiline ont un test de provocation conjonctival positif et sont donc considérés comme allergique à la profiline.
  • Il a été trouvé une association statistiquement significative entre être allergique à la profiline et être sensibilisé à la profiline (X2 = 10.39, p<0.005).

- Conclusion :

  • Les profilines semblent pouvoir être des aéroallergènes chez une proportion significative de patients sensibilisés aux profilines.
  • Cela peut expliquer l’inutilité de faire des tests conjonctivaux avec l’extrait total de pollen pour déterminer une sensibilisation véritable.
  • Dans le futur, la possibilité de quantifier cet allergène dans les vaccins polliniques d’immunothérapie doit être prise en considération.

Dans ce travail, les auteurs font la démonstration que la profiline, allergène alimentaire connu, peut aussi être un aéroallergène significatif en étudiant des patients ayant une rhinoconjonctivite aux pollens et chez lesquels sont réalisés des tests de provocation conjonctivaux avec une profiline purifiée.

Ces résultats sont très intéressants car ils permettent d’une part de mieux connaître le rôle allergisant de la profiline et d’autre part le lien entre allergie respiratoire et alimentaire.

Le test conjonctival choisi ici permet de faire la preuve d’une allergie chez 65% des patients sensibilisés à la profiline. Mais il n’est démontré qu’une allergie respiratoire et il n’est pas précisé si les patients ont également ou non une allergie alimentaire associée. Cela aurait pourtant été intéressant pour préciser non seulement le rôle sensibilisant de la profiline mais aussi son rôle allergisant mixte possible : respiratoire et alimentaire.

Dans tous les cas, les données présentées ici sont importantes car elles confirment que l’extrait d’immunothérapie doit contenir de la profiline chez les patients sensibilisés.

On voit donc qu’il y a certainement eu une confusion d’interprétation entre immunologiste et allergologue clinicien : la sensibilisation à la profiline n’est pas qu’un facteur confondant dans l’interprétation des tests allergologiques, mais reflète une véritable allergie et l’extrait doit contenir non seulement les allergènes majeurs mais aussi la profiline.