L’asthme de la femme enceinte protège-t-il contre les effets du tabagisme sur le fœtus ? Hypothèse fumeuse !

lundi 27 février 2012 par Dr Philippe Carré201 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > L’asthme de la femme enceinte protège-t-il contre les effets du tabagisme sur (...)

L’asthme de la femme enceinte protège-t-il contre les effets du tabagisme sur le fœtus ? Hypothèse fumeuse !

L’asthme de la femme enceinte protège-t-il contre les effets du tabagisme sur le fœtus ? Hypothèse fumeuse !

lundi 27 février 2012, par Dr Philippe Carré

Exposition au courant de fumée secondaire du tabac et effets sur la reproduction en fonction de l’asthme maternel. : Sunyer J, Garcia-Esteban R, Castilla AM, Aurrekoetxea JJ, Iñiguez C, Tardón A, Espada M, Lertxundi A, Chatzi L, Rebagliato M, Kogevinas M ; on behalf of the INMA project.
Source
Barcelona, Spain.

dans Eur Respir J. 2012 Feb 9.

- Contexte :

  • La consommation de tabac et l’exposition au courant de fumée secondaire (CFS) sont associées toutes les deux à une réduction du poids de naissance
  • Un risque potentiel plus élevé de cette relation chez les mères asthmatiques n’a pas été clairement identifié jusqu’ici.

- Objectif :

  • Les auteurs ont évalué les effets du tabagisme maternel prénatal et de l’exposition au CFS sur la reproduction, ainsi que l’interaction avec l’histoire maternelle asthmatique.

- Méthodes :

  • Les données ont été recueillies à partir de l’étude INMA, cohorte maternelle de naissance sélectionnée à partir de la population générale espagnole en 2002
  • Le taux de cotinine a été mesuré à la 32è semaine de grossesse chez 2219 femmes
  • Le diagnostic d’asthme maternel a été basé sur des auto-questionnaires au cours de la grossesse.

- Résultats :

  • 35% des femmes n’étaient pas exposées au tabagisme ou au CFS pendant la grossesse
  • Un tabagisme actif (rapporté spontanément ou en cas de taux de cotinine supérieur à 50 ng/ml) était relié à une diminution de 134 g du poids de naissance et à un risque relatif de 1.8 de baisse de l’âge gestationnel et de diminution de la croissance fœtale
  • Ces résultats n’étaient pas modifiés par l’existence d’un asthme maternel
  • L’asthme maternel avait une fréquence similaire dans tous les groupes exposés
  • En l’absence d’exposition, les femmes non exposées au CFS avaient la prévalence d’asthme la plus basse
  • L’exposition au CFS (cotinine entre 20 et 50 ng/ml) diminuait le poids de naissance de 32 g chez les enfants sans asthme maternel, mais cette différence n’était pas statistiquement significative
  • L’asthme maternel ne favorisait pas ces effets.

- Conclusion :

  • Une histoire maternelle d’asthme ne modifiait pas les effets du tabagisme sur la reproduction dans un échantillon de cohorte de la population générale.

L’exposition active ou passive à la fumée de tabac chez la femme enceinte est associée dans la littérature à un poids de naissance abaissé de leur progéniture. La modification de ce risque en cas de maladie asthmatique associée n’est pas claire.

Les auteurs ont donc réalisé, dans une cohorte de naissance espagnole, une étude chez 2219 femmes enceintes, pour déterminer la fréquence de l’asthme dans la population étudiée (à partir d’auto-questionnaires) ainsi que l’exposition au tabac (à partir du dosage de la cotinine urinaire à la 32è semaine de grossesse).

Il en résulte que :

  • 65% des femmes étaient exposées à la fumée de tabac
  • le tabagisme actif était associé à un risque plus élevé de petit poids de naissance et de baisse de la croissance fœtale
  • mais que l’existence d’un asthme ne modifiait pas ce risque de façon significative
  • les femmes non exposées à la fumée de tabac avaient la plus faible prévalence d’asthme.

Cette étude permet de conclure que la présence d’un asthme maternel n’aggrave pas les effets du tabagisme sur la croissance fœtale, qui sont eux bien réels ; mais qu’elle ne les prévient pas non plus.

Et de confirmer que les femmes n’ayant pas d’exposition à la fumée de tabac ont une prévalence d’asthme plus faible. Sous réserve de la fiabilité de la détermination de la fréquence de l’asthme dans la population, qui était définie sur la base d’un auto-questionnaire, ce qui peut être un élément confondant.

Il faut donc continuer à encourager les femmes enceintes à ne pas fumer, même si elles sont asthmatiques !