Contrôle de l’asthme : le diable se trouve dans les petites voies !

mercredi 29 février 2012 par Dr Alain Thillay702 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Contrôle de l’asthme : le diable se trouve dans les petites voies (...)

Contrôle de l’asthme : le diable se trouve dans les petites voies !

Contrôle de l’asthme : le diable se trouve dans les petites voies !

mercredi 29 février 2012, par Dr Alain Thillay

Rôle des petites voies aériennes dans l’expression clinique de l’asthme chez l’adulte. : Claude S. Farah, Gregory G. King, Nathan J. Brown, Sue R. Downie, Jessica A. Kermode, Kate M. Hardaker, Matthew J. Peters, Norbert Berend, Cheryl M. Salome

dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology - February 2012 (Vol. 129, Issue 2, Pages 381-387.e1, DOI : 10.1016/j.jaci.2011.11.017)

- Contexte :

  • La pertinence clinique de l’augmentation de l’hétérogénéité de la ventilation, un marqueur de l’atteinte des petites voies respiratoires, chez les patients asthmatiques n’est pas claire.
    -* L’hétérogénéité de ventilation est un déterminant indépendant de l’hyperréactivité bronchique (HRB), améliorée par les bronchodilatateurs et les corticostéroïdes inhalés (CSI) et aggravée lors des exacerbations, mais sa relation avec le contrôle de l’asthme est inconnue.

- Objectif :

  • Nous avons cherché à déterminer l’association entre l’hétérogénéité de ventilation et le contrôle de l’asthme avant et après le traitement par CSI.

- Méthodes :

  • Des sujets adultes souffrant d’asthme ont subi au départ une mesure de la fonction respiratoire et une évaluation du contrôle de leur asthme (5 items du questionnaire de maîtrise de l’asthme [score ACQ-5] ≥ 1,5 = mal contrôlé, [score ACQ-5] ≤ 0,75 = bien contrôlé).
  • Un sous-groupe de patients présentant une HRB a pratiqué des mesures répétées après 3 mois de traitement à haute dose de CSI.
  • Les indices d’hétérogénéité de ventilation des différentes zones pulmonaires où le transport du gaz se produit essentiellement par convection (hétérogénéité de la ventilation dépendante de la convection ventilatoire [CPDN]) et par diffusion (hétérogénéité de la ventilation dépendante de la diffusion ventilatoire [Sacin]) ont été obtenus en utilisant la technique du rinçage de l’azote en cycles respiratoires multiples.

- Résultats :

  • Au départ (n=105), les sujets ayant un asthme mal contrôlé avait les plus mauvais critères, VEMS, la fraction exhalée du monoxyde d’azote mesurée à 200 ml/s (FeNO) et les valeurs de la ventilation dépendante de la convection et de la diffusion ventilatoires.
  • Dans le groupe traitement (n=50) la spirométrie, FeNO, le rapport VR/capacité pulmonaire totale (CPT) et les valeurs de la ventilation dépendante de la convection et de la diffusion ventilatoires sont significativement améliorés.
  • Le contrôle de l’asthme était également amélioré (moyenne du score ACQ-5, 1,3-0,7 ; p <0,0001).
  • La modification du score de l’ACQ-5 étaient corrélée aux modifications de la FeNO (rs = 0,31, P = 0,03), des valeurs de la ventilation dépendante de la convection ventilatoire (rs = 0,32, P = 0,02) et des valeurs de la ventilation dépendante de la diffusion ventilatoire (rs = 0,41, P = 0,003).
  • Les facteurs prédictifs indépendants d’un changement de contrôle de l’asthme étaient les modifications des valeurs de la ventilation dépendante de la convection ventilatoire et des valeurs de la ventilation dépendante de la diffusion ventilatoire (modèle r2 = 0,20, P = 0,005).

- Conclusions :

  • Le contrôle de l’asthme est associé à des marqueurs d’atteinte des petites voies aériennes.
  • Les améliorations de l’hétérogénéité de ventilation par un traitement anti-inflammatoire sont associées aux améliorations des symptômes.
  • Des mesures sensibles de la fonction des petites voies respiratoires pourraient être utiles dans le suivi de la réponse au traitement chez des sujets asthmatiques.

Indéniablement, un progrès éclatant est survenu lors de la découverte des corticostéroïdes inhalés dans le traitement de la maladie asthmatique. Depuis, de nombreuses études sont publiées pour satisfaire un objectif légitime, le contrôle de l’asthme. Les auteurs australiens du présent travail cherchent à montrer que les modifications de l’hétérogénéité de la ventilation pulmonaire, critère indépendant de l’hyperréactivité bronchique aggravé dans l’asthme, représente un moyen pertinent d’évaluer le contrôle de l’asthme.

Outre les explorations fonctionnelles respiratoires classiques, les auteurs ont eu recours à la fraction exhalée du monoxyde d’azote, critère admis de l’inflammation bronchique, mais aussi, pour mesurer l’hétérogénéité de la ventilation pulmonaire, la technique du rinçage à l’azote en cycles ventilatoires multiples en tenant compte des zones pulmonaires faisant l’objet d’une ventilation par convection et par diffusion.

Tout cela a été mis en corrélation avec le score ACQ-5 du contrôle de l’asthme.
Tous les résultats sont cohérents.

Par exemple, à l’état basal, les sujets les moins bien contrôlés présentent une corrélation entre hétérogénéité de ventilation, et, VEMS et FeNO.

Dans le groupe traité, réciproquement, ces patients voient la spirométrie, la FeNO et l’hétérogénéité de la ventilation liées significativement dans l’amélioration.

Bien sûr, le score ACQ-5 s’améliore avec le contrôle de l’asthme.

Les auteurs concluent que le contrôle de l’asthme passe par l’amélioration de la ventilation des petites voies respiratoires ; la diminution de l’hétérogénéité ventilatoire semble en être un bon critère.

Sur un plan pratique, étant donné que ce critère apparaît fortement corrélé aux EFR classiques et à la FeNO, il n’est sans doute pas utile de pratiquer ce type d’examen qui n’est pas aussi simple à mettre en œuvre.

Par contre, pour la recherche, pour les études, il s’agit d’un excellent outil pour apporter des éléments objectifs pertinents de vérification des troubles de la ventilation pulmonaire.