Oesophagite à éosinophiles de l’enfant : rien de tel qu’une bonne diète !

lundi 14 mai 2012 par Dr Stéphane Guez2518 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Oesophagite à éosinophiles de l’enfant : rien de tel qu’une bonne diète (...)

Oesophagite à éosinophiles de l’enfant : rien de tel qu’une bonne diète !

Oesophagite à éosinophiles de l’enfant : rien de tel qu’une bonne diète !

lundi 14 mai 2012, par Dr Stéphane Guez

Comparaison de l’efficacité de traitements diététiques dans la guérison d’une oesophagite éosinophilique en pédiatrie. : Carol J. Henderson, J. Pablo Abonia, Eileen C. King, Philip E. Putnam, Margaret H. Collins, James P. Franciosi, Marc E. Rothenberg

dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology - 30 April 2012 (10.1016/j.jaci.2012.03.023)

- Introduction :

  • L’oesophagite à éosinophiles (EO) est une maladie inflammatoire immunologique chronique qui répond à un régime diététique.
  • Cependant, les études d’évaluation de l’efficacité des stratégies thérapeutiques diététiques sont peu nombreuses.

- Objectif de l’étude :

  • Ce travail a comparé l’efficacité de 3 traitements diététiques fréquemment utilisés (régime élémentaire, régime d’éviction standard de 6 aliments et régime d’éviction des aliments repérés lors de TC en prick et en patch) et a évalué la valeur prédictive de guérison des tests cutanés et leur utilité dans la stratégie de mise en place d’un régime d’éviction spécifique.

- Matériel et Méthode :

  • Une cohorte rétrospective de patients traités avec :
    • échec des inhibiteurs de la pompe à protons
    • non traités par corticoïdes
    • ayant une oesophagite à éosinophiles avec 2 biopsies consécutives lors d’une endoscopie
    • et qui suivent un régime alimentaire a été constituée.
  • La rémission de la maladie diagnostiquée sur les biopsies (<15 éosinophiles /champ) a été évaluée après régime et réintroduction alimentaire.

- Résultats :

  • 98 sur 513 patients ont rempli les critères d’inclusion.
  • Sur ces 98 patients, 50% (n=49), 27% (n=26) et 23% (n=23) ont reçu respectivement un régime standard, un régime d’exclusion standard de 6 aliments et un régime d’éviction guidé.
  • La rémission de l’affection est survenue respectivement chez 96%, 81% et 65% des patients en fonction des différents régimes.
  • Le rapport entre rémission après régime versus non rémission est :
    • 5.6 fois plus élevé (p=0.05) si régime élémentaire par rapport au régime d’exclusion de 6 aliments,
    • et 12.5 fois plus important (p=0.003) si régime élémentaire par rapport à une éviction guidée,
    • et n’est pas significativement différent (p=0.22) avec le régime d’exclusion de 6 aliments par rapport à l’éviction guidée.
  • Après 116 tests de réintroduction simple par voie orale, la valeur prédictive négative d’une guérison des tests cutanés varie de 40% à 67% (lait : 40%, œuf : 56%, soja : 64% et blé : 67%).

- Conclusion :

  • Les 3 régimes alimentaires sont efficaces, cependant le régime élémentaire est supérieur pour induire une guérison, prouvée sur le plan histologique, par rapport au régime d’éviction de 6 aliments et par rapport au régime d’éviction guidé par les tests cutanés.
  • De façon notable, un traitement empirique d’éviction de 6 aliments est aussi efficace qu’un régime guidé par une exploration cutanée.
  • La valeur prédictive négative des tests cutanés pour les aliments le plus souvent réintroduits dans un test ouvert n’est pas suffisante pour soutenir l’indication d’un régime d’exclusion alimentaire basé essentiellement sur les résultats de tests cutanés.

Les auteurs ont comparé l’efficacité respective de 3 régimes d’éviction alimentaire proposés pour des enfants ayant une oesophagite à éosinophiles.

Le régime élémentaire est aussi efficace que le régime d’éviction des 6 aliments les plus immunogènes. Les tests cutanés alimentaires n’ont pas d’intérêt.

Ce travail est intéressant car il évitera finalement des explorations inutiles à l’allergologue et les tests correspondants aux enfants.

En effet le régime le plus radial qui consiste à arrêter l’alimentation normale et à la remplacer par l’apport de nutriments exclusivement de type acides aminés (Neocate) est très efficace de même que celui qui élimine 6 aliments : lait, soja, blé, œuf, fruits à coque, poisson et fruits de mer.

Les auteurs démontrent qu’un régime d’éviction ciblé sur les résultats d’exploration allergologique n’apporte rien, la valeur prédictive de tests cutanés n’étant pas bonne.

Ces résultats ne permettent pas de mieux comprendre cette affection : il y a une origine immune avec implication probablement d’allergènes alimentaires mais le système immunitaire périphérique (et donc les tests cutanés) ne permet pas d’appréhender correctement les mécanismes immuno allergologiques du système gastro-intestinal.