IgG et IgE rien ne va plus : la cacahuète sème la panique en immunologie !

vendredi 25 mai 2012 par Dr Stéphane Guez1575 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > IgG et IgE rien ne va plus : la cacahuète sème la panique en immunologie (...)

IgG et IgE rien ne va plus : la cacahuète sème la panique en immunologie !

IgG et IgE rien ne va plus : la cacahuète sème la panique en immunologie !

vendredi 25 mai 2012, par Dr Stéphane Guez

La sensibilisation à l’arachide durant les 5 premières années de vie est associée avec un taux élevé d’IgG spécifiques à l’arachide. : Sverremark-Ekström, E., Hultgren, E. H., Borres, M. P. and Nilsson, C. (2012),

Peanut sensitization during the first 5 yr of life is associated with elevated levels of peanut-specific IgG.

dans Pediatric Allergy and Immunology, 23 : 224–229. doi : 10.1111/j.1399-3038.2012.01290.x

- Introduction :

  • Les IgE spécifiques sont impliquées dans les maladies allergiques alors que les IgG spécifiques ont été proposées comme prévenant les réactions allergiques.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été de savoir si les réponses immunes (IgG et IgG4) à l’arachide sont différentes chez le jeune enfant sensibilisé IgE ou non sensibilisé.

- Matériel et Méthode :

  • Un total de 239 enfants a été suivi de manière prospective de la naissance à l’âge de 5 ans.
  • Les taux des IgG et IgG4 à l’arachide, Ara h 2 et Ara h 8 ont été mesurés à l’âge de 2 ans et 5 ans et il a été recherché un lien avec :
    • la sensibilisation à IgE
    • et la consommation d’arachide.

- Résultats :

  • Les taux d’IgG et IgG4 spécifiques à l’arachide sont significativement plus élevés chez les enfants sensibilisés à l’arachide à l’âge de 2 ans et 5 ans par rapport aux enfants non sensibilisés et aux enfants sensibilisés à d’autres allergènes alimentaires ou respiratoires.
  • Une forte corrélation a été observée entre les taux des rapports IgG/IgG4 spécifiques à l’arachide et le taux des IgE spécifiques à l’arachide à l’âge de 5 ans.
  • Les enfants qui font l’éviction de l’arachide, un sous-groupe d’enfants sensibilisés à l’arachide, ont statistiquement des taux significativement plus élevés d’IgE spécifiques à l’arachide et une tendance à avoir des taux plus élevés d’IgG et IgG4 à l’arachide.
  • Dans le groupe éviction, une corrélation significative entre IgE et IgG/IgG4 à l’arachide a été trouvée par rapport aux enfants qui mangent de l’arachide.

- Conclusion :

  • Les taux d’IgG et IgG4 spécifiques à l’arachide sont élevés chez les enfants sensibilisés à l’arachide, surtout ceux qui éliminent l’arachide.
  • Dans cette étude, les IgG et IgG4 ne semblent pas indiquer une tolérance ou une protection vis-à-vis de la sensibilisation.

Dans ce travail portant sur des enfants allergiques à l’arachide, les auteurs démontrent qu’il y a une augmentation du taux des IgG et IgG4 spécifiques chez ces enfants ayant des IgE spécifiques à l’arachide.

Il y a également un taux plus élevé d’IgG chez les enfants qui vont faire l’éviction alimentaire de l’arachide.

Cette étude perturbe la notion d’une protection immunologique induite par les IgG et spécifiquement par le sous-groupe des IgG4 spécifiques à l’arachide. En fait chez les enfants allergiques il y a une corrélation entre un taux élevé d’IgE et un taux élevé d’IgG. Ce taux augmente également lors de l’éviction, il n’a donc aucun effet protecteur.

La production des IgG semble avoir une régulation propre qui est différente de celle des autres allergènes respiratoires ou alimentaires.

Ce travail va dans le mêmes sens que d’autres études publiées et il ne semble pas y a voir de biais pouvant expliquer une augmentation paradoxale des IgG chez les enfants sensibilisés par rapport aux enfants non sensibilisés.

Il faut donc prendre en compte une réaction immunologique plus complexe concernant l’arachide avec un taux d’IgG qui ne reflète pas une protection mais au contraire confirme une allergie.