Tuberculose et maladies allergiques : la double peine ?

mardi 5 juin 2012 par Dr Cécilia Nocent1872 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Tuberculose et maladies allergiques : la double peine ?

Tuberculose et maladies allergiques : la double peine ?

Tuberculose et maladies allergiques : la double peine ?

mardi 5 juin 2012, par Dr Cécilia Nocent

Tuberculose, vaccin par BCG et maladies allergiques : données issues de la phase II de l’Etude Internationale de l’Asthme et des Allergies dans l’Enfance. : Flohr, C., Nagel, G., Weinmayr, G., Kleiner, A., Williams, H. C., Aït-Khaled, N., Strachan, D. P. and the ISAAC Phase Two Study Group (2012),

Tuberculosis, bacillus Calmette–Guérin vaccination, and allergic disease : Findings from the International Study of Asthma and Allergies in Childhood Phase Two

dans. Pediatric Allergy and Immunology, 23 : 324–331. doi : 10.1111/j.1399-3038.2011.01248.x

Certains auteurs ont suggéré que la tuberculose avait un effet protecteur sur le risque de maladies allergiques mais peu d’études ont examiné cette relation.

Nous avons donc regardé si la tuberculose maladie ou la vaccination précoce par le BCG protégeaient des maladies allergiques.

Des informations sur des symptômes allergiques, des antécédents de tuberculose, de vaccination BCG ont été recueillies grâce à des questionnaires adressés à des parents sur un échantillon randomisé de 23901 enfants scolaires âgés de 8 à 12 ans dans 20 centres de pays développés ou en voie de développement.

Les enfants étaient examinés avec recherche d’un eczéma des plis et bénéficiaient de prick tests.

Les odds ratio (OR) et les intervalles de confiance à 95% ont été calculés en regroupant les centres en utilisant les modèles des méta-analyses.

Il y a eu 245 cas (1%) de tuberculoses maladies et 66,3% des enfants étaient vaccinés par le BCG (15857).

Les symptômes d ’asthme, de rhume des foins et d’eczéma des plis dans l’année précédent l’examen clinique étaient positivement liés à une histoire de tuberculose (sifflements dans l’année passée : OR : 2,27, 95%CI : 1,52-3,41 ; rhume des foins dans l’année passée : OR : 2,23, 95%CI : 1,22-4,09 ; eczéma des plis dans l’année précédente : OR : 4,04, 95%CI : 1,71-9,56).

Les plus hauts risques estimés étaient retrouvés dans l’asthme sévère et les symptômes d’eczéma (OR : 4,02 (2,17-7,47) et OR : 6,31 (2,19-18,17).

Il n’y avait pas d’association significative entre antécédent de tuberculose et tests cutanés positifs (OR : 1,32 ; 0,87-2,02).

La vaccination BCG dans la première année de vie n’était associée avec aucune maladie allergique.

Les auteurs ont trouvé une association uniformément positive entre tuberculose et toutes les maladies allergiques incluant l’eczéma.

Dans cette étude, il n’est pas clair que l’association positive soit attribuable à la cause et d’autres études longitudinales seront nécessaires.


A l’occasion d’une grande étude épidémiologique, les auteurs se sont intéressés à l’éventuelle relation entre un antécédent de tuberculose, une vaccination précoce par le BCG et l’apparition de maladies allergiques.

Cette étude est basée sur des données de questionnaires remplis par des parents d’enfants scolaires âgés de 8 à 12 ans répartis sur 20 centres situés dans des pays développés et des pays en voie de développement. Les enfants bénéficiaient tous d’un examen clinique avec en particulier la recherche d’un eczéma des plis. Il s’agit d’une grande étude puisque 23901 questionnaires ont été administrés.

Les résultats sont analysés dans leur ensemble sans rechercher de différences entre chaque centre ou entre les centres situés dans les pays industrialisés en comparaison des centres situés dans les pays en voie de développement.

L’étude retrouve qu’il existe un risque accru de développer une maladie allergique (quelle qu’elle soit) lorsqu’on a des antécédents de tuberculose. Cette relation était particulièrement robuste pour l’asthme sévère et l’eczéma.

Par contre, il n’a pas été retrouvé d’association évidente entre antécédent de tuberculose et tests cutanés positifs.

Il n’a pas non plus été retrouvé de relation évidente entre une vaccination par BCG dans la première année de vie et l’existence de maladies allergiques.

Les auteurs restent circonspects sur leurs résultats et ne s’avance pas sur d’éventuelles explications physiopathologiques.

En effet, ces résultats sont surprenants et difficiles à expliquer selon la théorie hygiéniste qui, actuellement, est acceptée par le plus grand nombre pour expliquer la recrudescence des maladies allergiques. Dans cette théorie, le système lymphocytaire s’oriente plus vers la différenciation Th1 lorsque les sujets sont exposés à des agents infectieux et plus vers une différenciation Th2 qui se traduit par des maladies allergiques en l’absence d’infection.

Selon cette théorie, nous devrions donc avoir des résultats inverses et les patients ayant présenté une tuberculose devraient être au contraire « protégés » des maladies allergiques.

Ces résultats ont donc besoin d’être confirmés par des études ultérieures. Il serait également intéressant de voir si ces résultats sont homogènes entre les différents centres et le niveau de développement des pays où ont eu lieu ces études.