Oups : prévenir les allergies peut s’avérer mortel !!

vendredi 28 septembre 2012 par Dr Stéphane Guez697 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Oups : prévenir les allergies peut s’avérer mortel !!

Oups : prévenir les allergies peut s’avérer mortel !!

Oups : prévenir les allergies peut s’avérer mortel !!

vendredi 28 septembre 2012, par Dr Stéphane Guez

Réactions anaphylactiques aux probiotiques. Allergènes du lait de vache et œuf de poule dans des composants de probiotiques. : Martín-Muñoz, M. F., Fortuni, M., Caminoa, M., Belver, T., Quirce, S. and Caballero, T. (2012),

Anaphylactic reaction to probiotics. Cow’s milk and hen’s egg allergens in probiotic compounds.

dans (( Pediatric Allergy and Immunology. doi : 10.1111/j.1399-3038.2012.01338.x

- Introduction :

  • Les probiotiques sont utilisés dans le traitement des affections allergiques.
  • Les auteurs ont étudié la sécurité des probiotiques chez des patients ayant une allergie alimentaire.

- Matériel et Méthode :

  • Les étiquettes des probiotiques commercialisés en Espagne ont été examinés pour évaluer leur contenu en lait de vache et oeuf de poule.
  • Des tests cutanés avec ces composants (20 mg/ml) ont été réalisés :
    • chez 5 enfants ayant une allergie au lait de vache,
    • 5 enfants ayant une allergie au blanc de l’œuf de poule,
    • et chez 5 patients contrôles n’ayant pas d’allergie alimentaire.
  • 3 pools de sérums :
    • I (IgEs positives lait de vache et blanc d’œuf),
    • II (IgEs positives lait de vache et négatives pour blanc d’œuf),
    • III (IgEs négatives lait de vache et positives blanc d’œuf de poule),
  • ont été utilisés pour détecter la présence d’allergènes de lait ou de blanc d’œuf dans les probiotiques.
  • Il a été réalisé des ImmunoCAP (Phadia), un test ELISA fait maison, un immunoblot SDS-PAGE et des tests d’inhibition.
  • Les protéines ont été quantifiées par méthode immuno-enzymatique.

- Résultats :

  • 11 probiotiques ont été étudiés.
  • On retient que :
    • aucune étiquette n’indique qu’il puisse y avoir dans le produit de l’oeuf,
    • 8 étiquettes mettent en garde contre la présence de lactose, acide lactique ou lait de vache,
    • 1 étiquette indique qu’il n’y a pas de lait,
    • et 2 étiquettes ne mentionnent aucune indication.
  • Des résidus de protéines de lait de vache ont été détectés, mais seulement par une technique de laboratoire :
    • dans 10 probiotiques sur 11, 3 avec des résidus au dessus de 2.5 mg/kg (21 – 52 – 112 mg/kg).
    • Des protéines d‘œuf de poule ont été détectées dans 3 probiotiques sur 11, seulement 1 avait plus de 2,5 mg/kg (47 mg/kg).

- Conclusions :

  • Les composants des probiotiques peuvent contenir des allergènes alimentaires cachés et ne sont pas sans danger pour des patients allergiques au lait de vache ou à l’œuf de poule.

Dans ce travail, les auteurs démontrent que les probiotiques ne sont pas sans danger pour les patients ayant une allergie alimentaire en raison de la présence démontrée de résidus protéiques de lait de vache et d’oeuf dans ces produits. Les étiquettes ne mentionnent pas bien la présence de ces allergènes cachés.

Ce travail espagnol est extrêmement important à connaître par les allergologues. En effet, les auteurs partent d’une observation d’anaphylaxie chez une enfant de 6 ans ayant de multiples allergies alimentaires sévères dont l’œuf et le lait de vache, et qui présente une anaphylaxie lors de la prise d’un probiotique. L’étiquette de ce produit ne mentionnait aucun allergène. L’étude en prick-test puis en biologie a démontré la présence de protéines de lait et d’œuf dans ce probiotique.

Les auteurs ont donc étudié le contenu en allergènes cachés (lait, œuf) de l’ensemble des probiotiques disponibles en Espagne.

Les résultats montrent que 91% ont des résidus protéiques de lait et 27% de protéines d’œuf, à des seuils significativement à risque de déclencher une anaphylaxie chez les patients très allergiques au lait ou à l’œuf.

Il faut donc se méfier des probiotiques, qui souvent sont considérés comme des produits « naturels » donc « sans risque ».

Il est également nécessaire de peser le bénéfice risque de ces produits alors même que leur intérêt dans la prévention ou la protection vis-à-vis du développement des allergies n’est pas encore formellement démontré.