Pas d’intérêt de tests prédictifs au latex en préopératoire chez les enfants.

jeudi 11 avril 2002 par Dr Alain Thillay2022 visites

Accueil du site > Maladies > Urgences > Pas d’intérêt de tests prédictifs au latex en préopératoire chez les (...)

Pas d’intérêt de tests prédictifs au latex en préopératoire chez les enfants.

Pas d’intérêt de tests prédictifs au latex en préopératoire chez les enfants.

jeudi 11 avril 2002, par Dr Alain Thillay

Cette étude réalisée par une équipe de Pédiatres turques tente de répondre à l’éternel question : « est-il possible de prédire de façon sûre le risque de réaction au latex avant une intervention chirurgicale ? »

Evaluation de l’intérêt des tests systématiques au latex en préopératoire chez les enfants. Sapan N, Nacarkucuk E, Canitez Y, Saglam H. dans Pediatr Int 2002 Apr ;44(2):157-62

Récemment, on observe une importante augmentation des réactions allergiques au latex, ce qui implique de nous intéresser encore plus à cette allergie. Dans cette étude prospective, nous avons cherché à connaître la fréquence de l’allergie au latex en préopératoire, pour savoir s’il est nécessaire de pratiquer des tests au latex de façon systématique en période préopératoire ou non.
METHODES. Un total de 188 enfants âgés de 1 à 14 ans, qui étaient admis pour diverses interventions, ont été randomisés, 181 ont terminé l’étude. Les antécédents en rapport avec le latex ont été recueillis chez tous les patients. Des tests cutanés au latex, un test de provocation à l’aide d’un gant en latex, la mesure des IgE totales sériques et les IgE spécifiques du latex ont été pratiqués.
RESULTATS. Parmi les 181 enfants, deux (1,1%) présentaient des tests cutanés positifs au latex. Le test de provocation au gant en latex était négatif chez tous les enfants. Les IgE spécifiques du latex étaient présentes chez 12 enfants (6,6%) de classe II ou plus, mais aucun patient n’a souffert de réactions allergiques durant les interventions. Les antécédents d’interventions itératives représentent un facteur de risque de sensibilisation au latex. Le risque est encore plus élevé dans le cas d’antécédent d’intervention à répétition associé à des antécédents de manifestations d’atopie. Cependant, le risque n’est pas plus élevé chez les patients ayant seulement une seule maladie allergique comme antécédent comparativement à ceux n’ayant pas eu d’interventions répétées, ni de manifestation d’allergie.
CONCLUSION. Nous concluons que les tests allergologiques systématiques préopératoires au latex n’apparaissent pas nécessaires du fait que l’on n’observe pas de réaction allergique peropératoire malgré une sensibilisation au latex détectée chez 6,6 % des patients. Cependant, cela demande confirmation dans le cadre d’études plus importantes.


Les conclusions de cette étude me conviennent parfaitement. Le rendement d’un dépistage systématique préopératoire d’allergie au latex est nul. Même en cas de test positif, il ne permet pas de faire la part d’une sensibilisation ou d’une véritable allergie. Par contre, il serait intéressant dans une étude plus large, de faire des groupes en fonction du type d’interventions subies, interventions chirurgicales viscérales, osseuses, cutanées.