Les selles rouges d’un bébé n’attirent pas les vaches : faut pas jeter le lait.

mercredi 24 octobre 2012 par Dr Stéphane Guez498 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Les selles rouges d’un bébé n’attirent pas les vaches : faut pas jeter le (...)

Les selles rouges d’un bébé n’attirent pas les vaches : faut pas jeter le lait.

Les selles rouges d’un bébé n’attirent pas les vaches : faut pas jeter le lait.

mercredi 24 octobre 2012, par Dr Stéphane Guez

Saignement rectal associé au lait de vache : une étude prospective de population. : Elizur A, Cohen M, Goldberg MR, Rajuan N, Cohen A, Leshno M, Katz Y.

Infants labeled with cow’s milk–associated rectal bleeding : A population-based prospective study.

dans Pediatr Allergy Immunol 2012

- Introduction :

  • Un saignement rectal isolé chez les enfants est souvent attribué à la consommation de lait de vache.
  • Cependant, la prévalence de cette affection n’a pas été décrite, et les méthodes diagnostiques et leurs applications sont discutées.

- Matériel et Méthode :

  • Dans une étude prospective de population qui suit 13019 enfants depuis la naissance, 21 enfants ayant un saignement rectal isolé attribué à la consommation de lait de vache ont été identifiés.
  • Après évaluation, les parents ont été encouragés à reprendre les protéines de lait de vache, et les nourrissons ont été suivis sur la réapparition des symptômes et ensuite pendant 6 ans.
  • De plus, les enfants ayant un saignement rectal ont été comparés à un groupe contrôle en bonne santé.

- Résultats :

  • La prévalence d’un saignement rectal isolé lié à la consommation de lait de ache est de 0.16%.
  • Tous les enfants sont asymptomatiques lors des jours de modification de régime.
  • 11 des 14 enfants (78.5%) dont les parents ont réintroduits les protéines de lait de vache à leur alimentation après évaluation des auteurs, ont toléré cette réintroduction sans effets indésirables.
  • Ces 11 enfants sont significativement plus jeunes lors de la consommation initiale de protéines de lait de vache (6.7 +/- 1.6 mois) par rapport à ceux qui ont poursuivi une éviction (17.7 +/- 9.2 mois) (p = 0.002) alors que le taux d‘hémoglobine à 1 an est comparable.
  • Aucun facteur de risque de saignement rectal n’a pu être identifié.

- Conclusion :

  • La prévalence d’un saignement rectal isolé attribué à la consommation de lait de vache est basse.
  • Cet état est souvent bénin et rapidement amélioré avec un régime d’éviction.
  • La réintroduction de lait de vache après résolution des symptômes est souvent bien tolérée et est recommandée pour confirmer le diagnostic, et éviter un régime d’éviction prolongé inutile.

Dans ce travail, les auteurs ont étudié l’entité pédiatrique formée par un saignement rectal isolé attribué à la consommation de lait de vache.

78.5% des enfants ont pu reprendre le lait de vache sans effet indésirable.

L’évaluation médicale lors du suivi des enfants a permis d’éviter une éviction prolongée inutile de lait de vache.

La conclusion principale de ce travail est de confirmer que la réalité de l’implication du lait de vache dans le saignement rectal isolé du petit enfant est très basse. Il ne faut donc pas faire de sur-diagnostic d’intolérance au lait de vache chez ces enfants.

L’origine de ce saignement rectal n’est pas connue mais on ne retrouve pas chez ces enfants de terrain particulier, pas d’allergie, pas d’atopie.

Il est intéressant de constater que le taux d’hémoglobine n’est pas plus abaissé chez ces patients.

Mais surtout, le plus important est que cette affection apparaît comme toute à fait bénigne et transitoire.