L’ Helico est-il favorable chez les asthmatiques ?

mardi 6 novembre 2012 par Dr Philippe Carré449 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > L’ Helico est-il favorable chez les asthmatiques ?

L’ Helico est-il favorable chez les asthmatiques ?

L’ Helico est-il favorable chez les asthmatiques ?

mardi 6 novembre 2012, par Dr Philippe Carré

Association entre asthme et infection à Helicobacter pylori : méta-analyse. : Wang Q, Yu C, Sun Y.

The Second clinical department in Tongji Medical College, Huazhong University of Science &Technology, Wuhan, 430030, Hubei, China.

dans Helicobacter. 2012 Sep 26. doi : 10.1111/hel.12012

- Objectif :

  • La sévérité et l’incidence de l’asthme ont augmenté dans le monde de façon importante dans les pays développés au cours des dernières décades
  • Quelques preuves indiquent couramment qu’il existe une association inverse entre l’infection à Helicobacetr pylori (HP) et l’asthme, mais quelques études n’arrivent pas à la même conclusion
  • Pour éclaircir ce point, les auteurs ont revu de façon systématique les études publiées en faveur de l’évidence d’une association entre infection à HP et l’asthme.

- Méthodes :

  • Les données de Medline et SCI jusqu’en avril 2012 ont été recherchées pour identifier les études évaluant l’association entre l’infection à HP et l’asthme
  • Les publications intéressantes ont été recherchées en utilisant les mots-clés ou les synonymes suivants : asthme ou HP
  • La qualité méthodologique était scorée en utilisant une liste standardisée de critères, et la méta-analyse était faite pour calculer les odd ratio bruts (Orb) avec un intervalle de confiance à 95 % (IC).

- Résultats :

  • 19 études comprenaient les critères d’inclusion : 9 études transversales, 7 études cas-contrôles, et 3 études de cohortes prospectives
  • Le score global de qualité méthodologique était élevé
  • Les Orb globaux en faveur de l’association entre asthme et infection à HP étaient de 0.84 (IC 95 % : 0.74-0.96) dans 9 études transversales, 0.94 (IC 95 % : 0.79-1.12) dans 7 études cas-contrôle, et 0.82 (IC 95 % : 0.53-1.27) dans 3 études de cohorte
  • L’OR global pour l’ensemble de toutes les études était de 0.81 (IC 95 % : 0.72-0.91) chez les enfants et 0.88 (IC 95 % : 0.71-1.08) chez les adultes.

- Conclusion :

  • Cette étude ne montre qu’une évidence faible en faveur d’une association inverse entre asthme et infection à HP à la fois chez les enfants et les adultes.

Les infections précoces de l’enfance jouent un rôle dans la maturation normale du système immunitaire et dans l’équilibre de la balance TH1-TH2, pouvant modifier le risque de développer une atopie : c’est ce qu’on a appelé l’hypothèse hygiéniste, qui suggère que l’amélioration des conditions de vie a diminué l’exposition des enfants à diverses infections, déplaçant la balance vers plus de TH2 et donc vers plus d’atopie.

Dans cette vision, il est intéressant d’envisager le rôle de l’infection à HP, qui peut coloniser la muqueuse gastrique précocement et s’accompagner d’une réponse infectieuse et inflammatoire chronique persistante, à moins d’être éradiquée par un traitement spécifique. Il serait donc possible que l’infection chronique à HP ait une influence sur le système immunitaire et puisse diminuer, selon l’hypothèse hygiéniste, le risque de développer de l’asthme.

Les données de la littérature sont contradictoires, ce qui a amené les auteurs à réaliser une méta-analyse de la littérature, en interrogeant les données Medline et SCI jusqu’en avril 2012, concernant la relation entre asthme et infection à HP. Dix-neuf études (transversales, cas-contrôles ou de cohortes) sur 266 potentielles correspondaient aux critères d’inclusion, et les OR bruts ou globaux en faveur de l’association entre les deux pathologies ont été calculés.

Une association inverse faible a été mise en évidence entre asthme et HP pour les études transversales (OR à 0.84) et les études de cohortes (OR à 0.82), alors qu’il n’y avait pas d’association pour les études cas-contrôles (OR à 0.94). La stratification par âge ne modifiait pas les données de l’association (OR à 0.81 chez les enfants et 0.88 chez les adultes).

Concernant les mécanismes protecteurs potentiels de HP sur l’asthme , il a été évoqué le rôle du facteur d’activation neutrophilique d’HP qui pourrait avoir un effet protecteur en inhibant la polarisation des TH1 et la réponse inflammatoire TH2 ; il a aussi été rapporté chez la souris que l’infection néonatale à HP entraînerait une synthèse de cellules dendritiques tolérogènes produisant de l’IL18, qui entraînerait la génération de lymphocytes T-régulateurs protégeant les souris contre l’asthme.

On peut conclure que l’infection à HP pourrait avoir un effet protecteur vis-à-vis de l’asthme, mais il est faible dans cette étude, et cette question nécessite des travaux plus approfondis quant au lien possible entre les deux pathologies.