La marche allergique au pays des kangourous : de quoi sauter de stupeur !

mercredi 14 novembre 2012 par Dr Stéphane Guez995 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > La marche allergique au pays des kangourous : de quoi sauter de stupeur (...)

La marche allergique au pays des kangourous : de quoi sauter de stupeur !

La marche allergique au pays des kangourous : de quoi sauter de stupeur !

mercredi 14 novembre 2012, par Dr Stéphane Guez

Est-ce que l’eczéma du nourrisson entraîne une pollinose, un asthme ou les 2 chez les enfants ? Nouvelles données liées à l’utilisation d’un nouveau modèle de régression statistique sur des données familiales. : Hopper JL, Bui QM, Erbas B, Matheson MC, Gurrin LC, Burgess JA, Lowe AJ, Jenkins MA, Abramson MJ, Walters EH, Giles GG, Dharmage SC.

Centre for Molecular, Environmental, Genetic and Analytic Epidemiology, School of Population Health, University of Melbourne, Melbourne, Australia.

dans J Allergy Clin Immunol. 2012 Nov ;130(5):1117-1122.e1. doi : 10.1016/j.jaci.2012.08.003. Epub 2012 Sep 27.

- Introduction :

  • L’hypothèse de la marche allergique propose que l’eczéma précède le développement de l’asthme et de la rhinite allergique.

- Objectif de l’étude :

  • Les auteurs ont évalué les preuves d’un effet causal de l’eczéma infantile sur le développement dans l’enfance d’une pollinose, d’un asthme ou des 2.

- Matériel et méthode :

  • Les auteurs ont utilisé les données recueillies auprès de parents sur l’eczéma du nourrisson, l’asthme et le rhume des foins infantiles de 3778 paires d’enfants de 7ans appariés à leurs frères et soeurs le plus proche en âge, dans les 2 ans d’une l’étude longitudinale sur la santé en Tasmanie.
  • Les auteurs ont analysé les données sur les fratries appariés en utilisant un modèle de régression logistique qui a permis de mettre en évidence l’effet causal entre un facteur prédictif familial et les manifestations cliniques d’un enfant en examinant les modifications en association avec un facteur prédictif de leur frère ou sœur après ajustement pour tenir compte d’un effet prédictif personnel.

- Résultats :

  • Les frères et sœurs sont concordants pour l’eczéma infantile (corrélation tétrachorique, 0,40).
  • Pour avoir un rhume des foins et de l’asthme en même temps à l’âge de 7 ans, l’association avec l’eczéma du frère ou de la sœur a un odd ratio (OR) de 1,98 (IC 95%, 1,37 à 2,86), qui est réduit après ajustement pour un eczéma personnel à un OR de 1,65 (IC à 95 % IC, 1,17 à 2,34).
  • Pour avoir le rhume des foins seulement, l’association avec l’eczéma dans la fratrie a un OR de 1,68 (IC 95%, 1.22 à 2.31) avant et un OR de 1,59 (IC 95%, 1.19 à 2.14) après ajustement pour l’eczéma personnel.
  • Il n’y a pas d’association entre l’asthme seul et un eczéma dans la fratrie (OR, 1,00 ; IC 95%, 0,77 à 1,30).

- Conclusion :

  • L’eczéma dans l’enfance peut avoir un effet causal sur un rhume des foins chez les enfants avec, et peut-être sans asthme.
  • L’association d’un eczéma infantile à l’asthme (qui peut être une respiration sifflante transitoire) chez les enfants sans rhume des foins a peu de probabilité d’être causale ou familiale.
  • Ces résultats ont des implications pour la prévention du rhume des foins.

Les auteurs ont étudié la marche atopique à l’aide d’un nouvel outil statistique permettant de mieux appréhender les effets causals génétiques et environnementaux en étudiant des paires d’enfants de même famille.

L’eczéma est un facteur de risque d’une rhinite pollinique mais pas d’un asthme.

Effectivement cette étude est surprenante car elle semble démontrer l’absence de relation entre eczéma du nourrisson et asthme alors qu’il y a un lien avec la pollinose.

Cela devrait donc modifier notre approche de la dermatite atopique d’une part, mais également de la pollinose d’autre part.

Les auteurs suggèrent de prévenir les manifestations de pollinose par un traitement symptomatique précoce ainsi qu’une immunothérapie également dés le plus jeune âge.

Cependant, on peut discuter ces résultats qui reposent sur un modèle statistique particulier qui probablement mérite d’être critiqué.

D’autre part il s’agit d’une population très particulière en Tasmanie, dans une région également particulière et il faudrait vérifier la validité de ces résultats auprès d’autres cohortes d’enfants dans d’autres pays.