Allergie alimentaire à l’effort : la faute aux LTP ou la disparition de la sieste ?

mardi 27 novembre 2012 par Dr Stéphane Guez1997 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Allergie alimentaire à l’effort : la faute aux LTP ou la disparition de la (...)

Allergie alimentaire à l’effort : la faute aux LTP ou la disparition de la sieste ?

Allergie alimentaire à l’effort : la faute aux LTP ou la disparition de la sieste ?

mardi 27 novembre 2012, par Dr Stéphane Guez

LTP : la sensibilisation la plus fréquente chez les patients italiens ayant une anaphylaxie induite par l’effort physique. : A.. Romano, E. Scala, G. Rumi, F. Gaeta, C. Caruso, C. Alonzi, M. Maggioletti, R. Ferrara, P. Palazzo, V. Palmieri, P. Zeppilli, A. Mari.

dans Clinical & Experimental Allergy 2012 (42) 1643–1653.

- Introduction :

  • L’anaphylaxie spécifique alimentaire induite par l’effort physique (S-AAEP) est une forme particulière d’allergie alimentaire (AA) dans laquelle les symptômes sont exprimés après un exercice qui suit l’ingestion des aliments auxquels les patients sont sensibilisés.
  • L’AAEP non spécifique (N-AAEP) est un syndrome provoqué par l’exercice physique réalisé après l’ingestion de n’importe quel aliment.

- Objectif de l’étude :

  • Les auteurs ont cherché à identifier les molécules allergéniques responsables chez les patients ayant une AAEP, en combinant les tests allergologiques classiques avec une étude des IgE spécifiques en allergologie moléculaire.

- Matériel et Méthode :

  • Tous les patients qui ont décrit au moins un épisode d’anaphylaxie en association avec un exercice physique réalisé dans les 4 heurs après un repas ont été évalué.
  • Les auteurs ont réalisé des prick-tests avec les extraits commerciaux alimentaires, des prick-tests avec des aliments natifs et des dosages d’IgEs au moyen des techniques ImmunoCAP et ISAC 89.

- Résultats :

  • Parmi les 82 patients ayant une AAEP, les aliments les plus souvent suspects sont la tomate, les céréales et l’arachide.
  • Les PT, PT natifs et les IgEs par CAP montrent différents degrés de sensibilités. Chaque test peut avoir une positivité non retrouvée par un autre test.
  • 79 patients ont au moins un test positif à un aliment (49 à plus de 20), alors que 3 sont négatifs.
  • Tous les aliments suspects sont positifs à au moins un test : PT, P Natif et CAP.
  • Avec la puce ISAC :
    • 64 (78%) patients sont positifs à Pru p 3.
    • 13 sont positifs à d’autres allergènes moléculaires,
    • et 5 ont des résultats négatifs pour l’ensemble de ces molécules allergéniques.
  • Au total, 79 patients ont probablement une S-AAEP et les 3 autres une NS-AAEP.

- Conclusion :

  • Une polysensibilisation alimentaire représente un marqueur clinique pour une grande majorité de patients ayant une AAEP.
  • La très forte prévalence des IgE spécifiques vis-à-vis des LTP suggère le rôle de cet allergène dans la cause de cette anaphylaxie spécifique alimentaire à l’effort.

Les auteurs ont étudié une population italienne de patients ayant une allergie alimentaire à l’effort.

Si les tests classiques ont différentes sensibilités, l’allergologie moléculaire montre la très grande fréquence d’une sensibilisation à Pru p 3. La LTP, pour les auteurs, serait donc l’allergène en cause dans cette anaphylaxie à l‘effort.

Ce travail fait encore une fois la preuve de l’intérêt de l’allergologie moléculaire dans la prise en charge des patients allergiques, en particulier dans les cas d’anaphylaxies liés à l’ingestion d’aliments.

Les tests classiques sont souvent pris en défaut probablement par une teneur variable en différents composés moléculaires dans les extraits utilisés pour les tests cutanés et dans les dosages biologiques classiques.

La puce Isac confirme son intérêt en mettant en évidence la grande fréquence des sensibilisations aux LTP, ce qui en fait la cause probablement la plus importante dans le développement de cette forme d’allergie alimentaire.

Il est donc important de réaliser chez ces patients suspects d’une anaphylaxie alimentaire à l’effort une exploration allergologique moléculaire qui est à même de mieux préciser les sensibilisations impliquées dans le développement de l’anaphylaxie.