La cacahuète, c’est gras. Dommage !

vendredi 8 mars 2013 par Dr Céline Palussière2094 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > La cacahuète, c’est gras. Dommage !

La cacahuète, c’est gras. Dommage !

La cacahuète, c’est gras. Dommage !

vendredi 8 mars 2013, par Dr Céline Palussière

Les trigylcérides à chaîne moyenne alimentaires promeuvent la sensibilisation allergique orale et les anaphylaxies alimentaires aux protéines de l’arachide chez la souris. : Jianing Li, Yu Wang, Lihua Tang, Willem J.S. de Villiers, Donald Cohen, Jerold Woodward, Fred D. Finkelman, Erik R.M. Eckhardt

dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology - February 2013 (Vol. 131, Issue 2, Pages 442-450, DOI : 10.1016/j.jaci.2012.10.011)

- Contexte :

  • La prévalence des allergies alimentaires à l’arachide augmente.
  • La cacahuète et de nombreuses autres sources allergéniques contiennent des quantités significatives de triglycérides, qui ont des effets sur l’absorption des allergènes, mais dont les effets sur la sensibilisation et sur l’anaphylaxie sont inconnus.
  • Nous avons récemment rapporté que les triglycérides à chaîne moyenne alimentaires (TGCM), qui ne passent pas par le réseau lymphatique mésentérique et entrent directement dans la circulation portale, réduisent l’absorption intestinale des antigènes vers le sang, par rapport aux triglycérides à longue chaîne (TGLC), qui stimulent le flux mésentérique lymphatique et sont absorbés dans des chylomicrons dans la lymphe mésentérique.

- Résultats :

  • Nous avons voulu étudier la façon dont les TGCM de la nourriture affectent l’allergie alimentaire.

- Méthodes :

  • Des souris C3H/HeJ ont été nourries avec des TGCM de protéines de beurre de cacahuète, avec des TGCL (huile d’arachide) ou des TGCL associées à un inhibiteur de la formation des chylomicrons (Pluronic L81).
  • Les anticorps spécifiques pour l’arachide dans le plasma, les réponses des souris aux tests antigéniques, et l’expression des cytokines épthéliales intestinales ont été mesurées par la suite.

- Résultats :

  • Les TGCM ont empêché l’absorption antigénique vers le sang mais ont stimulé l’absorption dans les plaques de Peyer.
  • Un seul gavage de protéines d’arachide avec TGCM, de même qu’un élevage prolongé avec un régime basé sur les TGCM, a causé une sensibilisation allergique spontanée.
  • Les souris sensibilisée par les TGCM ont présenté des anaphylaxies dépendantes des IgG lors des provocations systémiques et des anaphylaxies dépendantes des IgE lors des provocations orales.
  • La nourriture basée sur les TGCM stimulait la lymphopoïetine stromale thymique jéjuno-épithéliale, IL25, et l’expression d’IL33, comparé avec ce qui était observé avec la nourriture basée sur les TGLC, et a promu les réponses cytokiniques de type TH2 dans les cellules spléniques.
  • De plus, les tests de provocation orale chez les souris sensibilisées avec un antigène dans les TGCM ont significativement été aggravés par rapport aux tests de provocation avec les TGLC.
  • De façon nette, les effets des TGCM pouvaient être mimés par l’addition de Pluronic L81 aux TGLC, et les tests in vitro indiquaient que les chylomicrons prévenaient l’activation des basophiles.

- Conclusion :

  • Les TGCM promeuvent la sensibilisation allergique et l’anaphylaxie par modification de l’absorption de la disponibilité de l’antigène, et par stimulation des réponses de type TH2.

Il s’avère dans cet article qu’il y a d’autres choses que des protéines allergisantes dans la cacahuète ! L’arachide est riche en graisses, et celles-ci sont susceptibles d’influencer la sensibilisation allergique ainsi que les réactions cliniques.

Bon, c’est là que ça se complique. Il y a des graisses qui protègent et d’autres qui augmentent les réactions.

Il s’agit dans cette étude d’expérimentations animales sur des souris sensibilisées à l’arachide, par une alimentation riche en triglycérides à chaine moyenne ou à chaine longue.

Ces triglycérides agissent comme des cofacteurs dans les réactions de sensibilisation puis d’allergie. Leur comportement est différent en fonction de leur assimilation par l’organisme :

  • les triglycérides à chaine moyenne sont absorbés directement dans la circulation portale, sans passage par le système lymphatique.
  • les triglycérides à chaine longue sont absorbés par le biais de chylomicrons dans la lymphe mésentérique.

Les souris soumises à divers régimes alimentaires ont montré plus de sensibilisations, plus de réactions allergiques lorsque leur alimentation reposait sur des triglycérides à chaine moyenne qu’avec les triglycérides à chaine longue. Les paramètres cytokiniques montraient aussi plus réactions de type TH2.

On voit donc grâce à cette étude que l’environnement de l’allergène influence directement la réaction. Le fait que l’allergène ne soit pas présenté dans le système lymphatique, de part son transport par des triglycérides de chaine moyenne, lui permet de pénétrer directement dans la circulation sanguine portale. Ceci empêche certainement les mécanismes de tolérance immunologique.
Les triglycérides à chaine longues, eux, sont absorbés par la lymphe et diminue les sensibilisations et les réactions allergiques.

Le rôle des cofacteurs et de l’environnement allergénique est difficile à établir, mais passionnant : ce que nous mangeons, ce n’est pas de l’Ara h 2, mais de la cacahuète. C’est plus compliqué, mais c’est meilleur !