L’allergie alimentaire vaincue : il suffisait de mettre les bébés au soleil !

mardi 30 avril 2013 par Dr Stéphane Guez2026 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > L’allergie alimentaire vaincue : il suffisait de mettre les bébés au soleil (...)

L’allergie alimentaire vaincue : il suffisait de mettre les bébés au soleil !

L’allergie alimentaire vaincue : il suffisait de mettre les bébés au soleil !

mardi 30 avril 2013, par Dr Stéphane Guez

Le déficit en vitamine D est associé à une allergie alimentaire avec TPO positif chez l’enfant. : Katrina J. Allen, Jennifer J. Koplin, Anne-Louise Ponsonby, Lyle C. Gurrin, Melissa Wake, Peter Vuillermin, Pamela Martin, Melanie Matheson, Adrian Lowe, Marnie Robinson, Dean Tey, Nicholas J. Osborne, Thanh Dang, Hern-Tze Tina Tan, Leone Thiele, Deborah Anderson, Helen Czech, Jeeva Sanjeevan, Giovanni Zurzolo, Terence Dwyer, Mimi L.K. Tang, David Hill, Shyamali C. Dharmage

dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology - April 2013 (Vol. 131, Issue 4, Pages 1109-1116.e6, DOI : 10.1016/j.jaci.2013.01.017)

- Introduction :

  • Des données épidémiologiques ont montré que les allergies alimentaires (AA) ont une prévalence plus importante dans les régions éloignées de l’équateur, suggérant qu’un déficit en Vit D pourrait être impliqué dans les AA.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été d’étudier la signification du taux de Vit D chez des enfants ayant une AA.

- Matériel et Méthode :

  • Une échantillon de population de 5276 enfants de 1 an a eu des tests cutanés en prick vis-à-vis de l’arachide, œuf, sésame, lait de vache ou crevette.
  • Tous ceux ayant une papule, ainsi que les patients contrôles appariés ayant des tests cutanés négatifs, ont eu un TPO en milieu spécialisé.
  • Des prélèvements sanguins ont été obtenus chez 577 enfants (344 avec un TPO positif alimentaire, 74 enfants sensibilisés à des aliments mais qui sont tolérants, et 159 enfants ayant des tests cutanés négatifs et un TPO négatif).
  • Les taux de Vit D sérique (25 hydroxy vitamine D) sériques ont été évalué par chromatographie liquide associé à une spectrométrie de masse.
  • L’association entre le taux de 25 hydroxy vitamine D et l’allergie alimentaire a été étudiée statiquement par une analyse en régression logistique, avec un ajustement sur les facteurs confondants.

- Résultats :

  • Les enfants :
    • nés de parents originaires d’Australie, mais pas ceux de parents nés en dehors de ce continent,
    • et qui ont un déficit en vit D,
  • sont plus souvent allergiques :
    • à l’arachide (OR 11.51, IC95% : 2.01 – 65.79), p = 0.006)
    • et/ou à l’oeuf (OR : 3.79, IC95% : 1.19 – 12.08, p = 0.025)
  • par rapport à ceux qui ont des taux normaux de Vit D, et cela indépendamment de la présence d’un eczéma.
  • Parmi les enfants nés de parents originaires d’Australie, les enfants ayant un déficit en Vit D ont plus souvent des allergies alimentaires multiples (> ou = à 2) plutôt qu’une allergie alimentaire unique (respectivement OR : 10.48, IC95% : 1.60 – 68.61 versus 1.82, IC95% : 0.38 – 8.77).

- Conclusion :

  • Ces résultats prouvent pour la première fois que la supplémentation en Vit D pourrait être un important facteur de protection contre les allergies alimentaires durant la première année de la vie.

Dans ce travail portant sur des enfants âgés de 1 an, les auteurs démontrent une association statistique entre le déficit en vitamine D et le risque d’avoir une allergie alimentaire le plus souvent multiple. Cette différence persiste même après ajustement sur d’éventuels facteurs confondants.

Décidemment la vitamine D est à la mode, et si on en croît les articles qui paraissent, une dose de Vit D pourrait supprimer les allergies !

Ce travail n’emporte pourtant pas la conviction. En effet les résultats exprimés indiquent des écarts types parfois considérables ce qui relativise ces résultats. D’autre part la puissance statistique est faible avec un « p » parfois très limite. L’échantillon est finalement faible et il est difficile de ne pas penser qu’il puisse y avoir des biais de sélection.

L’interprétation des résultats peut également être discutée : est-ce que le déficit est responsable de l’allergie, ou ce déficit ne traduit-il pas une anomalie d’absorption intestinale qui est associé ou qui est un des facteurs de développement de l’allergie alimentaire ?

Seule une étude portant sur 2 populations d’enfants identiques par rapport au risque de développer une allergie alimentaire, avec une population qui recevrait un supplément en vit D et une autre qui n’en recevrait pas, permettrait de faire la preuve du rôle réel de la Vit D dans le développement d’une allergie alimentaire.

Mais en attendant, la supplémentation en vitamines D devrait être proposée à tous les nourrissons, car cela ne peut pas leur faire de mal !! ou alors il faut les faire sortir et les mettre au soleil : c’est plus fatiguant que de leur donner une ampoule buvable…