Pour une t’œuf sympa, ne pas boire : et le blanc restera un bon blanc !

jeudi 2 mai 2013 par Dr Stéphane Guez492 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Pour une t’œuf sympa, ne pas boire : et le blanc restera un bon blanc (...)

Pour une t’œuf sympa, ne pas boire : et le blanc restera un bon blanc !

Pour une t’œuf sympa, ne pas boire : et le blanc restera un bon blanc !

jeudi 2 mai 2013, par Dr Stéphane Guez

Œuf blanc déshydraté : une source d’allergènes pour améliorer l’efficacité et la sécurité du diagnostic et du traitement de l’allergie à l’œuf. : Escudero C, Sánchez-García S, Rodríguez del Río P, Pastor-Vargas C, García-Fernández C, Pérez-Rangel I, Ramírez-Jiménez A, Ibáñez MD.

Dehydrated egg white : an allergen source for improving efficacy and safety in the diagnosis and treatment for egg allergy.

dans Pediatr Allergy Immunol 2013:00.

- Introduction :

  • Les œufs crus et cuits sont utilisés comme source d’allergènes dans les tests de provocation par voie orale (TPO).
  • L’œuf cru est la meilleure option, car cela permet de conserver les protéines intactes et de maintenir leur allergénicité, mais par contre la manipulation pour une sécurité microbienne est difficile.
  • L’utilisation de blanc d’œuf déshydraté (BDD) pourrait améliorer l’efficacité et la sécurité d’emploi de l’oeuf dans les TPO.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été :
    • de comparer l’allergénicité du BDD, ce produit résultant d’un double traitement par la chaleur (pasteurisation puis séchage), par rapport au blanc d’œuf cru (BDC),
    • et de déterminer l’efficacité du BDD dans le diagnostic de l’allergie à l’œuf.

- Matériel et Méthode :

  • Il s’agit d’une étude prospective portant sur 40 patients allergiques à l’œuf, venus consulter dans ce centre d’allergologie.
  • Chaque patient a eu un TPO avec BDD et BDC afin de déterminer une corrélation entre les tests.
  • Les extraits de BDD et BDC ont été analysés par SDS-PAGE.
  • Les auteurs ont comparé l’allergénicité des extraits par immunoblot sur un sérum poolé de patients ayant un TPO positif.

- Résultats :

  • 10 patients (25%) ont un TPO positif à la fois pour le BDD et le BDC, et les doses qui déclenchent une réaction allergique pour chacun des patients sont identiques (p>0.05).
  • Les 30 patients (75%) ayant un TPO négatif avec le BDD ont également un TPO négatif pour le BDC.
  • SDS-PAGE et Immunoblot montrent que la composition en protéines et la capacité de liaison des IgE des 2 sortes d’extraits sont identiques.

- Conclusion :

  • C’est la première fois qu’il est montré que l’allergénicité du BDD disponible sur le plan commercial est équivalente à celle des œufs crus.
  • Les tests in vivo et in vitro montrent que la fabrication des BDD n’affecte pas l’allergénicité des protéines de l’œuf.
  • Le BDD est une source allergénique efficace et microbiologiquement sécurisée pour le diagnostic d’allergie à l’œuf.
  • De plus, le BDD peut être également utilisé pour la désensibilisation orale à l’œuf.

Dans ce travail les auteurs démontrent que le blanc d’œuf commercial déshydraté conserve la même allergénicité que le blanc d’œuf cru.

L’étude clinique démontre que le TPO aux blancs d’œufs, déshydratés et crus, sont identiques mais avec une plus grande sécurité microbienne pour le blanc d’œuf déshydraté.

Ce travail est très important pour la prise en charge diagnostique et thérapeutique des patients allergiques à l’œuf. En effet la manipulation du blanc d’oeuf déshydraté est beaucoup plus simple et sûr que la manipulation du blanc d’oeuf frais.

En particulier pour conduire les protocoles de désensibilisation, la mesure des quantités de blanc d’oeufs quotidiennes et la progression des doses sont plus simples à définir.

Il y a également moins de problème de conservation et d’approvisionnement, ce qui facilitera également le suivi de ce traitement par le patient.

Pour une fois, la « nouvelle cuisine industrielle » a du bon et prouve qu’il ne faut pas systématiquement penser que tout ce qui est « non naturel » et toujours mieux.