Atopie et éosinophiles : le partenariat pour tous les asthmatiques ?

mercredi 15 mai 2013 par Dr Philippe Carré1027 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Atopie et éosinophiles : le partenariat pour tous les asthmatiques (...)

Atopie et éosinophiles : le partenariat pour tous les asthmatiques ?

Atopie et éosinophiles : le partenariat pour tous les asthmatiques ?

mercredi 15 mai 2013, par Dr Philippe Carré

Interaction liée à l’âge entre l’atopie et les éosinophiles dans les cas d’asthme : résultats de l’étude NHANES 2005-2006. : : S. J. Arbes Jr, A. Calatroni, H. E. Mitchell, P. J. Gergen.

dans Clinical & Experimental Allergy, 201343544–551

- Contexte :

  • L’atopie est un facteur de risque reconnu d’asthme, et un taux élevé d’éosinophiles est une caractéristique de l’asthme atopique et non atopique
  • Savoir si l’atopie et les éosinophiles agissent de façon indépendante ou interagissent sur l’évolution de l’asthme a des implications cliniques et en terme de santé publique.

- Objectif :

  • Étudier la relation entre l’atopie et les éosinophiles dans l’asthme.

- Méthodes :

  • Les données concernant l’asthme, l’atopie (IgE positives à ≥ allergène), et le pourcentage d’éosinophiles sanguins (médiane) ont été obtenues pour les sujets âgés de ≥ 6 ans à partir de l’étude NHANES (National Health And Nutrition Examination Survey) 2005-2006
  • L’interaction, sur une échelle additive, était évaluée en estimant les prévalences de l’asthme pour les combinaisons d’atopie (oui ou non) et de pourcentage d’éosinophiles (élevé ou bas), et en calculant l’excès de prévalence dû à l’interaction.

- Résultats :

  • Pour tous les âges combinés, les prévalences ajustées de l’asthme étaient de 4.6%, 7.6%, 6.9% et 17.2% chez les sujets ayant respectivement aucun facteur, une atopie isolée, un pourcentage élevé isolé d’éosinophiles, et les deux facteurs
  • L’excès de prévalence de l’asthme dû à l’interaction était de 7.2%, en faveur d’une synergie
  • L’excès de prévalence était plus grand chez les enfants âgés de 6 à 17 ans (15.3%), et il diminuait avec chaque classe d’âge plus élevé jusqu’à disparaître chez les sujets adultes âgés de ≥ 55 ans (-0.2%)
  • Chez les enfants, 94% des cas d’asthme attribuables aux 2 facteurs étaient liés à l’interaction, alors que chez les adultes plus âgés, aucun cas n’était attribuable à l’interaction.

- Conclusions et relevance clinique :

  • L’interaction entre l’atopie et un taux élevé d’éosinophiles dans l’asthme était très forte chez les enfants mais absente chez les adultes les plus âgés, ce qui suggère des mécanismes différents pour ces facteurs en fonction de l’âge et conforte la notion que l’asthme est une maladie hétérogène
  • De plus, l’interaction dépendante de l’âge entre les facteurs a des implications potentielles pour la sélection des patients asthmatiques à des traitements qui auraient pour cible soit les IgE soit un taux élevé d’éosinophiles.

Cette étude d’une population américaine âgée de 6 ans ou plus a montré une interaction synergique additive entre l’atopie et un taux élevé d’éosinophiles dans l’asthme courant.

Cependant, cette interaction n’était pas homogène selon les différentes catégories d’âge ; on notait, en fonction de l’augmentation de l’âge, une transition entre une interaction complète entre les 2 facteurs de risque chez les sujets les plus jeunes et aucune interaction chez les sujets les plus âgés, au-delà de 55 ans. Certains sujets n’avaient qu’une interaction partielle, prédominant pour l’un des 2 facteurs. Une synergie statistiquement significative n’était retrouvée que pour les catégories d’âge entre 6 et 17 ans, et entre 18 et 40 ans.

Le niveau d’indépendance entre les 2 facteurs de risque peut s’expliquer par des mécanismes différents :

  • l’indépendance indique que les facteurs agissent par des voies différentes et peuvent entraîner des symptômes en la présence ou l’absence de chacun d’eux
  • l’interaction implique que les facteurs agissent de façon commune sur un ou plusieurs mécanismes de la maladie, et qu’ils doivent être tous présents pour que la maladie évolue.

Les résultats de cette étude suggèrent donc que chez les enfants, l’atopie et un taux élevé d’éosinophiles interagissent ensemble, alors que chez les adultes les plus âgés les 2 facteurs de risque agissent indépendamment par des mécanismes différents. Le type rétrospectif de l’étude ne permettait pas de les identifier. Les auteurs spéculent que les 2 facteurs étant liés biologiquement à la présence de cytokines de type TH2, et que celles-ci sont impliquées dans l’asthme, la voie TH2 serait une des explications possibles à l’interaction des facteurs dans l’asthme chez les enfants ou les sujets les plus jeunes.

La différence de synergie est aussi un facteur en faveur du caractère non homogène de la maladie asthmatique, expliquant les phénotypes différents de la maladie entre les asthmes à début tardif et à début précoce, où il existe des caractéristiques inflammatoires différentes.

Ceci a des implications possibles en terme de traitement de la maladie, entre les traitements ciblant les IgE (anti IgE par exemple) et ceux ciblant les éosinophiles (anti-IL5 par exemple), qui auraient des probabilités d’efficacité différentes en fonction de chaque groupe d’âge des patients, l’asthme de l’enfance et l’asthme de l’adulte n’étant peut-être pas la même maladie.