Et si les familles nombreuses agricoles avaient moins de rhume des foins et moins d’atopie ?

jeudi 16 mai 2013 par Dr Cécilia Nocent561 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Et si les familles nombreuses agricoles avaient moins de rhume des foins et (...)

Et si les familles nombreuses agricoles avaient moins de rhume des foins et moins d’atopie ?

Et si les familles nombreuses agricoles avaient moins de rhume des foins et moins d’atopie ?

jeudi 16 mai 2013, par Dr Cécilia Nocent

Effets combinés de la taille de la famille et des expositions agricoles pendant l’enfance sur le rhume des foins et l’atopie. : Genuneit J, Strachan DP, Büchele G, Weber J, Loss G, Sozanska B, Boznanski A, Horak E, Heederik D, Braun-Fahrländer C, von Mutius E, on behalf of the GABRIELA study group.

The combined effects of family size and farm exposure on childhood hay fever and atopy.

dans Pediatr Allergy Immunol 2013 : 00.

- Contexte :

  • Les expositions agricoles et la taille de la fratrie sont associées à une diminution du risque de rhume des foins et d’atopie dans l’enfance.
  • Les auteurs ont explorés l’indépendance et l’interaction de ces effets protecteurs dans l’étude GABRIELA.

- Méthodes :

  • Des enquêtes par questionnaires sur l’environnement agricole, l’asthme et les allergies ont été conduites dans quatre régions d’Europe centrale sur 79 888 enfants âgés de 6 à 12 ans.
  • Des dosages d’Ig E sériques spécifiques pour des aéro-allergènes ont été réalisés sur un échantillon de 8 023 enfants.
  • Des régressions logistiques multiples sont utilisées pour comparer la prévalence de l’allergie en fonction de la taille de la fratrie et de l’exposition agricole.

- Résultats :

  • La prévalence du rhume des foins est comprise entre 2% (95%CI : 1.6- 2.7%) chez les enfants d’agriculteurs dont la taille de la fratrie est supérieure à 2 et 12% (11.2-13.0%) chez les enfants uniques sans exposition agricole.
  • Les familles d’agriculteurs sont en général plus grandes.
  • Une fratrie plus grande et plus d’exposition environnementale agricole confèrent indépendamment une meilleure protection contre le rhume des foins et l’atopie.
  • Il n’y avait aucune modification d’effet substantielle entre la taille familiale et l’exposition agricole.
  • Les odds ratios pour le rhume des foins par enfant supplémentaire dans la fratrie étaient de 0.79 chez les enfants non exposés de parents non agriculteurs, 0.77 chez des enfants ayant une exposition agricole sans vivre dans une ferme et 0.72 chez des enfants d’agriculteurs (p=0.41).

- Conclusion :

  • L’association inverse entre exposition agricole et rhume des foins est retrouvée quelque soit la taille des familles.
  • Cela suggère que différents mécanismes biologiques sont à l’origine de ces 2 effets protecteurs.
  • La combinaison d’une grande famille et d’une exposition professionnelle diminue franchement la prévalence du rhume des foins et indique l’importance des déterminants environnementaux.

Cette étude épidémiologique parue dans Pediatric Allergy and Immunology a été réalisée par des équipes allemandes, anglaises, suisses, polonaises, autrichiennes et néerlandaises.

Les auteurs se sont intéressés à la relation entre la taille des fratries et l’exposition agricole dans l’effet protecteur sur le rhume des foins et l’atopie.

Depuis déjà plusieurs années, il a été démontré que le fait de vivre dans une famille nombreuse avec une exposition agricole pendant la grossesse ou dès la naissance avait un rôle protecteur vis-à-vis du rhume des foins et de l’atopie. Erika Von Mutius a montré cela depuis longtemps et ces connaissances sont intégrées dans la théorie hygiéniste du développement de l’allergie. Plusieurs hypothèses ont été évoquées, en particulier l’exposition aux endotoxines.

Cette étude retrouve l’effet protecteur connu mais par contre montre que dans une population ayant une exposition agricole donnée, l’augmentation de la taille de la fratrie n’a pas d’effet significatif sur la prévalence du rhume des foins. Il semble donc que ces deux facteurs soient indépendants l’un de l’autre et que le rôle de l’exposition agricole est probablement plus important.

On peut donc se demander dans un monde « merveilleux » si toutes les femmes enceintes ne devraient pas aller vivre à la campagne (et même en profiter pour faire plusieurs enfants) pour limiter la prévalence de l’atopie dans notre civilisation. A quand les « fermes de grossesse » pour éviter l’atopie et le rhume des foins ???