Allez les ados asthmatiques, bougez-vous : tous à l’aérobique !

jeudi 23 mai 2013 par Dr Philippe Carré546 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Allez les ados asthmatiques, bougez-vous : tous à l’aérobique !

Allez les ados asthmatiques, bougez-vous : tous à l’aérobique !

Allez les ados asthmatiques, bougez-vous : tous à l’aérobique !

jeudi 23 mai 2013, par Dr Philippe Carré

Facteurs associés au fitness aérobique chez les adolescents asthmatiques. : Sveinung Berntsen, Karin C. Lødrup Carlsen, Sigmund A. Anderssen, Petter Mowinckel, Kai-Håkon Carlsen

dans Respiratory Medicine - 29 April 2013 (10.1016/j.rmed.2013.04.009)

- Contexte :

  • Chez les adolescents asthmatiques, l’information sur les facteurs associés aux niveaux de fitness cardio-respiratoire est limitée
  • Le but de cette étude était de déterminer si une activité physique mesurée objectivement, aussi bien que des facteurs intercurrents potentiels comme la fonction respiratoire, les exacerbations d’asthme, l’utilisation de corticoïdes inhalés ou l’épaisseur du pli cutané, sont associés aux mesures directes de la consommation maximale d’oxygène (VO2max) chez les adolescents asthmatiques.

- Méthodes :

  • A partir d’une étude cas-contrôle à 13 ans, dans le cadre de l’étude de cohorte de naissance Environnement et Asthme de l’Enfant à Oslo, 86adolescents âgés de 13 ans avec de l’asthme et 76 sans asthme, ont réalisé une course à effort maximal sur tapis roulant avec mesure de la VO2max
  • La somme de 4 mesures d’épaisseur de plis cutanés était enregistrée, suivie par le port par les sujets d’un moniteur d’activité physique pendant 4 jours consécutifs
  • La fonction respiratoire était mesurée par des courbes débit-volume en expiration forcée et par pléthysmographie
  • Les exacerbations d’asthme et l’utilisation de médicaments était enregistrées à partir d’un interrogatoire structuré des parents
    - _Les données étaient analysées par une méthode de r égression multiple.

- Résultats :

  • Une activité physique vigoureuse (coefficients avec IC à 95% : 1.73 (0.32, 3.14)) et l’épaisseur du pli cutané (-0.35 (0.41, -0.28)) étaient significativement associées à la VO2max chez les adolescents asthmatiques
  • Ni l’utilisation de corticoïdes inhalés, ni la fonction respiratoire ou les exacerbations d’asthme n’étaient associées avec la VO2max quand on prend en compte l’activité physique et l’épaisseur du pli cutané
  • Chez les adolescents non asthmatiques, seule l’épaisseur du pli cutané était négativement associée avec la VO2max -3.5 (-4.1, -2.8).

- Conclusion :

  • La VO2max semble être déterminée par un niveau d’activité physique vigoureux chez les adolescents asthmatiques Norvégiens, et pas par des facteurs liés à l’asthme tels que l’utilisation de corticoïdes inhalés, la fonction pulmonaire ou le nombre d’exacerbations d’asthme.

Dans cette étude réalisée chez 162 adolescents norvégiens âgés de 13 ans, asthmatiques ou non, un niveau d’activité physique vigoureux était associé de façon positive, et l’épaisseur du pli cutané de façon négative, avec la VO2max chez les adolescents asthmatiques uniquement ; chez les non asthmatiques, seule l’épaisseur du pli cutané était négativement associée à la VO2max, mais pas l’activité physique.

Une association positive entre activité physique et niveau de VO2max a déjà été rapportée antérieurement, et dans une revue Cochrane publiée en 2012, il est conclu que l’entraînement physique améliore le fitness cardio-respiratoire, la qualité de vie et les symptômes d’asthme chez les enfants et les adolescents asthmatiques, sans modifier la fonction respiratoire.

Par ailleurs, il a été montré que la participation à une activité physique régulière joue un rôle important dans la réhabilitation des enfants asthmatiques, parce que les conditions aérobiques diminuent le risque d’exacerbations d’asthme en réduisant les besoins ventilatoires à l’exercice.

Cette étude confirme donc l’importance d‘une activité physique vigoureuse pour l’amélioration de la VO2max chez les adolescents asthmatiques ; l’inactivité physique secondaire à la bronchoconstriction induite par l’exercice est une des explications pour un fitness aérobique diminué chez les asthmatiques ; des études antérieures indiquent aussi que les enfants avec un asthme sévère ou non contrôlé, avec des niveaux faibles de fitness cardio-respiratoire, peuvent retrouver un niveau normal après avoir participé à un programme de réhabilitation physique sous contrôle optimal de leur asthme.

Des indices anthropométriques, comme l’épaisseur du pli cutané mesurée dans cette étude (ou le poids ou la masse grasse) sont considérés comme des facteurs négatifs importants vis à vis de la VO2max ou du fitness aérobique chez les enfants ou les adolescents asthmatiques ; une masse grasse élevée avec une masse musculaire faible expliquent une grande part des variations de la VO2max, ce que confirme cette étude.

La VO2max semble donc être déterminée essentiellement par le niveau d’activité physique chez les adolescents asthmatiques, et non par des facteurs cliniques ou médicamenteux liés à l’asthme lui-même.