Comme à la SNCF, attention aux TPO : une réaction allergique qui passe peut en cacher une autre !!

vendredi 7 juin 2013 par Dr Stéphane Guez607 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Comme à la SNCF, attention aux TPO : une réaction allergique qui passe peut (...)

Comme à la SNCF, attention aux TPO : une réaction allergique qui passe peut en cacher une autre !!

Comme à la SNCF, attention aux TPO : une réaction allergique qui passe peut en cacher une autre !!

vendredi 7 juin 2013, par Dr Stéphane Guez

Réactions biphasiques chez des enfants lors d’un test de provocation oral alimentaire (TPO). : Lee, Juhee ; Garrett, Jackie P.-D. ; Brown-Whitehorn, Terri ; Spergel, Jonathan M.

dans  : Allergy and Asthma Proceedings, Volume 34, Number 3, May/June 2013 , pp. 220-226(7)

- Introduction :

  • La littérature concernant les réactions biphasiques dans la population pédiatrique sont clairsemées.
  • Les objectifs des auteurs ont été :
    • de déterminer la prévalence des réactions bi phasiques (RB) chez des enfants ayant une allergie alimentaire et réalisant un TPO,
    • et de rechercher si des facteurs cliniques ou médicamenteux sont associés à la présence de ces réactions bi phasiques.

- Matériel et Méthode :

  • Une revue rétrospective des TPO réalisé entre juillet 2007 et mars 2011 a été analysée.
  • Les feuilles de surveillance ont été analysées entre le temps du TPO et pendant les 48h suivantes à la recherche de données évocatrices d’une réaction biphasique.
  • Les réactions uniques ou biphasiques ont été comparées en terme de traitements et de données cliniques spécifiques.

- Résultats :

  • Sur 614 TPO positifs, 9 ont présenté une RB (1.5%).
  • Pour 6 de ces 9 patients, les réactions sont survenues au décours d’une réaction immédiate ayant les critères d’une réaction anaphylactique.
  • Ces RB ont été observées pour les allergènes suivants :
    • œuf (4),
    • arachide (3)
    • et lait (2).
  • L’intervalle libre de symptômes entre les 2 réactions va de 2h à 24h.
  • Il n’y a pas de différence significative dans les manifestations cliniques entre réactions uni et biphasiques, mais il apparaît un pourcentage élevé de réactions initiales impliquant un grand nombre d’organes et réunissant les critères d’une réaction anaphylactique chez les patients ayant une RB.
  • Les patients ayant une RB reçoivent plus souvent des corticoïdes lors de leur réaction initiale.
  • Un pourcentage élevé de patients ayant une RB a reçu de l’adrénaline, parfois plusieurs doses ainsi que des antihistaminiques lors de la réaction initiale.

- Conclusion :

  • Les RB sont rares chez les enfants ayant un TPO, et sont associées aux réactions allergiques les plus sévères lors du TPO.
  • Les enfants ayant des réactions sévères doivent bénéficier d’une surveillance clinique pendant 24h.

Dans ce travail rétrospectif portant sur l’analyse du suivi clinique d’enfants ayant eu un TPO, les auteurs montrent que la survenue d’une réaction clinique biphasique est rare (1.5%). Celle-ci survient essentiellement dans les suites d’une réaction initiale positive de type anaphylactique ayant nécessité l’injection d’adrénaline.

Ce travail est très intéressant pour la pratique clinque car il va permettre de codifier la surveillance après réalisation d’un TPO chez les enfants. Seuls ceux qui ont présenté une réaction initiale anaphylactique doivent être hospitalisés pendant 24h, le délai d’apparition le plus tardif d’une seconde réaction étant de 24h.

Ces données rejoignent celles souvent rappelées de la nécessité d’hospitaliser pour surveillance prolongée les patients ayant présenté une réaction allergique de type anaphylactique.

Ce que précise ce travail c’est que jusqu’à ces dernières années il n’y avait pas forcément reconnaissance d’une anaphylaxie initiale, la réaction clinique immédiate lors du TPO conduisant simplement à dire que le TPO était positif.

Il est indispensable, de noter en toutes lettres si la réaction initiale est une anaphylaxie, c’est à dire une réaction allergique impliquant plusieurs organes et s’il y a eu utilisation d’un traitement de secours, en particulier utilisation d’adrénaline. Si c’est le cas il faut parler d’anaphylaxie et garder l’enfant sous surveillance pendant 24h.