Qu’est ce qui fait disparaître l’asthme chez les enfants ?

jeudi 4 juillet 2013 par Dr Cécilia Nocent1678 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Qu’est ce qui fait disparaître l’asthme chez les enfants ?

Qu’est ce qui fait disparaître l’asthme chez les enfants ?

Qu’est ce qui fait disparaître l’asthme chez les enfants ?

jeudi 4 juillet 2013, par Dr Cécilia Nocent

Caractéristiques des enfants asthmatiques ayant une rémission de leur asthme : Javed, Asma1 ; Yoo, Kwang Ha1 ; Agarwal, Kanishtha1 ; Jacobson, Robert M.1 ; Li, Xujian2 ; Juhn, Young J.1

dans Journal of Asthma, Volume 50, Number 5, June 2013 , pp. 472-479(8)

- Objectif :

  • Définir les caractéristiques de deux groupes d’asthmatiques : ceux ayant une rémission de leur asthme et ceux chez qui la rémission de l’asthme n’est pas obtenue.

- Méthodes :

  • L’étude est rétrospective et porte sur une cohorte de 117 enfants asthmatiques ayant participé à une étude antérieure.
  • Les enfants sont séparés en deux groupes : asthmatiques en rémission et asthmatiques sans rémission.
  • La rémission de l’asthme est définie comme l’absence de symptômes ou signes d’asthme ou de traitement de l’asthme ou de recours aux services de soins depuis au moins les trois dernières années consécutives.
  • La rémission à long terme est définie par la non rechute de l’asthme après la période de rémission.

- Résultats :

  • Sur les 117 sujets, 70 (60%) étaient des garçons, 91 (78%) étaient caucasiens et l’âge moyen à la date index était de 8.1 ans.
  • 59 enfants asthmatiques (50%) étaient en rémission et 28 (24%) avaient une rémission à long terme.
  • Les asthmatiques en rémission étaient plus souvent caucasiens (87%) par rapport à ceux sans rémission (69%) (p=0.039).
  • Il n’y avait pas de différence dans la fréquence des visites pour infection virale (0.3 vs 0.4 par personne-année, p=0.29) ou pour infection bactérienne (0.7 vs 0.5 par personne-année, p=0.49) entre les deux groupes.
  • Le sexe, le statut socio-économique, l’exposition au tabagisme, l’histoire familiale d’asthme ou d’atopie, l’histoire d’allaitement, la disponibilité d’un débitmètre de pointe, l’existence d’un plan d’action de l’asthme et la vaccination contre la grippe n’étaient pas associés à la rémission.

- Conclusions :

  • Seulement 50% des enfants asthmatiques obtiennent une rémission et seulement 24% une rémission de longue durée.
  • L’origine ethnique peut influencer la rémission ; par contre les infections microbiennes ne semblent pas influencer la probabilité de rémission et vice-versa.

Cette étude américaine parue dans le Journal of Asthma s’intéresse aux facteurs qui vont influencer la disparition de l’asthme chez des enfants.

Les auteurs ont « recyclé » une cohorte antérieure d’enfants asthmatiques ayant participé à une autre étude. Les enfants étaient séparés en deux groupes : ceux chez qui l’asthme avait disparu et ceux qui n’avait pas de rémission de leur maladie asthmatique. La rémission était définie par l’absence de signe d’asthme ou de prise de traitement asthmatique dans les trois années antérieure. La rémission de longue durée était définie par une rémission de plus de 3 ans.

Les caractéristiques des enfants de ces deux groupes étaient comparées.

La cohorte comprenait classiquement plus de garçons que de filles, l’âge moyen était de 8.1 ans et il y avait plus d’enfants caucasiens.

La seule variable pour laquelle il existe une différence significative entre les deux groupes est l’origine ethnique. Les enfants caucasiens ont plus de chance d’avoir une rémission de leur asthme que les enfants non caucasiens. Les infections virales, bactériennes, le sexe, l’origine socio-économique, l’exposition au tabagisme, les antécédents familiaux, la vaccination anti-grippale, l’allaitement, l’existence d’un peak flow à domicile ou d’un plan d’action bien défini n’influence pas la rémission ou non de l’asthme chez les enfants dans ce travail.

Cette étude est critiquable dans le sens où elle est rétrospective et surtout qu’elle s’appuie sur les résultats obtenus dans le cadre d’une autre étude. Il peut donc y avoir des biais qui peuvent influencer les résultats. Cependant la question posée est très intéressante. Quel praticien n’a pas déjà rêver devant un enfant en consultation de pouvoir affirmer aux parents que l’asthme de leur enfant va disparaître ou au contraire persister ?

Malheureusement je pense que cette étude n’est pas suffisante pour affirmer que seule l’origine ethnique intervient dans la persistance ou non d’un asthme chez un enfant. Une étude épidémiologique de grande ampleur, prospective serait intéressante (mais il existe déjà des cohortes d’enfants asthmatiques suivis pendant de nombreuses années comme la cohorte de Tucson).