Des chercheurs japonais coquins déshabillent des crevettes pour notre plus grand plaisir.

mardi 29 octobre 2013 par Dr Stéphane Guez455 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Des chercheurs japonais coquins déshabillent des crevettes pour notre plus (...)

Des chercheurs japonais coquins déshabillent des crevettes pour notre plus grand plaisir.

Des chercheurs japonais coquins déshabillent des crevettes pour notre plus grand plaisir.

mardi 29 octobre 2013, par Dr Stéphane Guez

Clonage moléculaire et expression fonctionnelle des protéines sarcoplasmique de la crevette. : Mita H, Koketsu A, Ishizaki S, Shiomi K.
Source
Department of Food Science and Technology, Tokyo University of Marine Science and Technology, Minato-ku, Tokyo, 108-8477, Japan.

dans J Sci Food Agric. 2013 May ;93(7):1737-42. doi : 10.1002/jsfa.5961

- Introduction :

  • Les protéines sarcoplasmiques de transport du calcium (Calcium-binding proteins, SCP) ont été récemment décrites comme des allergènes des crustacés.
  • Cependant, les connaissances de leur structure primaire sont limitées, ne permettant pas la production d’un recombinant utilisable à la place des SCP naturelles (nSCP).

- Objectifs de l’étude :

  • Ils ont été de :
    • caractériser la structure primaire des SCPs de 2 espèces de crevettes du genre Penaeus (black tiger et kuruma) par clonage de l’ADNc,
    • et de produire une recombinant (rSCP) de la « black tiger », ayant une réactivité IgE identique à la nSCP.

- Résultats :

  • La totalité des ADNc de la crevette « black tiger » et de la crevette « kuruma » a été clonée avec succès.
  • Les 2 SCPs sont composées de 193 résidus d’acides aminés et montrent 80% d’homologie de séquence avec des SCPs connues de crustacées.
  • La SCP de la crevette « black tiger » a été exprimée dans Escherichia coli et a permis la production de rSCP, et les tests ELISA et l’inhibition de l’ELISA montrent que cette rSCP obtenues a la même réactivité que la SCP naturelle.

- Conclusion :

  • Ces résultats démontrent une forte identité de séquence des SCPs entre les différents crustacés.
  • De plus, le rSCP pourrait être un outil intéressant pour étudier les allergènes des crustacés et pour faire le diagnostic d’allergie aux crustacés.

Les auteurs ont identifié la séquence aminée des protéines sarcoplasmiques fixant le calcium des crevettes du genre Penaeus. Il y a une importante homologie entre les différentes protéines analogues sarcoplasmiques des crustacés. Le recombinant produit par cette équipe à la même réactivité IgE que la protéine naturelle.

Les protéines sarcoplasmiques (SCP) fixant le calcium représentent actuellement un allergène majeur des crustacés reconnu par plus de 50% des patients allergiques aux crevettes.

Il semble que cet allergène soit représentatif du genre Dendobranchiata, les IgE se fixant de façon beaucoup plus importante sur les SCP des crevettes de cet ordre.

Un intérêt supplémentaire d’une meilleure connaissance de cet allergène est que sa fonction et sa structure sont analogues aux parvalbumines, qui sont également des protéines fixant le calcium et qui sont reconnues comme des allergènes majeurs des poissons.

Le travail de cet équipe va donc permettre de compléter le catalogue allergénique de la crevette qui ne se résume pas à la tropomyosine, puisqu’on reconnaît également l’arginine kinase, la chaîne légère de la myosine et l’hémocyanine avec bien entendu les SCP.