Peut-on prédire l’asthme en scorant les petits enfants siffleurs ?

lundi 6 janvier 2014 par Dr Philippe Carré291 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Peut-on prédire l’asthme en scorant les petits enfants siffleurs (...)

Peut-on prédire l’asthme en scorant les petits enfants siffleurs ?

Peut-on prédire l’asthme en scorant les petits enfants siffleurs ?

lundi 6 janvier 2014, par Dr Philippe Carré

Prédiction de l’asthme chez les enfants d’âge préscolaire ayant des symptômes asthmatiformes : validation et actualisation du score de risque PIAMA. : Esther Hafkamp-de Groen, Hester F. Lingsma, Daan Caudri, Deborah Levie, Alet Wijga, Gerard H. Koppelman, Liesbeth Duijts, Vincent W.V. Jaddoe, Henriëtte A. Smit, Marjan Kerkhof, Henriëtte A. Moll, Albert Hofman, Ewout W. Steyerberg, Johan C. de Jongste, Hein Raat

dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology - December 2013 (Vol. 132, Issue 6, Pages 1303-1310.e6, DOI : 10.1016/j.jaci.2013.07.007)

- Contexte :

  • Le score de risque PIAMA (Prévention et Incidence de l’Asthme et de l’Allergie aux « Mites » (acariens)) prédit la probabilité d’avoir de l’asthme à l’école parmi les enfants d’âge préscolaire ayant des symptômes suggestifs.

- Objectif :

  • Valider de façon externe le score de risque PIAMA à différents âges et dans des sous-groupes ethniques et socio-économiques d’enfants, et l’actualiser.

- Méthodes :

  • Les auteurs ont évalué 2877 enfants ayant des symptômes asthmatiformes à l’âge préscolaire, qui participaient à l’étude de cohorte de population prospective et multiethnique Generation R
    - Le score de risque PIAMA était évalué à l’âge préscolaire, et l’asthme était prédit à l’âge de 6 ans
  • La discrimination (index de concordance [C-index]) et la calibration étaient calculées
  • Le score de risque PIAMA était actualisé, et sa performance analysée de façon similaire.

- Résultats :

  • A l’âge de 6 ans, 6% (168/2877) des enfants avaient de l’asthme
  • La capacité discriminative du score de risque PIAMA originel à prédire l’asthme dans l’étude Génération R était la même comparativement à celle de la cohorte PIAMA (C-index= 0.74 vs 0.71)
  • Les risques prédictifs d’avoir de l’asthme à l’âge de 6 ans en utilisant le score de risque PIAMA originel tendaient à être un peu plus élevés que les risques observés (8% vs 6%)
  • Aucune différence de capacité discriminative n’était mise en évidence aux différents âges ou dans les sous-groupes ethniques ou socio-économiques (p> 0.05)
  • Le score de risque PIAMA actualisé avait un C-index de 0.75.

- Conclusions :

  • Le score de risque PIAMA montrait une bonne validité externe
  • La capacité discriminative était semblable aux différents âges ou dans les sous-groupes ethniques ou socio-économiques des enfants d’âge préscolaire, ce qui suggère une bonne généralisation
  • Des études ultérieures sont souhaitables pour reproduire la performance prédictive du score de risque PIAMA actualisé dans d’autres populations et d’autres situations, et pour confirmer sa relevance clinique.

Les parents d’enfants d’âge préscolaire qui présentent des symptômes évoquant de l’asthme (sifflements, toux sèche), se demandent souvent si leurs enfants auront plus tard un asthme persistant.

On sait approximativement qu’environ 30% de ces enfants auront de l’asthme quand ils seront scolarisés, mais il est difficile de le prévoir à l’échelon individuel. Plusieurs modèles prédictifs ont été proposés, dont le score de risque PIAMA qui utilise 8 paramètres simples obtenus au moment de la première période de symptômes ; mais sa validation externe, qui permettrait de recommander son utilisation en pratique, n’a pas été établie. Le but de cette étude était donc de le valider, de l’actualiser et d’en vérifier l’applicabilité dans un groupe 2877 enfants ayant des symptômes asthmatiformes à l’âge préscolaire.

Le résultat montre que le score de risque PIAMA est bien valide dans une étude de cohorte de naissance multiethnique, et que sa capacité discriminative à prédire l’asthme dans le groupe des enfants d’âge préscolaire est identique chez tous les sous-groupes d’enfants ; les résultats sont valables dans cette étude néerlandaise, et probablement applicables dans les autres pays d’Europe de l’Ouest, ce qui reste à confirmer par des études complémentaires qui viseront à reproduire la performance prédictive du score. Il serait intéressant d’y associer d’autres facteurs prédictifs additionnels, tels que des bio-marqueurs ou encore des profils génomiques.