Cigarettes électroniques : on est en plein brouillard !

vendredi 17 janvier 2014 par Dr Philippe Carré621 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Cigarettes électroniques : on est en plein brouillard !

Cigarettes électroniques : on est en plein brouillard !

Cigarettes électroniques : on est en plein brouillard !

vendredi 17 janvier 2014, par Dr Philippe Carré

Cigarettes électroniques : revue courte : Bertholon J.F. · Becquemin M.H. · Annesi-Maesano I. · Dautzenberg B.

dans Respiration 2013 ;86:433-438 (DOI : 10.1159/000353253)

- Commercialisée depuis 2004 comme une alternative à l’exposition à la nicotine, et annoncée comme une méthode validée de sevrage tabagique, la cigarette électronique (e-cig) a été le sujet de beaucoup de controverses mais de peu d’études expérimentales. Cette revue propose un résumé bref des connaissances actuelles sur ce produit.

- Le propylène-glycol et le glycérol, ingrédients principaux du liquide qui est vaporisé, ont été prouvés comme étant inoffensifs dans les machines à brouillard de l’industrie du divertissement

- Cependant, pour ce qui est du liquide de la e-cig, la composition n’est pas précisément étiquetée : les additifs comme la nicotine et les parfums varient entre et au sein des différentes marques, et une contamination par des substances chimiques variées a été détectée.

- La toxicité à court terme semble faible, mais la toxicité à long terme est inconnue.

- L’utilité de la e-cig pour le sevrage tabagique a toujours a être prouvé sur le plan clinique.


Cette revue française, réalisée par le laboratoire de Granulométrie et de Dépôt des Aérosols de l’Assistance Publique de Paris, aborde les différentes connaissances actuelles concernant la e-cig : technique de génération de l’aérosol, caractéristiques de l’aérosol, propriétés et toxicité du propylène glycol, toxicité des additifs, effets sur la santé (chez les fumeurs actifs et passifs), toxicité à long terme, et rôle de la e-cig dans le sevrage tabagique.

Il en ressort que :

  • Beaucoup de fumeurs voient la e-cig comme un moyen simple de se sevrer du tabac, et beaucoup d’autres comme un moyen de continuer leur consommation de nicotine dans les lieux publics où la fumée de tabac est interdite
  • Jusqu’à ce que l’on ait des connaissances plus précises disponibles sur le sujet, fumer des e-cig ne doit pas être considéré comme sans danger
  • Cependant, en fonction de l’analyse faite dans cette revue et en gardant à l’esprit la longue expérience de l’exposition aux brouillards parfois répandus dans les théâtres, la toxicité à court terme peut être considérée comme très faible (excepté chez certains sujets ayant une hyperréactivité des voies aériennes), et la toxicité à long terme comme dépendante des additifs et des contaminants du propylène glycol et/ou du glycérol
  • Malgré l’utilisation de plus en plus importante de ces systèmes avec ou sans nicotine, on manque de données quant à leur efficacité en terme d’aide au sevrage tabagique
  • La e-cig n’a pas actuellement d’utilisation à titre médical, au moins officiellement ; si elle devait en avoir une, les fabricants ainsi que les produits mis à disposition devraient naturellement être soumis aux contrôles appropriés.