Flore intestinale et asthme.

lundi 3 février 2014 par Dr Alain Thillay1172 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Flore intestinale et asthme.

Flore intestinale et asthme.

Flore intestinale et asthme.

lundi 3 février 2014, par Dr Alain Thillay

La faible diversité du microbiote intestinal dans la petite enfance précède l’asthme à l’âge scolaire. : Thomas R Abrahamsson1,*, Hedvig E Jakobsson2, Anders F Andersson3, Bengt Björkstén4, Lars Engstrand2,3, Maria C Jenmalm1,5

dans Vol. 44 Issue 2
Clinical & Experimental Allergy

- Contexte :

  • La faible diversité du microbiote intestinal au cours de la première année de la vie est associée à des maladies allergiques dans l’enfance, mais peu est connu sur la manière dont la diversité microbienne précoce est en relation avec les maladies allergiques apparaissant plus tard à l’âge scolaire.

- Objectif :

  • Evaluer la diversité microbienne et caractériser les bactéries dominantes dans les selles au cours de la première année de vie en relation avec la prévalence de différentes maladies allergiques à l’âge scolaire, comme l’asthme, la rhinoconjonctivite allergique et l’eczéma.

- Méthodes :

  • La diversité et la composition microbiennes ont été analysées avec un pyroséquençage 454 du rADN 16 S en code-barres sur des échantillons de selles à une semaine, un mois et de 12 mois chez 47 nourrissons qui ont ensuite été évalués pour les maladies allergiques et la réactivité des tests cutanés à l’âge de 7 ans.

- Résultats :

  • Les enfants ayant développé de l’asthme (n = 8) avaient une plus faible diversité de la flore totale que les enfants non asthmatiques à une semaine (p = 0,04) et un mois (p = 0,003) d’âge, alors que la rhinoconjonctivite allergique (n = 13) , l’eczéma (n = 12) et la réactivité positive aux tests cutanés (n = 14) à sept ans d’ âge ne montraient pas de relations avec la diversité du microbiote intestinal .
  • De même l’asthme n’était pas associé à la composition du microbiote plus tard dans l’enfance (à 12 mois).
  • Les enfants ayant un eczéma associé aux IgE dans la petite enfance et développant par la suite un asthme avaient une diversité microbienne inférieure à ceux qui n’en avait pas.
  • Il n’y avait pas de différences significatives, cependant, dans l’abondance relative des bactéries phyla entre les enfants avec ou sans maladie allergique.

- Conclusion et pertinence clinique :

  • La faible diversité totale du microbiote intestinal au cours du premier mois de la vie était associée à l’asthme mais pas à la rhinoconjonctivite allergique chez les enfants de sept ans.
  • Des mesures affectant la colonisation microbienne de l’enfant pendant le premier mois de vie peuvent influencer le développement de l’asthme dans l’enfance.

Le microbiote intestinal humain (microflore intestinale) compte de 10 000 à 100 000 milliards de microorganismes ce qui correspond à près de 10 fois le nombre de nos cellules. In utero, le tube digestif est stérile mais sera colonisé dès la naissance. Ce microbiote sera essentiel au développement de l’hôte qui se diversifiera durant toute la première année pour devenir proche de la composition du microbiote de l’adulte.

Ce consortium bactérien s’adapte à l’hôte, il est composé de bactéries symbiotiques (fonctions bénéfiques pour la santé de l’hôte), de bactéries commensales (pas d’effet sur le développement de l’hôte) et de bactéries opportunistes (résidents permanents pouvant devenir pathogènes).

Le microbiote endogène entre autres fonctions joue un rôle important dans le développement du système immunitaire intestinal.

Une autre caractéristique de ce microbiote est sa grande diversité, il compte par exemple trois grands phyla : Firmicutes, Bacteroidetes et Actinobacteria.

Beaucoup de travaux sont en cours pour montrer un lien entre anomalie du microbiote et maladies comme l’inflammation, les désordres métaboliques, rôle sur les cytokines pro-inflammatoires, etc…

Dans cet article, d’origine suédoise, le but était de corréler une diminution de la diversité du microbiote dans la petite enfance avec l’asthme à l’âge scolaire.
D’après les résultats, tout se jouerait dès le premier mois de vie.
En effet, il existe un lien entre faible diversité du microbiote et asthme que lorsque ce microbiote n’était pas suffisamment diversifié dans le premier mois.
Il n’y a pas de lien retrouvé avec les autres manifestations de l’atopie.

A la lecture de ce travail, on peut deviner tout l’intérêt qu’il y a à travailler sur le microbiote intestinal humain, c’est peut-être là que se joue dès les premiers jours de vie l’avenir sur le plan santé.

Vos commentaires

  • Le 19 février 2017 à 21:24, par BENKHALFALLAH En réponse à : Flore intestinale et asthme.

    Comment expliquer l’asthme survenant chez l’adulte non asthmatique dans l’enfance ? S’agirait il d’une perturbation du microbiote à l’age adulte ? Quels sont les liens entre cytokines inflammatoires et flore intestinale ? La régénération de la flore "détruite" guérit-elle l’asthme ? Y a t-il des travaux dans ce sens ? Merci