Les enfants asthmatiques ne manquent pas de gènes, à la différence de leurs parents.

mardi 25 mars 2014 par Dr Philippe Carré293 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Les enfants asthmatiques ne manquent pas de gènes, à la différence de leurs (...)

Les enfants asthmatiques ne manquent pas de gènes, à la différence de leurs parents.

Les enfants asthmatiques ne manquent pas de gènes, à la différence de leurs parents.

mardi 25 mars 2014, par Dr Philippe Carré

Facteurs prédictifs associés à l’amélioration des symptômes asthmatiques en réponse aux corticoïdes inhalés. : Heung-Woo Park, Amber Dahlin, Szeman Tse, Qing Ling Duan, Brooke Schuemann, Fernando D. Martinez, Stephen P. Peters, Stanley J. Szefler, John J. Lima, Michiaki Kubo, Mayumi Tamari, Kelan G. Tantisira

dans The Journal of Allergy and Clinical Immunology - March 2014 (Vol. 133, Issue 3, Pages 664-669.e5, DOI : 10.1016/j.jaci.2013.12.1042)

- Contexte :

  • A ce jour, les études d’association génomique (EAG) de réponse aux corticoïdes inhalés (CI) chez les patients asthmatiques se sont orientées d’abord sur la fonction pulmonaire et les exacerbations.

- Objectif :

  • Les auteurs ont émis l’hypothèse que les EAG pourraient identifier de nouveaux marqueurs génétiques prédictifs d’une réponse symptomatique aux CI.

- Méthodes :

  • Les auteurs ont analysé les différences dans les symptômes d’asthme en réponse aux CI chez 124 enfants blancs inclus dans l’essai CAMP (programme de prise en charge de l’asthme infantile), en utilisant des scores écrits journaliers
  • Parmi les 440.862 polymorphismes de nucléotides (PN) analysés, le top 100 des PN ont été recherchés pour reproduction initialement chez des sujets inclus dans des essais pédiatriques sur l’asthme (77 enfants blancs), puis chez des sujets d’un groupe de recherche sur l’asthme de l’adulte (110 adultes blancs) et dans des essais thérapeutiques (110 adultes blancs).

- Résultats :

  • La valeur P la plus basse pour l’analyse des EAG dans le programme CAMP était 8.94 x 10-8 (rs2388639)
  • Des 60 PN disponibles dans les autres essais, rs1558726 (P combiné= 1.02x 10-5), rs2388639 (P combiné= 8.56 x 10-9), et rs10044254 (P combiné= 9.16 x 10-8) étaient reproduits de façon indépendante
  • Cependant, ces 3 PN n’étaient pas reproduits chez les patients asthmatiques adultes des autres essais
  • rs10044254 est situé dans la région intronique F-box et riche en leucine de la protéine 7 (FBXL7), et elle est associée à une diminution d’expression des cellules B immortelles provenant des sujets du groupe CAMP.

- Conclusions :

  • Les auteurs ont identifié un nouveau PN, rs10044254, qui est associé à la fois à une baisse de l’expression de FBXL7 et à une augmentation de la réponse symptomatique aux CI dans 2 cohortes pédiatriques indépendantes
  • Les résultats suggèrent qu’il pourrait y avoir un mécanisme génétique spécifique régulant la réponse symptomatique aux CI chez les enfants, qui ne s’étend pas aux adultes.

Dans cette étude complexe sur le plan méthodologique, les auteurs ont identifié 60 polymorphismes de nucléotides (PN) qui étaient significativement associés à des modifications du score de symptômes asthmatiques après administration de corticoïdes inhalés (CI) chez des enfants asthmatiques, dont 3 étaient reproduits dans une cohorte indépendante pédiatrique. Ces PN n’étaient pas reproduits chez les asthmatiques adultes.

Un des PN, rs10044254, est associé à la fois à une baisse de l’expression d’une protéine (FBXL7) et à une diminution d’expression des cellules B ; cette protéine F-box pourrait diminuer l’inflammation des voies aériennes en facilitant la dégradation des récepteurs des cytokines ; elle pourrait aussi être impliquée dans le rôle différent du NO dans la prédiction de la réponse aux CI entre les enfants et les adultes.

Ces résultats ont une signification particulière étant donné que les variants génétiques sont un des bio marqueurs prometteurs dans la prise en charge personnalisée de l’asthme de l’enfant.

Si un mécanisme génétique spécifique régulant la réponse symptomatique aux CI chez les enfants asthmatiques semble donc bien exister dans cette étude, des études complémentaires sont nécessaires pour le confirmer et pour rechercher entre autre de possibles loci spécifiques chez les adultes asthmatiques.