Pour ceux qui en doutaient, encore une preuve que la désensibilisation sublinguale est sûre et efficace !

vendredi 10 octobre 2014 par Dr Bertrand Lovato2403 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Pour ceux qui en doutaient, encore une preuve que la désensibilisation (...)

Pour ceux qui en doutaient, encore une preuve que la désensibilisation sublinguale est sûre et efficace !

Pour ceux qui en doutaient, encore une preuve que la désensibilisation sublinguale est sûre et efficace !

vendredi 10 octobre 2014, par Dr Bertrand Lovato

L’immunothérapie sublinguale aux acariens est sûre et paraît être efficace dans l’asthme persistant modéré. : Wang L, Yin J, Fadel R, Montagut A, de Beaumont O, Devillier P.

House dust mite sublingual immunotherapy is safe and appears to be effective in moderate, persistent asthma.

dans Allergy 2014 ; 69 : 1181–1188.

- Prérequis :

  • L’efficacité et la tolérance de l’immunothérapie sublinguale dans l’asthme induit par les acariens domestiques n’ont pas encore été fermement établies.
  • L’étude rapporte les résultats d’un essai clinique en double aveugle randomisé contre placébo réalisé en Chine continentale.

- Méthodes :

  • Après une période de 3 mois, 484 adultes asthmatiques ont été randomisés en 2 groupes :
  • Ils ont reçu pendant 1 à 12 mois un traitement quotidien d’extrait standardisé de D. pter + D. far de 300IR ou un placébo.
  • Le critère principal d’efficacité était un asthme bien contrôlé pendant au moins 16 des 20 dernières semaines de traitement.

- Résultats :

  • Dans le groupe traité (n=308) et le groupe placébo (n=157), l’asthme a été bien contrôlé dans 85,4% et 81,5% des patients respectivement (p=0,244).
  • Par contre, une analyse ultérieure à postériori par étude de la gravité de l’asthme a révélé des avantages cliniques significatifs chez les sujets traités activement avec un asthme persistant modéré au départ ((401 à 800mg de budésonide/j (n=175)), avec :
    • Une plus grande réussite de l’asthme bien contrôlé (80,5% et 66,1% pour le groupe désensibilisé et le groupe placébo respectivement, p=0,021) et l’asthme totalement contrôlé (54,0% et 33,9% respectivement, p=0,008),
    • Un pourcentage plus élevé de patients avec un score de contrôle de l’asthme <0,75 (56,6% contre 40,0%, p=0,039) et,
    • Une réduction moyenne plus importante des doses de corticoïdes inhalés (218,5mg et 126,2mg respectivement, p=0,004).
  • Les différences entre le groupe actif et le groupe placébo ne sont pas significatives dans l’asthme persistant léger pour le contrôle de la maladie et l’utilisation des corticoïdes inhalés.
  • Aucun effet indésirable grave lié au traitement n’a été rapporté.

- Conclusions :

  • L’immunothérapie allergénique par voie sublinguale aux extraits d’acariens a été bien tolérée chez les asthmatiques adultes et a permis de contrôler la maladie chez les patients avec un asthme persistant modéré (mais pas en cas d’asthme léger).

Cette étude chinoise (avec la participation de professionnels de chez Stallergènes) avait pour but de montrer la bonne tolérance mais aussi l’efficacité de l’immunothérapie allergénique aux acariens par voie sublinguale (300IR) sur l’asthme persistant par sensibilisation aux acariens.

Il en ressort initialement aucune différence significative avec le placébo. Par contre, si les patients sont sélectionnés en fonction de la gravité de leur maladie asthmatique on retrouve alors des avantages significatifs chez les sujets traités par immunothérapie.

Ainsi en cas d’asthme persistant léger on observe :

  • un meilleur contrôle de l’asthme dans le groupe traité (asthme bien toléré : 80,5% contre 66,1% et asthme totalement contrôlé : 54% contre 33,9%),
  • un plus grand nombre de questionnaire de contrôle de l’asthme avec un score inférieur à 0,75 (56,6% contre 40%),
  • une réduction de dose des corticoïdes inhalés utilisé de 218,5mg contre 126,2mg par rapport au groupe placébo.

Par contre aucune différence significative en cas d’asthme persistant léger.

Et aucun effet indésirable grave lié au traitement n’est reporté.

Cette étude va donc dans le sens des travaux récents et des méta-analyses qui montrent la bonne tolérance de l’immunothérapie SL mais aussi son apport dans l’aide au contrôle de l’asthme. Elle doit donc être utilisée en cas d’asthme allergique. Il existe également une autre étude chinoise publiée en 2013 et portant sur des enfants scolarisés ou d’âge préscolaire qui montre une amélioration du score de symptômes, du score médicamenteux et moins d’attaques d’asthmes en cas de SLIT acariens pendant le traitement et avec une persistance 1 an après la fin du traitement.

On remarque tout de même que les chinois sont de plus en plus présents en allergologie (avec l’aide des industriels français !)