Puberté précoce = facteur d’allergies.

lundi 8 décembre 2014 par 709 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Puberté précoce = facteur d’allergies.

Puberté précoce = facteur d’allergies.

Puberté précoce = facteur d’allergies.

lundi 8 décembre 2014

Un âge pubertaire précoce est associé à l’allergie et à d’autres manifestations atopiques chez les jeunes filles. : Chi-Chen Hong1, Ashley Pajak2, Susan L. Teitelbaum2, Nita Vangeepuram2, Maida Galvez2, Susan M. Pinney3, Gayle Windham4, Lawrence H. Kushi5, Frank M. Biro6, Mary S. Wolff2,* andThe Breast Cancer Environment Research Program7
DOI : 10.1111/pai.12307

dans Vol. 25 Issue 6
Pediatric Allergy and Immunology

- Prérequis :

  • Un début précoce de menstruations est associée à une plus grande incidence d’asthme à l’âge adulte ce qui suggère qu’une puberté précoce peut influencer les réponses immunitaires de type 2 caractéristiques des maladies allergiques.
  • L’hypothèse de départ est que le timing de développement des seins et des poils pubiens, qui précède les premières règles, est associé à un accroissement de l’atopie dans l’enfance.

- Méthodes :

  • Des jeunes filles de 6-8 ans (2004-2007) incluses dans le programme de recherche pubertaire sur le cancer du sein ont été suivies jusqu’en 2011.
  • Les stades pubertaires ont été mesurés et les manifestations atopiques ont été recueillies tous les ans.
  • L’association de l’âge à celui du stade pubertaire n°2 pour le développement des seins ou des poils pubiens avec les manifestations atopiques a été évalués en utilisant des ratios de prévalence (PR) avec intervalle de confiance à 95%.
  • Un total de 1055 jeunes filles a été inclus.

- Résultats :

  • L’asthme était associé avec une pubarche plus jeune (≤10 vs >10 ans, PR=1.15, IC=1,04-1.28 ajusté pour la race/ethnie et localisation, PR=1.13, IC=1.01-1,25 ajusté à l’IMC), mais pas avec une thélarche.
  • Dans les modèles longitudinaux le risque de développement des allergies augmentait avec un âge plus jeune pour la pubarche (OR ajusté=1.60, IC=1.10-2.34, ≤10 vs >10 ans).
  • Le risque allergique était plus élevé pour les filles noires avec une pubarche jeune (n=248/326 ; OR ajusté=2,35, IC=1.06-5.19 pour une pubarche ≤10 contre >10 ans).

- Conclusions :

  • Les manifestations atopiques durant l’enfance sont associées avec un plus jeune âge de pubarche, indépendamment de l’obésité et ces relations peuvent varier selon l’appartenance ethnique.

Quelques définitions pour commencer : ménarche= première période de menstruations, pubarche=début d’apparition des poils pubiens, thélarche=début de développement des seins.

Ce travail d’une équipe américaine est parti du constat qu’une ménarche précoce est liée à une plus forte incidence de l’asthme à l’âge adulte. Elle a donc voulu étudier si l’apparition précoce des signes pubertaires était un facteur prédictif d’atopie chez les jeunes filles américaines.

Un total de 1055 jeunes filles ont été incluses et il en ressort que l’asthme est associé à une plus jeune pubarche (moins de 10 ans contre plus de 10 ans) mais pas thélarche et ce quel que soit l’appartenance ethnique, la localisation ou l’Indice de Masse Corporel. Le risque de développer une maladie allergique augmente avec la précocité de la pubarche. Le risque allergique est aussi le plus élevé chez les jeunes filles de « race noire » à pubarche ≤10 ans OR=2.25).

Les facteurs influençant le développement pubertaire sont multiples : génétiques, socio-économiques, nutritionnels et activité physique avec pour corollaire le poids. L’atopie a également des facteurs de risque génétiques et environnementaux. Une bonne partie est identique.

Quant à dire que les allergies d’une femme à ménopause précoce cesseront plus tôt également…